Dans une Interview accordée à BLO, un membre du Front Patriotique Rwandais est formel: Le problème de la RDC s’appelle Joseph Kabila

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Blo : Bonjour Monsieur. Vous êtes un de nos lecteurs du Rwanda et vous avez toujours voulu nous parler, car vous croyez que parfois nous débordons, et vous estimez souvent qu’il y a d’autres réalités que nous ignorons, c’est ça ?

Gaspard : Oui, c’est vrai.

Blo : Alors pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Gaspard : Oui avec plaisir, Je suis … de la nationalité Rwandaise et fonctionnaire de l’Etat. Ici je veux juste être claire pour une chose : tout ce que je vais dire ici n’est pas forcement la position de mon gouvernement et n’engage que moi et non le gouvernement Rwandais. En plus, pour des raisons de sécurité, je vous demande de garder mon identité anonyme. Appellez-moi simplement Gaspard.

Blo : Depuis quand êtes-vous lecteur de BLO ?

Gaspard : c’est depuis plus de 5 ans, juste quelques mois avant les élections de 2011 en RDC (République Démocratique du Congo), car tout le monde voulait savoir comment les choses allaient se passer en RDC avant et après ces élections.

Blo : Donc la vie politique de la RDC vous intéresse beaucoup ? Si oui, pourquoi exactement ?

Gaspard : vous savez, notre pays est voisin à la RDC, et depuis plus de 20 ans la situation politique de la RDC est presque liée au Rwanda. Cela se justifie par le fait qu’il y a une tension sociale qui est toujours visible entre la RDC et le Rwanda. La population congolaise pense que le Rwanda est responsable des malheurs qu’elle traverse depuis un certain temps, ce qui n’est pas vrai.

Blo : C’est connu par tout le monde que le Rwanda a une grande responsabilité dans tous les désordres qui sévissent en RDC. Ne le croyez-vous pas ?

Gaspard: NON. C’est la raison pour laquelle j’ai dit que vous ignorez d’autres choses. Vous semblez, en effet, oublier que le Rwanda est un pays indépendant et souverain, ayant à sa tête un Président, Paul Kagame, autant qu’est la RDC se trouve également un pays indépendant et souverain avec un Président appelé Joseph Kabila ; et chaque pays conçoit sa politique à sa manière. Alors, je ne comprends pas comment le Rwanda peut être responsable du problème ou des problèmes de la RDC. C’est inconcevable.

Blo : Alors vous voulez nier la responsabilité du Rwanda dans toutes les guerres intestines qui déchirent la RDC ? Si oui, comment pouvez-vous justifier le fait que le Rwanda est presque toujours présent dans les différents conflits armés vécus constamment en RDC depuis l’avènement de l’AFDL (Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo) jusqu’à ces jours ? A titre d’exemple, la Rébellion du RCD-Goma (Rassemblement des Congolais pour la Démocratie/Goma) soutenue à 100% par le Rwanda, l’UPC (Union des Patriotes Congolais) de Thomas Lubanga, le CNDP, le M23 et autres…

Gaspard : Je sais que c’était à l’époque où la RDC était complètement subdivisée par des conflits internes. A l’époque, je me souviens, le Rwanda était sur le sol congolais pour protéger ses frontières, car les FDLR menaçaient notre sécurité. Revenant sur le point du CNDP de Laurent Kunda, une chose est que Nkunda était un officier de L’armée congolaise qui s’est rebellé contre son gouvernement. Ça relevait de la responsabilité de la RDC de porter solution à ce problème et de mettre fin à cette rébellion. Je crois que c’est ce qui fut à la base de l’accord du 23 Mars 2009 et, puis-je dire que cet accord concernait la RDC et le CNDP, et si le Rwanda avait quelque regarde en cela, c’était juste par préoccupation pour sa sécurité. D’ailleurs, Nkunda qui avait fui de la RDC a été arrêté ici chez nous au Rwanda.
Pour ce qui est du M23, cela était du pire théâtre qui faisait rire…. Pendant quelques jours, on voit une rébellion qui se forme et qui s’avère capable de faire fuir l’armée de tout un gouvernement, prendre le contrôle d’une ville aussi importante qu’est Goma… et tout cela se réalise en présence des forces massives et renforcées des Nations Unies… ! C’était incompréhensible. Chacun pourrait s’interroger ici sur le sens de responsabilité des autorités congolaises dans leurs devoirs régaliens de gestion et de protection de leur Etat. Quant au Rwanda, que pouvait-il faire d’autre que de prendre ses dispositions pour s’assurer de la protection de ses frontières devant un tel phénomène ? Mais je crois que Kabila avait joué un grand rôle dans la création et l’entretien du M23.

