AL-ASFCO: Lettre ouverte aux Mamans de la RDC

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
                                        ANTENNE LIBRE Amis Sans Frontières du Congo AL-ASFCO, asbl
                                                                   BUKAVU / SUD-KIVU/RD CONGO        
 
Lettre ouverte adressée aux Mamans de la RDC à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme 2010
 
Chères Mamans,
A l’occasion de ce 08 mars 2010, Journée Internationale de la Femme, l’Antenne Libre ASFCO, vient, par ce mot, vous exprimer son total soutien et encouragement dans votre lutte et combat de tous les jours pour faire entendre vos voix et voir vos droits respectés par tous.
En cette occasion ASFCO est là pour vous dire tout haut :
          Prenez en mains vos destinées, et soyez libres de penser, de parler et d’agir ;
          Ne vous laissez pas manipuler et soyez unies pour une seule et même cause : votre dignité d’être humain.
Comme chaque année les femmes du monde entier font du 08 mars leur jour, non seulement de fêter, mais aussi et surtout une journée de faire entendre leurs voix, de réfléchir sur leurs conditions, de voir les avancées et d’envisager l’avenir avec espérance et confiance.  
Vous aussi, chers mamans de la RDC en général et vous, de nos régions de l’est en particulier, avec vos pagnes colorées aux multiples motifs, vous êtes appelées à envahir nos rues et ruelles pour marcher et festoyer, une manière pour vous d’oublier toutes ces peines et souffrances auxquelles vous êtes assujetties depuis des décennies. Mais, alors, chers mamans, il ne suffit pas de faire seulement du 08 mars la Journée Africaine des « Pagnes », il vous faudrait aussi et surtout prendre conscience de votre importance numérique dans le monde en général et en RDC, où vous représentez plus de 51% de la population contre 49% chez la gente masculine. Prendre conscience de cette supériorité numérique pour afin de prendre, enfin, votre destin en main et vous libérer du joug masculin dans le quel vous êtes soumises depuis un temps. La situation dans laquelle vous vous trouvez n’est pas une fatalité, vous pouvez vous en sortir tant bien que mal. Il vous suffit d’un simple sursaut d’orgueil et de vous unir pour la défense de vos causes, mis à part, toutes recherche du lucre et d’intérêt égoïste. Soyez unies comme une seule femme et vous ferrez entendre vos voix et votre combat aboutira à des résultats escomptés. Votre libération ne proviendra que de vous-mêmes.
 
