Tabo Taberi Cheka, le commandant Mai-mai du groupe NDC, à sa reddition

Voici les composantes armées pour la guerre de la division du Nord-Kivu…

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Une alerte émane des sources proches de la présidence de la République Démocratique du Congo: les partisans de la guerre qui doit amener à la sécession de la province du Nord-Kivu sont maintenant connus. L’effort de cette entreprise est soutenu directement à partir de Kinshasa. Le président Joseph Kabila est déterminé à ériger une limite hermétique pour marquer la séparation entre le grand Nord-Kivu et le petit Nord-Kivu par le rayon du sud de Lubero, en l’occurrence au niveau de Kanyabayonga.


C’est un plan qui doit se concrétiser par un appui militaire, car la division du Nord-Kivu n’est pas quelque chose à négocier, mais on doit l’imposer, n’en déplaise à la majorité de la population qui peuple cette province. Les troupes déjà mises au point pour composer l’armée sécessionniste sont les suivantes:
– Les rebelles Hutu rwandais du FDLR;
– la milice appelée « Nduma Defense of Congo » ou NDC;
– les combattants du M23;
– la milice tribale Hutu appelée « les Nyatura »; et
– des infiltrés camouflés au sein des FARDC, l’armée nationale, par la bénédiction du chef de l’Etat.


La cartographie de ces forces sur terrain conduit à considérer d’emblée qu’un vaste espace est déjà implicitement occupé par l’armée séparatiste en gestation. Ce qui inclut d’office les contrées allant du sud de Lubero (sujettes aux activités permanentes des FDLR et de NDC), le Rutshuru (fief des Nyatura et FDLR) et le Masisi (fief des Nyatura et de NDC). Ces forces négatives viennent d’être renforcées en moyens logistiques par le pouvoir en place dans la perspective de la grande guerre qui s’annonce imminente.


Il est prévu que le président Joseph Kabila devra bientôt atterrir à Goma pour constater personnellement la mise au point des dispositifs offensifs de ces forces de sécession, avant de donner lui-même le coup d’envoi des opérations projetées. En sondant l’environnement des milices ci-dessus impliquées, il y a confirmation que c’est le pouvoir en place qui coordonne tout le programme. D’où, le courage des exécutants du terrain qui rassurent leurs partenaires et membres de la communauté qu’on revêt de la casquette de la division du Nord-Kivu, c’est-à-dire les Hutu, de demeurer sereins.


Entretemps, un nouveau plan machiavélique a été adopté pour affaiblir davantage le grand Nord-Kivu et la communauté qui en représente la figure, soit les Yira Nande. Une commando est larguée dans les rayons de Butembo et de Beni pour éliminer systématiquement les personnes influentes et ceux qui détiennent le leadership de la communauté dans les différents secteurs. Les personnes ciblées appartiennent à la classe politique, à la société civile, aux confessions religieuses, à la classe des grands commerçants et à l’élite intellectuelle. Une liste des personnes visées a été établie, mais que nous ne saurions vulgariser immédiatement pour ne point démoraliser les victimes potentielles.


Il est extrêmement regrettable qu’un président élu ait abusé de la confiance de son peuple pour entraîner la Nation vers le déluge. Mais le peuple doit tenir bon pour défier une fois de plus un tel comportement satanique.

Shabani Kaza-roho
Goma.

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*