Blo : Pourquoi le Rwanda a-t-il arrêté Nkunda et l’a gardé jusqu’à présent ? Est-il un prisonnier spécial ?

Gaspard : Je crois qu’il dépend de la RDC d’exprimer le désir de son transfert vers la RDC. Je peux vous affirmer que même jusqu’à présent le Rwanda n’as jamais dit NON a l’extradition de Nkunda. La question à se poser est de savoir pourquoi la justice Congolaise n’a-t-elle jamais sollicité son extradition ? Je crois que la RDC est mal gouvernée, c’est tout.

Blo : Vous avez dit précédemment que Kabila pourrait avoir joué un rôle dans la création du M23, et vous dites encore que vous croyez que la RDC est mal gouvernée. Ne pensez-vous pas que vous exagérez ?

Gaspard : Non, qu’on se dise la vérité ! Je n’ai jamais vu en Afrique, dans un pays où il existe un gouvernement responsable, ayant comme mission primordiale la protection de l’Etat et de ses citoyens, des groupes armés et des rebellions pousser et prospérer comme des bananiers, tel que je l’ai vu en RDC. Ici chez nous, au Rwanda, notre président ne saurait jamais permettre une telle chose. Cependant, en RDC c’est très normal. C’est étonnant et inacceptable que votre gouvernement (le gouvernement congolais) continue à couvrir son incapacité en accusant ses voisins comme cause de ses problèmes. Kabila, en tant que votre président, est le seul responsable de tout ce qui se passe dans votre pays, car il est incapable.

Blo : Revenons sur le dossier des FDLR. Le Rwanda a fait en RDC plus de 10 ans, au cours desquels l’armée Rwandaise est allé jusqu’à Kinshasa. Comment se fait-il que le Rwanda n’as pas été en mesure de mettre un terme au problème des FDLR ??? Est-ce que, de nos jours, le dossier FDLR constitue toujours une préoccupation pour le Rwanda ?

Gaspard : J’ai déjà entendu un officier de notre armée se lamenter sur le genre de comportement de l’armée congolaise en rapport avec le dossier FDLR, en stipulant que les forces gouvernementales congolaises collaborent avec les FDLR. Il n’y a pas une bonne collaboration avec la partie congolaise à ce sujet, et il y a surtout un manque de volonté de Kabila de mettre fin à ce mouvement terroriste. Donc ce qui manque, c’est la volonté politique de la part de la RDC pour mettre fin à cette histoire.

Blo : Avez-vous entendu parler de Massacres de Beni ?

Gaspard : Oui, oui. C’était trop atroce. Je profite ainsi de l’occasion pour présenter mes condoléances à toutes personnes qui ont perdu les leurs dans ces massacres.

Blo : Et pourtant, il aurait été déniché la main du Rwanda dans ces massacres. Tout au début de ce fléau et le long de l’année 2015, les habitants et les rescapés de Beni avaient bien identifié des Rwandais parmi les préposés tueurs, qu’en dites-vous ?

Gaspard : Ca c’est une autre histoire, nous avons encore la séquelle du génocide dans notre pays. Ce qui se passe maintenant 20 ans plus tard à Béni apparaît pour nous également comme une sorte de génocide, compte tenu de ces tueries qui ne ciblent qu’une seule tribu, les Nande. A ce titre, le Rwanda serait prêt à intervenir en première ligne pour stopper ces massacres, et je ne comprends pas comment pourrait-il être à la base des massacres qui se déroulent à plus de 100 kms de ses frontières… ? J’ai toujours lu ces données dans vos publications et c’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles j’ai accepté cette interview.

Blo : Comment pouvez-vous expliquer que des sujets Rwandais quittent Goma pour chercher à s’installer à Béni, plus précisément dans la zone où les massacres sont en cours, là où les autochtones sont en déplacement et en fuite pour rechercher des zones plus sécurisées ?

Gaspard : Une chose d’abord, je ne connais pas bien la géographie de la RDC ; mais en lisant les différents rapports, le gouvernement de la RDC a toujours dénoncé la responsabilité des rebelles Ougandais de l’ADF/Nalu, qu’il cite comme étant des terroristes Islamistes, dans ces massacres. Mais je sais qu’il y a des Rwandophones en RDC dans le Rutshuru, à Masisi, à Goma… La réalité sur le mouvement des populations Rwandophones vers la zone d’insécurité à Béni est un phénomène que seul le gouvernement congolais est mieux placé pour expliquer. Demander cette explication au Rwanda, c’est déraisonner. Vous avez un président de la République, un gouverneur de Province et tous les services de l’Etat. Ecoutez, je ne crois pas que le Rwanda pouvais envoyez de gens pour allez tuer à Beni.
La question qu’il fallait se poser, c’est de savoir le rôle que joue votre gouvernement dans cette situation. En fait, qui doit protéger et assurer la sécurité du peuple ? C’est votre gouvernement qui doit contrôler le mouvement de la population dans son pays. C’est votre gouvernement qui a le devoir de protéger les frontières de la RDC. Oui, toutes ces préoccupations relèvent de la responsabilité de votre gouvernement. Le Rwanda n’y a absolument rien à faire.

Blo : Nous avons des preuves qui aident à affirmer que ceux qui massacrent à Béni sont des Rwandais : ce sont des rwandais venus de la Tanzanie, ils sont de refugiés rwandais qui ont été refoulés par la Tanzanie… Ils ont été formés à tuer dans le Parc d’Akagera au Rwanda et ils ont été envoyez en RDC pour y occuper des terres. Qu’en dites-vous ?

Gaspard : 1/Je ne suis pas capable de répondre à cette question. Mais je puis vous assurer que nous avons un gouvernement responsable. Si vous pouviez envoyer vos enquêteurs ici, au Rwanda, je suis sûr et certain que notre gouvernement vous montrerait tous ces refugiés tels qu’ils ont été réinstallés sur le sol rwandais.
2/ Si ce que vous dites est vrai, à savoir que ce sont de rwandais qui se sont faufilés pour massacrer à Beni, alors, une fois de plus, ce sont votre président et le gouverneur du Nord-Kivu qui sont mieux placés pour vous expliquez comment ces présumés rwandais s’en sont retrouvés là.
3/ Vos problèmes restent et demeurent vos problèmes à vous, ne cherchez pas de bouc émissaire ailleurs. Il s’agit d’un problème interne pour lequel les congolais devraient cesser d’accuser les autres.
4/ Attelez-vous plutôt à rechercher ce que fait votre gouvernement en réponse aux multiples qui secouent la RDC.

Blo : Voudriez-vous signifier par là que le gouvernement congolais est irresponsable ?

Gaspard : Oui c’est la responsabilité du gouvernement de la RDC de trouver de solution adéquate à tous ces problèmes. Ça ne sert à rien de dépenser son temps à accuser des voisins à gauche ou à droite.

Blo : Revenons sur la question de retour du M23 en RDC, le Rwanda et l’Ouganda leur avaient prêté asile. Mais aujourd’hui ils ont refait surface sur le territoire congolais. Comment se sont-ils échappés, entre autre, du Rwanda et traversé la frontière pour revenir déstabiliser la RDC ? Ne serait-on pas en droit d’alléguer une éventuelle complicité du Rwanda et de l’Ouganda dans la réorganisation de cette rébellion ?

Gaspard : Quand vous parlez de la déstabilisation de la RDC dans le contexte actuel, je pense qu’il y a quelque chose qui vous échappe. En fait, c’est depuis plus de 15 ans que la RDC n’a jamais été stable, alors ne parlons pas de la complicité de vouloir déstabiliser…
Si le Rwanda leur avait donné refuge, je ne crois plus que le Rwanda ait aujourd’hui un intérêt quelconque à se mêler dans ce théâtre d’insécurité auquel les dirigeants et les hommes politiques congolais semblent malheureusement bien prendre plaisir pour des raisons qui leur seraient propres.
Le Rwanda a été longuement sali dans sa réputation à cause du dossier de la RDC. Mais j’aimerais vous apprendre que le Rwanda n’a plus besoin de se mêler aujourd’hui des questions intercongolaises, car il a adpté une autre vision focalisée entre autres sur :
1. La sécurité de notre pays,
2. Les projets de développement sur tous les plans,
3. La priorité sur notre population et ses besoins en santé, éducation, agriculture, élevage, électricité etc.
4. Le positionnement économique de notre pays au niveau régional, en l’occurrence dans l’aviation, avec des stratégies appropriées pour attirer plus et toujours davantage d’investisseurs.
Avec toutes ces nobles préoccupations, je ne crois pas que le Rwanda en que Gouvernement ait le temps de se mêler de sottises entretenues dans votre pays.

Blo : Voudriez-vous donc affirmer catégoriquement que le Rwanda et L’Ouganda ne soutiennent plus le M23 ?

Gaspard : Exactement. Si vraiment le Rwanda soutenait l’actuel retour du M23 en RDC, aujourd’hui Goma serait déjà de nouveau entre les mains du M23. Il n’y a nulle part l’intérêt du Rwanda dans les troubles qui se passent actuellement en RDC. Mais la RDC a plutôt un problème de leadership. Kabila a démontré son incapacité à gérer ce pays et à conduire les congolais vers leur rêve. Makenga a été en Ouganda, puis il a disparu brusquement pour se retrouver en RDC. Comment peut-on expliquer qu’il ait totalement échappé à tous les services spécialisés de la RDC jusqu’à s’y installer fermement avec ses hommes sans être attrapé ni traqué ? L’Ouganda a dû arrêter le reste de l’équipe des hommes de Makenga qui se préparait à le rejoindre sur terrain en RDC. Cependant, jusqu’à présent Makenga semble ne pas être considéré comme un problème pour les autorités congolaises elles-mêmes. Et de façon malhonnête, la RDC cherche toujours à accuser le Rwanda et l’Ouganda. Vraiment ce n’est pas normal ça. Il faut plutôt comprendre qu’il y avait un plan et une main agissant dans l’ombre derrière la présence ou le retour de Makenga en RDC, c’est tout.

Blo : Quel serait ce plan et quelle serait cette main cachée auxquels vous faites allusions ?

Gaspard : Mais pourquoi aucun effort n’a été fourni pour arrêter Makenga dès son entrée en RDC ? Qui a intérêt à ce que Makenga soit en RDC atuellement ? Que fait-il actuellement en RDC ?
Je ne doute pas que le problème de la RDC soit le gouvernement congolais même, à cause de son penchant à entretenir délibérément un climat de mafia et de corruption. Les congolais ont à régler leur compte avec leur président et non avec l’étranger ni avec la communauté internationale.

Blo : Mais c’est vous, je voudrais dire le Rwanda, qui soutenez Kabila au pouvoir même après l’expiration de ses deux mandats constitutionnellement reconnus.

Gaspard : C’est justement ça votre problème, vous congolais, toujours éviter d’affronter vos défis face à face.
Kabila n’est pas le président du Rwanda, il est le président de la RDC ; et s’il est encore président aujourd’hui ou demain, au-delà de ses mandats constitutionnels ou pas, c’est que c’est vous qui lui donnez encore cette opportunité ! Si vous estimez qu’il n’est plus maintenant à sa place et qu’il ne convient pas, c’est de votre responsabilité de vous doter d’un autre président qui vous convient. Il vous faudrait apprendre à accepter votre responsabilité quand il le faut.
Quand nous libérions le Rwanda, c’était au moment où le sang du Tutsi coulait comme de l’eau dans ce pays ; nous avions dit « non » et nous avons agi. Aujourd’hui nous vivons dans un des pays les plus sécurisé de l’Afrique… Nous vous observons de loin avec votre dialogue en RDC, mais ça ne rassure personne.

