Alertes!!! Des millions de dollars mis en jeu pour anéantir la capacité des autochtones à l’Est de la RD Congo

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Complot intolérable pour implanter les Mbororo contre la population autochtone

Motivés par l’offre de six millions de dollars américains de la part de l’Union Africaine, Kinshasa se mobilise à implanter les Mbororo sur le dos de la communauté congolaise locale dans la région du nord et du nord-est du pays. Toute fois, il sied de bien clarifier les choses.

Il importe que le congolais prenne conscience de sa situation du moment. Le mouvement d’invasion a progressivement embrasé l’est et le nord de la RD Congo. Aujourd’hui, c’est déjà un fait presque accomli. On n’aura que trop parlé de l’inconfort dans lequel les refugiés rwandais ont placé les communautés congolaises du grand Kivu depuis toute une moitié de siècle, partant des fuites des Tutsi du Rwanda en 1959 aux revers de l’opération Turquoise qui a deversé toute une nation (du régime de Juvénal Habyarimana) en RD Congo. Il en résulte le phénomène interminable des FDLR ainsi qu’un développement insaisissable de la culture de violence, sans perdre du vue la prolifération des groupes armés qui y a trouvé un modèle à imiter. Voilà tout qui a défiguré le visage paradisiaque du Kivu et de l’Ituri.


Entretemps, les ougandais de LRA (Lord Resistance Army) ont atterri par le nord du pays dans un contexte que nul n’est parvenu à élucider aux opinions; c’est une autre invasion qui a évolué parallèlement à celle des éleveurs armés des pays de l’Afrique de l’ouest et du nord dénommés les Mbororo. En dépit des agressions de ces étrangers contre les communautés congolaises et la destruction de leurs champs, le gouvernement central a constamment manifesté sa complicité adoptant l’attitude d’un “sourd-muet”. Aucune régles d’immigration n’a été imposé à ces personnes qui soumettent les misérables congolais à une coupe amère: ils ont transformé les champs des autochtones en paturage pour leurs vaches, tout en gardant leur main habile pour manier leurs armes à feu contre quiconque ose élever la voix.


Finalement, la RD Congo est l’unique pays où les dirigeants sacrifient leurs administrés à l’esclavage de tout venant! Tirant le maximum de l’opportunité ainsi offerte, les Mbororo ont maintenant adopté une vitesse de croisière pour envahir toute l’ancienne province Orientale. Partant du Bas-Uélé et du Haut-Uélé, ils en sont déjà à l’étape de l’Ituri, provoquant ainsi une agitation jusqu’à Tshopo.

Le gouvernement congolais tend la main pour les installer solidement au détriment de ses citoyens…

Très révoltant est ce partenariat que Kinshasa vient d’engager avec l’Union Africaine pour apporter tout appui et toute protection en faveur les Mbororo partout où est signalé leur présence non camouflable vue des milliers de troupeaux de vaches qui les accompagnent.


Au nom du prétexte de réfugiés climatique, l’Union Africaine vient de donner entre 5 et 6 millions de dollars américains pour mettre en place des infrastructures sociales nécessaires pour la stabilisation des Mbororo qui marquent leur mouvement dans l’ex province Orientale. Ces fonds sont destinés à leur construire des habitats, des écoles, des hôpitaux et à renforcer leur capacité d’imposition aux communautés congolaises locales.
Des opportunistes et assoiffés d’argent du régime corrompu qui dirige le pays se sont aussitôt mobilisés pour faire la tournée à travers les provinces actuellement concernées par ce dossier (présence des Mbororo), en l’occurrence lIturi, le Haut-Uélé et le Bas-Uélé.
Cas échéant, il y a lieu de citer leur passage à Dungu, où, profitant de la naïveté et de l’ignorance des autochtones, ils ont tenté de sensibiliser la société civile et la notabilité de la place conformément au complot de la communauté internationale dont ils accepté d’agir en complice au détriment de leurs propres frères.


Il est urgent que cette machination soit dénoncé immédiatement. Par ce phénomène d’invasion et d’imposition des étrangers pour dominer, coloniser, maltraiter et exploiter les autochtones, s’ouvre la porte d’un déluge, une ère de violence et d’instabilité du genre de ce qui a transformé aujourd’hui le Nord-Kivu en poudrière jusqu’à instaurer une société régie par la loi de la jungle.
Est-ce que c’est seulement la RD Congo qui fera continuellement exception parmi tous les pays du monde, pour accorder des dérogations aux réfugiés, qu’il faudra mieux appeler envahisseurs, en admettant qu’ils pénètrent le territoire national en étant armés jusqu’aux dents, comme s’ils venaient à la conquêtes contre les communautés nationales autochtones?


A Bunia, à Dungu, à Watsa, à Mambasa, à Ango, à Faradje, à Durba, bref dans toute la région déjà visiblement envahie par les Mbororo au nord et nord-est de la RD Congo, les communautés victimes et martyres devraient faire sentir aux dirigeants prédateurs et devant le monde qu’elles ne sont pas naïves ni nonchalantes. Les citoyens congolais et leurs terres ne sont pas une marchandise à vendre. Nous n’avons pas besoin de faire l’expérience d’occupation que connaît le Kivu, de façon le congolais qui y vit n’est qu’un objet de raillerie, de mépris et réduit en esclave chez soi. Le peuple doit prendre sa responsabilité aujourd’hui ou alors il lui sera tro tard.

Baraza Lola
Dungu

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Un commentaire

  1. Je comprends pourquoi les autorités administratives, l’armé et la police se taisent lorsque les civils sont massacrés dans la région Beni-Itutri. C’est à cause des millions des dollars que certains responsables reçoivent. Nos dirigeants sont des loups pour leur propre peuple. Imaginez; la partie Est de la ville de Beni est inhabitée et une grande partie de l’axe Beni-Eringeti. Les services de sécurité observent sans rien faire. Aucune action mise en œuvre pour motiver les populations à regagner leurs entités.
    Merci frère Baraza Lola pour cette révélation!!! Tout se paie ici bas.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*