Chères Mamans,
Votre descente dans les rues de toutes les villes et villages prouve en suffisance que vous avez un seul souci, celui de faire montre de votre dignité humaine et de votre sensibilité féminine, et rappeler au monde, surtout à la gente masculine, tous les maux, qu’encore aujourd’hui, dans plusieurs coins de notre pays continuez à subir impunément et dans une indifférence totale de la part des tenants du pouvoir.
Votre seul cris : « STOP AUX VIOLENCES FAITES A LA FEMME » … doit être nécessairement retenu, et que les gouvernements de bonne volonté, comme aussi le notre, puissent finalement, est sans aucune tergiversation   faire des gestes concrètes pour mettre fin à ce fléau. Qu’il soit mis fin à l’impunité érigée ‘en règle dans notre pays afin que les auteurs de ces graves violations de vos droits soient punis conformément à la rigueur de la loi. Trop c’est trop, vous avez longtemps souffert, il est donc temps que vous retrouviez votre pleine dignité Divino-Humaine.
1.       La femme n’est pas une bête, elle est notre mère.
Au cours de la longue guerre nous avons assisté impuissants, mais en pleurant, à toute une série de violences de tout genre contre vous les femmes. Ces violences continuent à se perpétrer impunément même aujourd’hui et touchent toutes les femmes, peu importe leur âge. Toujours le même scenario : hommes en uniformes et bien armés qui entrent forcement dans les maisons, en se livrant à des actes de vandalisme, violent les femmes présentes et ce avec une violence de rare intensité. Ces hommes, auteurs de ces crimes odieux, n’ont plus de dignité, sont poussés par leurs instincts bestiaux, ne sont plus des hommes, ils sont devenus des bêtes assoiffées, affamées, insatiables.
Et pourtant vous les femmes, vous êtes là pour donner la vie, pour faire réjouir notre société congolaise de nouvelles vies. Si nous pouvons employer une image nous pouvons dire, sans nullement forcer, que vous êtes comme le printemps, où la nature se remplie de couleurs, de lumières, et des rythmes nouveaux. Vous êtes nos mamans. Chacun de nous a une mère. Et chaque fois qu’on abuse de n’importe à quelle une femme, on abuse d’une mère, de sa propre mère.
2.       La femme n’est pas un objet, elle est une personne humaine
Le même créateur qui a créé l’homme, a crée aussi la femme. Compagnon de voyage, pour que l’homme ne soit pas seul, mais qu’avec elle, qu’ils puissent contribuer à remplir cette terre d’autres semblables. L’homme et la femme ont été créés par Dieu, et ont la même dignité de personnes humaines. Tous sont fils et filles d’Adam et Eve, sommes tous égaux, même si différents, et avons les mêmes capacités. La femme n’est pas un objet à publiciser, un objet susceptible d’être acheté, d’être baraté avec une dot. La femme a les même droits et devoirs que ceux de l’homme. Elle est libre, Elle est patronne de soi même. Elle n’a pas de barrières, ni de confines pour continuer à l’enfermer ou la réduire à l’éternelle esclave de régimes masculins, où de traditions religieuses dépassées.
3.       La femme est le moteur de notre société congolaise
Ça suffit d’entrer dans un marché quelconque de notre République, qu’il soit à Kinshasa, où dans le plus petit coin de la savane du Maniema ou de l’Equateur, et nous vous rencontrons là en train de faire votre petit commerce, entrain de lutter pour la survie de vos foyers, pour l’éducation de vos enfants. Nos chères mamans, vous le savez très bien que la vie de notre pays est dans vos mains, il suffit de jeter un coup d’œil   sur les statistiques de la population congolaise pour vous en rendre compte. Vous seules, êtes en mesure de décider sur l’avenir de ce pays. Les échéances électorales pointent à l’horizon, vous avez l’obligation de bien assumer votre importance numérique et votre rôle de mère de la Nation pour bien opérer vos choix, des choix judicieux et responsables susceptibles de doter notre pays des dirigeants, pourquoi pas des dirigeantes capables et compétents de restaurer la dignité de la femme congolaise et de créer des conditions de vie acceptables pour le bonheur de nous tous. Soyez responsables de vos actes et choix, chers mamans. La parité consacrée par notre constitution demeure une aspiration plutôt qu’une réalité dans de trop nombreux domaines de la vie publique et privée, vous en êtes sures au tant que nous. Allez-y comprendre quelques choses s’il vous plait. Aujourd’hui en toute honnêteté nous devons crier à haute voix la force qui vous pousse à être les « mamans » courageuses et pleine d’initiatives qui se soucient de leurs foyers et de leurs maisons.
4.       La femme martyr du Kivu
La femme martyre du Kivu n’a pas un nom, mais elle existe, car elle est signifié par les milliers et milliers de femmes, filles, adultes et vieilles, qui au cours de ces dernières quinze années ont payé très chère leur féminité. Ces femmes qui, prises entre deux feux, ne savent plus à quel saint se vouer, ces femmes qui sont humiliées, violentées et violées au quotidien, enlevées et réquisitionnées comme esclaves sexuelles avec pour conséquences atroces et indélébiles des grossesses et naissances non désirées sans évoquer les IST, ces femmes égorgées ou éventrées pendant qu’elles sont enceintes, lorsqu’elles ne sont pas enterrées…vivantes ; telle est la femme martyre du Kivu.
En cette journée du 08 mars, ASFCO voudrait alors vous lancer son défis, celui de voir un jour toutes ces filles et femmes traumatisées par le viol et marginalisées par notre société, parfois hypocrite, trouver un travail honnête pour pouvoir dire à leurs enfants toute leur liberté et toute leur solidarité.
Voilà chères mamans, avec nos sentiments filiaux, ce qu’on avait à vous dire à l’occasion de votre journée. Nous vous disons encore une fois « POLE na MUWE NA IMANI»
Bonne fête, chères mamans !
 
Fait à Bukavu, ce samedi 06 Mars 2010.
ANTENNE LIBRE Amis Sans Frontières du Congo
AL-ASFCO, asbl
BUKAVU / SUD-KIVU/REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
 
www.asfco.multiply.com      www.facebook.com    aasfco@yahoo.fr   criskijana@yahoo.fr
Tél. +243 85 36 32 679   +243 81 45 36 261
.
© Beni-Lubero Online 
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*