Blo : Que voulez-vous dire par l’assurance du dialogue ?

Gaspard : ça fait plusieurs mois que les hommes politiques congolais sont dans ce dialogue, mais parallèlement à cette démarche, c’est la tuerie partout en RDC, oui c’est vraiment une incertitude totale qui caractérise votre pays…. Dès lors, on comprend que le problème, ce n’est ne pas seulement Kabila, mais aussi les hommes politiques congolais, qui ne comprennent pas la valeur d’un pays, d’un peuple, d’une nation. Ils sont tellement corrompus que l’avenir de la RDC ne leur signifie absolument plus rien.

Blo : Croyez-vous que dégager Kabila du pouvoir en RDC ne blesserait pas les subtilités du régime actuel de Kigali ?

Gaspard : Je crois que silencieusement, oui. Sauf que Kabila devient maintenant un problème pour la sécurité dans la sous-région. En effet, en considérant les données sécuritaires recueillies actuellement en RDC (le nombre des rebellions étrangères ayant élu domicile en RDC), c’est toute la sous-région qui coure un nouveau risque de déstabilisation générale si rien n’est fait pour parachever immédiatement la stabilisation de la RDC. Ainsi, le Rwanda autant que d’autres de la RDC, ne saura pas non plus échapper à ce danger.

Blo : Obasanjo, l’ancien président du Nigeria, disait récemment que Kabila a peur de l’inconnu. D’après vous, quelle serait la voie de sortie la mieux indiquée pour le président Kabila dans la situation actuelle ?

Gaspard : Oui je crois que Kabila a vraiment peur de ce qui adviendra aussitôt qu’il ne sera plus président, car il est déjà enregistré contre lui des plaintes devant les juridictions internationales. Je me souviens avoir même personnellement signé une petition sur les massacres de Béni sur votre site web. Il y aurait finalement autant de dossiers judiciaires qui peuvent rebondir n’importe quand et n’importe où en rapport avec les crimes enregistrés sous son règne. Malheureusement, à mesure de vouloir forcer à continuer à se protéger sous la couverture d’un président eternel, il risque d’ajouter d’autres crimes au record actuel qui s’avère déjà suffisamment lourd. Vous savez, tout ce qui se passe sous l’exercice du pouvoir d’un gouvernement, c’est avant tout le chef de l’état ou le président de la République qui en endosse la responsabilité.
La solution pour Kabila aujourd’hui … je ne sais pas vraiment, mais je crois qu’il n’aurait que le choix que de quitter calmement le pouvoir. Il ne devrait pas s’engager dans le dialogue politique actuel, mais plutôt négocier sa sortie et son avenir après le pouvoir. Car s’il s’obstine dans ses manœuvres, il court le risque de subir l’assassinat ou de finir en prison comme Laurent Gbagbo de la Côte-d’Ivoire.

Blo : Que dites-vous en conclusion ?

Gaspard : Les congolais doivent comprendre qu’ils sont responsables de leur pays et ils doivent apprendre à aimer leur pays en posant des actions concrètes à cet effet. La RDC a besoin des congolais pour se bâtir un avenir et pour son développement. Si le peuple congolais est conscient que c’est Kabila qui est le problème qui entraine toutes ses souffrances actuelles, alors c’est à lui de s’occuper de lui sans attendre les autres. L’avenir de la RDC est entre les mains des congolais eux-mêmes et non pas entre les mains du Rwanda.
Je Suis toujours lecteur de Benilubero Online.

Blo : Merci Mr Gaspard de nous avoir accordé, cette interview, ce moment d’échange, après un long moment d’hésitation.

Gaspard : C’est moi qui vous remercie.

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Comments

  1. By kasimba

    Répondre

  2. By a

    Répondre

  3. By Gregoire nyaruke

    Répondre

  4. By César KASEMBEGHETYA

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *