ALERTE ROUGE !!! Paul Kagame masse ses militaires à la frontière congolo-ougandaise

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

 

Le confinement du Covid-19 est une opportunité à ne pas rater, ainsi le considère le Duo Kagame-Kabile qui passe à la grande vitesse dans son plan cynique de faire du mal au Peuple congolais. BLO a eu le temps d’alerter plusieurs fois au sujet de ce qui se machinait pendant ce temps entre ces deux grands malfaiteurs de l’Afrique centrale.

Entre temps, à Kinshasa c’est la distraction et la confusion totale, qui constituent pour ce duo machiavélique une deuxième grande opportunité en or : des procès publics des kulunas en cravates, des marches des manifestations pour des problèmes périphériques, des discours des professeurs réclamant «uniquement» ‑à l’instar des gourmands budgétivores et impitoyables de la sphère politique du pays‑, la majoration de leurs salaires, etc. C’est le règne de l’irréalisme. L’attention de la population étant ainsi tournée plus vers cette réalité aléatoire et périphérique, les deux grands machiavélistes de l’Afrique centrale en profitent pour renforcer davantage leurs positions à l’Est du pays.

On peut constater alors un silence complice des tenants du FCC. En fait, se sachant meneurs du jeu, ils aiguisent les dents contre leur propre peuple, en renforçant et entretenant davantage la confusion. Tantôt c’est la réclamation de 2000 USD de plus sur le salaire déjà scandaleux des députés ; tantôt c’est le projet de loi visant la soumission de la justice congolaise au dictat du ministre de la justice, lequel proviendrait toujours de l’FCC, etc.

La nation a intérêt à savoir que ce cocktail intentionnellement mis en marche ne sert qu’à donner un temps propice aux machiavélistes génocidaires de l’Afrique centrale, au détriment des congolais rendus déjà misérables. Ce qui est malheureux c’est de voir des congolais se laisser utiliser comme des inconscients irréductibles contre les intérêts de leur propre pays. Quand l’amour effréné de la richesse gratuite nous condamne à la mort !!!

Pourquoi ce jeu se joue-t-il à la frontière congolo-ougandaise ?

Pour répondre à cette question, plusieurs éléments sont à prendre en considération.

1º. Une stratégie basée sur un conflit des longues dates

On se rappellera que le rwandais Kagamea toujours voulu présenter l’Ouganda comme le vrai ennemi du Congo. Et plusieurs congolais ont cru aux lèvres de ce renard de l’Afrique centrale, dont la politique se base fondamentalement sur le mensonge, la manipulation et le meurtre gratuit.

En fait, depuis plusieurs années déjà le Rwanda et l’Ouganda vivent dans une tension bien forte. Suite à ce conflit entre ceux qui étaient considérés jadis comme des frères, des frontières se sont vue devoir être fermées à maintes reprises. Aujourd’hui on peut constater que le Rwanda assassine des ougandais pour des motifs politiques. Et, en tout, du fond de sa méchanceté, Paul Kagame a toujours rêvé pouvoir abattre celui-là même qu’on devrait plutôt considérer comme son «parent politique». S’agira-t-il politiquement d’un complexe d’eudipe conduit jusqu’aux conséquences sanguinaires ?

En tout cas, Kagamea mis sa main à l’œuvre à plusieurs reprises. Et pour la cause, il a envoyé sur le sol ougandais des espions et criminels assassins de carrière ; il a infiltré plusieurs services ougandais, etc. Il y a presque trois ans, l’Ouganda a réussi à démanteler un réseau rwandais très fort et bien établi sur son sol. Mais le mal, bien enraciné, continue sensiblement. Kagame réagit souvent par l’arrestation des ougandais au Rwanda et renforce ses positions. Son intention n’est donc plus à cacher.

Par ailleurs, Kagame utilise le territoire Ougandais comme lieu de camouflage, de recrutement et de passage de ses criminels, recrutés à partir d’un peu partout et agissant sous son commandement de fer. Ainsi, ces derniers peuvent apparaître à la face du monde comme étant des ougandais alors qu’en réalité ils portent en eux le cœur d’assassin et criminel de Kagame.

Cela dit, c’est lorsque l’Ouganda découvre ce jeu qu’il se rend compte du lien entre les présumés ADF-NALU et le Rwanda de Kagame, agissant intimement avec son disciple Kabila.

2º. S’accaparer de l’Est de la RDC et s’attaquer à l’Ouganda

Selon les dernières informations parvenues à BLO, le Rwanda de Kagame projette s’accaparer rapidement et totalement de l’Est de la RDC. Et cela lui est rendu facile grâce à la collaboration indéfectible de Joseph Kabila.

