UNE ANNEE APRES S’ETRE CONFIE AU CHEF DE L’ETAT, LE BILAN DE SECURITE TOUJOURS SOMBRE A BENI-LUBERO

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
0_elec_sociv

Société civile de Beni-Lubero en réunion
photo BLO, par Georges NOKO

14 mai 2016 – 14 mai 2017 jour pour jour voici une année que les forces vives de la société civile des villes de Butembo et Beni et des territoires de Beni et Lubero avaient adressé une lettre ouverte au Président de la République Démocratique du Congo, le Rais Joseph Kabila Kabange pour lui exiger de s’impliquer résolument dans la pacification des entités susmentionnées en mettant fin aux massacres de la population et à l’insécurité. Une année après, quelle lecture avez-vous de l’évolution de la situation ?

Samedi 13 mai 2017, les 4 coordinations se sont réunies à Butembo pour cet exercice d’évaluation et leur constat était amer.

En effet, bien que les massacres semblent diminuer de fréquence, la capacité de nuisance de l’ennemi n’a jamais été anéantie, bien au contraire la situation a changé de forme :

– les villes de Butembo et de Beni sont toujours entourées des groupes armés locaux et étrangers

– dans les 2 territoires, les groupes armés commettent des exactions indescriptibles et vont jusqu’à imposer des taxes illégaux mêmes aux militaires avec lesquels ils cohabitent

– plusieurs villages restent abandonnés, d’autres continuent à l’être et leurs habitants sont restés des déplacés perpétuels.

– des cas d’assassinats, de kidnappings, de viols… sont enregistrés ça et là.

– pire encore, certains militaires Fardc pillent les
biens des populations qu’ils sont censés protéger.

Bref, la population de ces entités est loin de respirer le calumet de la paix. Donc ce n’est pas fini; et il reste encore beaucoup a faire.

Societe civile
Territoires de Beni et Lubero
Et villes de Butembo et Beni.

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Comments

  1. By KAMBALE MUHASA

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *