Accrochages Fardc-Mai Mai

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
La nuit d’hier à ce jeudi 15 janvier 2009 a été incertaine pour la population de Kasugho et ses environs. La plupart des habitants de ce village ont passés la nuit dans la brousse craignant d’être pris entre deux feux au cas où les forces loyalistes auraient tenté de déloger les éléments « Mai Mai » du camp militaire de Kasugho. Heureusement aucun crépitement de bale n’a été entendu ni ce matin ni la journée. Et pourtant les militaires de la 6eme brigade Fardc sont bel et bien entrés à Kasugho.Qu’est-ce qui a pu alors empêché cette fusillade qui était presque prévisible?
Village de Kasugho en Territoire de Lubero
Selon des témoins les Eléments « Mai Ma »i ont commencé à évacuer le village depuis hier dans la matinée. Seulement une petite poignée est restée au camp, sans doute, pour tromper la vigilance de la population et celle des pillards qui pouvaient profiter d’un vide militaire dans cette contrée.
D’après nos sources ces éléments «  Mai Mai » se dirigeraient vers Bunyatenge au Sud ouest de Kasugho pour rejoindre le quartier général. Les forces loyalistes sont donc arrivées quand le terrain était déjà vide. En outre, elles ont été interceptées par certaines hautes personnalités locales pour sans doute les mettre au courant de l’évacuation volontaire de « Mai Mai » de Kasugho.
Toutefois, il y a lieu de signaler que les habitants de Katoyo,  quartier qui hébergé l’Université, viennent d’échapper de justesse à un risque d’affrontement.
En effet, une colonne inattendue de militaires des Fardc a fait incursion dans ce quartier alors que quelques éléments « Mai Mai » rodaient dans les parages prêt du site universitaire.
Ce qui a provoqué un climat de panique. Ajoutons, par ailleurs, que malgré ce calme apparent le marché de ce Jeudi n’a pas connu son ambiance habituelle. Les marchands ne sont pas venus de Lubero et de Butembo. Seuls le véhicule qui transportait les militaires est arrivé aujourd’hui. Le commerce et les activités scolaires sont restés paralyser.
.
Guy Mumbere
Université de Kasugho
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*