En fait, le Rwanda joue un double jeu :

  1. Kabila lui ouvre toutes les portes pour infiltrer les FARDC. Cela lui permet de connaître toutes les faiblesses du pays, de maîtriser et de contrôler l’armée congolaise en la mettant à son service et de conquérir un large territoire à l’Est du pays qui, postérieurement, lui servira de base-arrière pour s’enrichir davantage et pour attaquer l’Ouganda. Au fond, dans cette machination expansionniste Kagamiste, le Rwanda a déjà un allié non-voulant contre l’Ouganda. C’est la RD Congo de Kabila. Ainsi, l’Ouganda peut se trouver non seulement diabolisé et isolé, mais également menacé par des possibles attaques armées à partir du Congo.
  2. Exécuter des violations des droits humains sur le sol congolais, tout en utilisant des fausses-têtes. Ainsi, à l’heure du jugement, des milliers des congolais se verront porter sur leurs épaules une responsabilité dont l’intelligence se trouve dans la tête hitlerienne du plus grand assassin et criminel de l’histoire de l’Afrique centrale.

Conséquences de ce jeu machiavélique de Kagame-Kabila

  1. Contre sa propre volonté et ses propres intérêts, l’Est du Congo sera entraîné dans un conflit armé inutile qui se jouera indubitablement sur le territoire congolais, avec des victimes congolaises.

En fait, Kagame (et Kabila) sait très bien que l’Ouganda ne se laissera pas faire. Ainsi, ne voulant pas que les victimes de sa politique soient clairement visibles, ni que cela touche directement son propre pays, il fait le choix du jeu de cache-cache et de la confusion, offrant, grâce à la collaboration de Kabila, le peuple de l’Est du Congo au plateau de ce sacrifice gratuit.

  1. L’armée congolaise déjà infiltrée jusqu’à toutes les sphères se verra impliquée activement dans un conflit qui ne le concerne pas directement. Ainsi, nous allons continuer à perdre nos vaillants soldats compatriotes, qui seront certainement utilisés comme des ceintures de sécurité. Voilà ce qui les attend demain, s’ils ne sont pas capables ou disposés de se libérer aujourd’hui et maintenant.
  2. Kagame et Kabila veulent détruire le lien d’amitié, d’affection et de bonne collaboration qui caractérise la relation entre l’Est du Congo et l’Ouganda, spécialement autour du mont Ruwenzori et du parc national des Virunga. Cela permet à ces bourreaux de fragiliser en même temps l’économie jadis fleurissante de cette contrée, et de submerger les différents peuples concernés dans un conflit d’identité. Exemple : conflits dits ethniques, sous la mise en scène de ces ennemis du peuple congolais. C’est le cas, encore une fois, aujourd’hui en Ituri ; des autochtones mis en complicités sanguinaires, au détriment de leurs propres frères et sœurs ; la promotion d’une véritable culture de la mort par méchanceté du cœur humain ; etc.

En définitive, on peut déjà répondre clairement à la question: «Qui tue à Beni et Ituri?» C’est « Joseph-Kagame », c’est le Rwanda de Paul Kagame, avec son disciple Joseph Kabila. C’est donc bien lui l’ennemi du congolais. Et il ne l’est pas seulement de la RD Congo. En réalité, en véritable mauvais voisin, le Rwanda de Kagame n’a aucun pays ami entre ses voisins directs. Sauf la RD Congo, qui l’est par la magie de la collaboration de Joseph Kabila et son FCC.

Voilà pourquoi on doit regretter amèrement que Félix A. Tshisekedi ait pris le courage d’inaugurer son mandat présidentiel par déclarer que Kagame est un ami. Flatté naïvement par ce renard, il est même arrivé à promettre haut et fort de devenir bienfaiteur des orphelins rwandais au Rwanda, au lieu de s’occuper des orphelins rwandais et congolais que les actions sanguinaires de Kagame ne cessent de multiplier à l’Est de la RD Congo.

Les congolais dignes de ce nom sauront-ils lui pardonner cette aberration scandaleuse et cette trahison fratricidaire ?

On comprend bien combien dangereuse est la passivité des congolais et congolaises, d’où qu’ils soient, face à ce plan machiavélique dénoncé depuis des années et dont l’exécution sur terrain ne rencontre aucune réaction responsable dans le sens à se défendre contre l’occupation ou à se prendre en charge. Plus étonnante encore est l’attitude du président Félix A. Tshisekedi qui, amorphe et enveloppé d’indignité, regarde silencieusement et avec complaisance ceux qui déciment sa population. Totalement inféodé et indifférent, il n’a ni mot de compassion, moins encore une action courageuse. Il regarde passivement comme si la tragédie se passait dans un pays très lointain et inconnu.

Pour finir, BLO rappelle à Mr Félix A. Tshisekedi, aux expansionnistes génocidaires et à leurs complices que le sang des innocents du peuple kivutien et iturien clame justice et que le ciel ne se taira pas indéfiniment.

 

Pascal Masumbuko,

 

©Beni-Lubero Online.

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

2 plusieurs commentaires

  1. Nous allons continuer à perdre nos “vaillants soldats compatriotes” parce que eux-mêmes ne veulent pas écouter la voix de la raison.
    Pourquoi continuent-ils à obéir aux ordres de leurs bourreaux?
    Et où sont les soi-disant opposants dans tout ça?

  2. « 60 ans Après »
    « Vivre l’indépendance, c’est être un citoyen vivant pour mourir et non un citoyen vivant pour subsister ».
    60 ans après, le congo de Lumumba n’est toujours pas indépendant. Nous passions être indépendant sans l’indépendance, nous passions être souverain sans la souveraineté. L’indépendance que proclamait Lumumba le 30/06/1960 n’est toujours pas là, l’indépendance que chantait nos patriotes n’est toujours pas là! Nos patriotes ont lutté pour l’indépendance, pour la souveraineté du Congo, mais leur lutte a été camoufler par nous-même. C’était l’indépendance immédiate contre la colonisation, l’esclavagisme.
    60 ans après, où va le Congo ?
    Qu’avons-nous fait?
    Vivons-nous la vraie indépendance proclamée par Lumumba et vécue par nos patriotes le 30/06/1960
    60 ans après, les congolais dignes de ce nom ne sont pas entrain de vivre l’indépendance proclamée par Lumumba, nous sommes entrain de vivre le contraire, la pensée de Lumumba ne se pas réaliser. Voici ce que Lumumba appelle indépendance, congo indépendant : « La République du Congo a été proclamée et notre cher pays est maintenant entre les mains de ses propres enfants.Ensemble, mes frères, mes soeurs, nous allons commencer une nouvelle lutte, une lutte sublime qui va mener notre pays à la paix, à la prospérité et à la grandeur.Nous allons établir ensemble la justice sociale et assurer que chacun reçoive la juste rémunération de son travail.Nous allons montrer au monde ce que peut faire l’homme noir quand il travaille dans la liberté, et nous allons faire du Congo le centre de rayonnement de l ‘Afrique tout entière. Nous allons veiller à ce que les terres de notre patrie profitent véritablement a ses enfants. Nous allons revoir toutes les lois d’autrefois et en faire de nouvelles qui seront justes et nobles . Nous allons mettre fin à l’oppression de la pensée libre et faire en sorte que tous les citoyens jouissent pleinement des libertés fondamentales prévues dans la déclaration des Droits de l’Homme. Nous allons supprimer efficacement toute discrimination quelque qu’elle soit et donner à chacun la juste place que lui vaudra sa dignité humaine, son travail et son dévouement au pays. Nous allons faire régner non pas la paix des fusils et des baïonnettes, mais la paix des coeurs et des bonnes volontés.Et pour tout cela, chers compatriotes, soyez surs que nous pourrons compter non seulement sur nos forces énormes et nos richesses immenses, mais sur l’assistance de nombreux pays étrangers dont nous accepterons la collaboration chaque fois qu’elle sera loyale et ne cherchera pas à nous imposer une politique quelle qu’elle soit.». Nous ne vivons pas cette merveilleuse pensée de Lumumba, nous vivons juste le contraire de cette pensée.
    Qu’avons-nous fait? Nous avions tué le père de l’indépendance, l’indépendance de notre pays était reposé sur l’idée magnifique d’une personne. Celui qui avait tué Lumumba, il a tué la démocratie, la paix, l’indépendance et la souveraineté de notre beau et grand pays la République Démocratique du Congo. Nous avons donné la place à la corruption, nous avons perdu notre esprit patriotique. Actuellement, nous vendons nos frères pour un ou deux billets de dix dollars, nous avons corrompu nos consciences, nous avons communié avec l’ennemi, nous avons accepté que notre ennemi nous dirige, qu’il devient notre président, notre député nationale et provinciale, notre général dans l’armée et dans la police, notre chef de service! Nous avons participé aux complots de notre ennemi, nous sommes devenu ennemi du Congo et des Congolais ! Nous avons anterrer la définition de l’indépendance donnée par Lumumba. Nous avons remplacer l’amour de la patrie par l’amour de l’argent ! Voilà nos péchés qui nous gacrainent dans la colonisation après l’indépendance.
    60 ans après, où va le Congo? Nous allons en enfer ! 60 ans après, nous sommes entrain d’acheminer notre bon et grand Congo en enfer, vers la balkanisation, vers l’élimination totale de notre pays! Voilà notre marche de 60 ans après. Nous nous réclamons d’un Congo indépendant et souverain, mais on nous tue comme des mouches, nos frères sont tués, massacrés, décapités, violés,… Et tout ce là dans un pays indépendant et souverain ? Nous avons des frontières très poreuses, des réfugiés internes, de la famine par tout, de la crise économique partout,… Et tout ce là dans un Congo indépendant et souverain ?
    Chers frères Congolais, nous avons vendu de nous-mêmes notre pays! Notre ennemi a acheter nos confiances. Nous avons été des opprimés et des oppresseurs de notre propre pays. 60 ans après, nous n’avons rien comme développement de notre pays, ni instauré la paix et l’intégrité territoriale, mais nous voulons commettre un grand péché qui restera impardonnable de diviser le grand Congo de Lumumba, au détriment de nous tous. Chers frères, revenons à la raison ! L’amour de l’argent qui nous domine laisse que nous communions avec notre ennemi, laisse que nous puissions être des ennemis de notre pays! Je pleure le sang. Par l’amour de l’argent, nous massacrons nos frères, nous violons nos soeurs congolaises, nous sommes entrain de balkaniser notre pays, … Oh l’amour de l’argent efrace à nous l’amour de la patrie ! Quel péché.

