Une nouvelle tragédie horrible en Ituri : Jusqu’où ira l’exécution de ces salles secrets de l’Etat ?

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Toute la province de l’Ituri est dans la consternation. Des tueries affreuses montées sous forme d’une guerre ont arraché cruellement la vie à plusieurs personnes, laissant plusieurs autres en état de blessures graves. C’est un événement qui s’observe au bord du lac Albert depuis samedi 15 septembre, et qui a atteint son sommet le dimanche 16 septembre 2018. Les localités lacustres qui ont subi ce malheur se situent autour de Gobu, s’agissant précisément de Muvaramu, Songa 1, Songa 2 et Tara, sur l’axe littoral nord de Tchomia, dans le territoire de Djugu, en province de l’Ituri.


Des violentes attaques ont ciblé les positions de l’armée gouvernementale, les FARDC, des contrées concernées. Tout de suite il a été constaté l’utilisation intensives des armes lourdes par les deux parties en combat, causant d’énormes dégâts humains dont l’horreur peut être remarqué à travers les photos accessibles sous ces liens (attention aux cœurs sensibles) : Image 1, Image 2, Image 3.

Révoltant est alors le mensonge de l’officiel congolais qui fait croire aux opinions que les FARDC ont été attaqués par des miliciens Lendu, au moment où aucune personne en Ituri n’ignore l’identité de ces criminels qui viennent de provoquer un si insupportable bain de sang selon le plan machiavélique savamment tissé par le régime de Kinshasa, dont l’autorité morale a juré de relancer à tout prix la tragédie en Ituri. Le bilan fourni par le corps médical qui assiste les victimes est effrayant: au moins 16 morts dont 6 militaires loyalistes, au moins 20 blessés souvent graves; les photos ci-annexées en sont plus éloquentes que n’importe quel mot que nous pourrions utiliser pour décrire cet horreur.


Nous tenons à souligner que les assassins de nos frères de ce dernier dimanche au bord du lac Albert sont très bien identifiés. Ils sont composés de deux compagnies de troupes exclusivement rwandaises qui sont arrivées à Bunia à bord de deux camions, à la tombée de la nuit du mardi 11 septembre 2018. Ces militaires rwandais habillés en FARDC et officiellement convoyés et orientés sur l’Ituri ont fait une escale à Bunia (ville de Bunia) jusque tard dans la nuit, pour s’embarquer vers le champ de leur opération vers 1 heure du matin. Dès lors, lesdits escadrons de la mort continuaient à se déployer, en progressant par des mouvements nocturnes, sous la couverture de leurs complices installés comme des éclaireurs partout en Ituri au sein des FARDC, tout au long de leur itinéraire. Ce sont ces troupes terroristes du président Joseph Kabila et de son ami Paul Kagame qui, équipées plus que l’armée gouvernementale congolaise en opération en Ituri, ont attaqué les positions des FARDC loyalistes pour prétendre à une incursion des milices locales (Lendu ou Hema). Les images tirées des événements provoqués par cette comédie de mauvais goût sont insupportables pour les cœurs sensibles, mais nous sommes obligés de les publier, fût-il de manière masquée à l’intention de ceux qui auront le courage de les apprécier, afin de faire connaître la vérité du comportement sadique du président Kabila contre le peuple qu’il prétend diriger.


Le plus grand souci du régime de Kinshasa consiste à entrainer l’Ituri sur la scène du même genre de tragédie que celle ayant élu domicile dans la région de Beni. Les acteurs, le mode opératoire et le fond des justifications des drames par les autorités officielles demeurent les mêmes.


Or, tous les notables de l’Ituri rappellent à l’intention des opinions aussi bien nationales qu’internationales qu’il n’existe nulle part en Ituri des conflits interethniques ni des milices locales actives contre les forces publiques. Bien au contraire, ce sont des éléments issus du M23, des immigrés illicites rwandais (Hutu et Tutsi) ainsi que des FDLR qui, appuyés par des pseudo-FARDC, sont en déploiement ça et là à travers cette province pour créer des foyers d’insécurité et des guerres civiles suivant les consignes politiques du président Joseph Kabila. Ces troupes hors-la-loi sont entre autres localisées à Boga, aux environs de Ngongo, à Berunda, à Tchabi etc. Ceci est un fait évident dont la connaissance n’échappe à aucun ressortissant de l’Ituri.


Il est urgent d’en appeler à une grande vigilance de la part du peuple de l’Ituri, afin d’identifier et de distinguer parmi les militaires officiels déployés dans leurs contrées les ceux qui sont véritablement loyalistes de ceux-là qui relèvent de l’entreprise terroriste du président Joseph Kabila. Car ce dernier ne jure que par la résurrection de la guerre intercommunautaire au sein des autochtones ou alors par tout autre moyen d’insécurité (massacres, barbarisme et terreur) pouvant lui permettre d’implanter un chaos qui lui est nécessaire en vue de forcer sa réinstallation dans l’Est du pays, voire à Bunia, la capitale de la province de l’Ituri, d’où il espère gérer une partie du pays quand il aura mené à bout son plan de balkanisation.

Tibasima Awooli Jackson
Bunia

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Un commentaire

  1. Dans cet article, il y a beaucoup trop d’affirmations graves, sans aucune preuve… Il serait peut être mieux d’enquêter et d’analyser les faits en profondeur que de toujours affirmer qu’il y a (ou aurait) des infiltrés à la base de tout les problèmes (politiques,sécuritaires…) de la RDC! Quel est le rôle des congolais dans cette insécurité et ces massacres? Ne tombons pas dans la désinformation, elle amplifie les problèmes au lieu d’y apporter des solutions!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*