    60 ans après, nous sommes devenus les colonisateurs de nous-mêmes, nous commençons à nous tuer, nous pietinons nos frères congolais, nous communions et complotons avec l’ennemi au détriment de nous tous. Chers frères, où avons-nous mis nos consciences. Nous avons anterré la lutte, la lutte nous léguer par Lumumba. Sous notre regard impuissant, nos frères sont massacrés et nous ne disons rien. Sous notre regard impuissant, notre ennemi prend notre pouvoir et nous lui accompagnons et lui aplodisons. Et après nous dansons, amusons, distrailons… Quel genre d’être humain sommes-nous ?
    60 ans après, nous restons des éternelles spectateurs, des éternelles distraits face au développement de notre pays. Quel pays nous allons léguer à nos enfants et petits enfants ? Quel richesse nous avons laissé à nos enfants et petits enfants ? Quel développement avons-nous attrepris pour notre pays? Un pays si riche, mais Qu’avons-nous fait de cette richesse si ce n’est pas de nous tuer? Oh! Oh! Peuple Congolais, longtemps meurtie et souffert, jusqu’à quand ? C’est toi et moi le problème ! Nous devons revenir à la raison ! Nous sommes les enfants d’un même pays.

    Nous avons un message d’amour pour tout les congolais et congolaises dignent de ce nom: « Congolaises et congolais, dignes filles et fils du Congo, pour vivre l’indépendance, il faut comprendre que le mal n’a jamais eu le dernier mot. La liberté de nous tous viendra de nous-mêmes, la souveraineté de notre pays viendra de nous-mêmes, la paix de coeur de chaque de nous viendra de nous-mêmes, le développement de notre pays viendra de nous-nous. Nous ne sommes pas encore indépendant, luttons pour notre indépendance. La seule reponse à l’excès du mal est l’excès de l’amour. Nous avons tous trahi le rêve de Lumumba, alors nous avons intérêt de nous ressaisir, de révéler et d’élever ce grand rêve de Lumumba et de tout nos martyrs de l’indépendance. Nous vivons le néocolonialisme, c’est notre tour de libérer notre grand et bon Congo.
    Chercher la vérité du Christ, c’est me décider à me batre comme lui, contre la violence qui divise, jusqu’à donner ma vie, s’il le faut pour ceux que j’aime. Quand le peuple se lève, l’impérialiste tremble, nous devons nous lever et chercher notre vérité pour nous et pour les générations futures. Il faut que les générations futures ne nous accusent pas d’avoir ettoufer le grand Congo.
    La libéte n’est pas négociable, on ne libère pas un peuple mais un peuple se libère. Nous devons nous libérer de la mains de nos ennemis, nos oppresseurs.
    La peur ne construit rien, prenons des risques pour notre pays, notre développement pour l’amour de la patrie.».
    Je suis Congolais, je sauve le rêve de Lumumba!
    Vive le Congo indépendant et souverain.
    Fait à Butembo le 29/06/2020

    Kakule Kahongya Moïse!

    Références : Discours de Lumumba
    Discours Mgr Emmanuel Kataliko
    Discours de Thomas Sankara

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*