Alliance AMP-CNDP: révélations et questions qui demeurent

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Depuis que l’AMP a accueilli officiellement en son sein le CNDP, le camp de la majorité au pouvoir ne cesse de sonner sa trompette sur les fora des bloggeurs congolais mais aussi dans les medias proches du pouvoir. L’AMP se félicite de la vision de son autorité morale, à savoir, le Président sortant Joseph Kabila, pacificateur national qui au moment voulu sait toujours tendre la main aux rebelles et aux opposants pour l’intérêt supérieur de la nation. Pour l’AMP, la conversion du CNDP en parti politique et par surcroît en allié de la majorité au pouvoir était la pièce manquante du puzzle de la pacification des provinces sous la coupe amère du CNDP. 

L’établissement du lien entre l’adhésion du CNDP à l’AMP et la pacification de l’Est du pays est sans aucun doute la grande revelation de cette fin d’année 2010. En effet, ce lien est une reconnaissance de l’AMP que l’insécurité qui sévit à l’Est de la R.D.Congo est l’oeuvre du CNDP. Cette reconnaissance de l’AMP rejoint les conclusions des analystes qui suivent de très prêt la situation sur terrain. Avec le CNDP, parti politique et allié politique de l’AMP, l’AMP nous promet donc la fin des charniers du Kivu, des assassinats ciblés, des incendies des maisons, des braquages sur les routes, des pillages des minerais, etc.   Quel beau cadeau de Noël 2010 et du Nouvel an 2011? 

Pourtant, il n’y a pas longtemps que le régime de Kinshasa et la Monusco accusaient les FDLR, ADF-NALU, LRA, etc., d’être les instigateurs de l’insécurité à l’Est du pays? Mais comme tel n’est plus le cas, l’AMP n’a pas tendu la main aux FDLR, LRA, ADF-NALU, etc. mais au CNDP qui possède la clef de la paix au Kivu. 

L’autre revélation est que le but de la guerre du CNDP est atteint. En effet, le CNDP disait à qui voulait l’entendre que sa lutte armée avait pour but de protéger la minorité Tutsie contre son extermination par les FDLR et autres Interahamwe en divagation à l’Est du pays depuis 1994. Depuis plus d’un an, le retour de ceux qu’on appelle « retournés du Rwanda » ou de Masisi est en marche bien que camouflée et discrète dans les sites miniers des provinces telles le Sud-Kivu, Nord-Kivu, Maniema et Province Orientale. Le succès de cette opération est autre signe qu’il n’y a plus de FDLR dans les provinces ci-haut citées où les retournés s’installent sans aucun problème. En effet, on n’a jamais entendu dire qu’un retourné du Rwanda a été kidnappé ou tué par un FDLR ou un ADF-NALU, etc. On peut ainsi dire qu’il y avait pour le CNDP plus de peur que de mal car les FDLR ne tuent pas les Tutsi qui rentrent du Rwanda pour s’installer au Congo. C’est peut-être là le sens de la paix retrouvée au Kivu si l’on en croit l’AMP. 

Malheureusement, cette paix des retournés du Rwanda et du CNDP avec l’AMP, n’est pas encore perceptible par les congolais restés au pays. Des tueurs et pyromanes qui endeuillent l’Est du pays sont toujours identifiés par Kinshasa et la Monusco comme FDLR, LRA, ADF/NALU, etc. 

L’autre révélation de la paix retrouvée au Kivu est que ce n’est plus la minorité tutsie de Nkunda qui a peur d’être exterminée par les FDLR mais la majorité congolaise. La peur a donc changé de camp. Avec l’alliance Hutu-Tutsi et dernièrement l’alliance AMP-CNDP, seules les populations congolaises sont cibles et victimes des FDLR, LRA, ADF-NALU, etc.  

D’où la question qui demeure: Pourquoi toutes les populations congolaises ne jouissent-elles pas de la même securité que les retournés du Rwanda qui ne sont pas attaqués par les FDLR? Pourquoi cette paix est-elle exclusive et selective? Aussi, si les alliances politiques avec les tueurs d’hier à la veille des elections de 2011 constituent le mode de pacification du pays, qu’attend-on pour tendre la main aux FDLR, ADF-NALU, LRA, qui continuent de tuer pas la minorité Tutsie mais la majorité des congolais? Pourquoi ne les associe-t-on jamais aux pourparlers de paix pour que le peuple congolais sache où se trouvent leurs QG, qui sont leurs leaders, pourquoi ils continuent de tuer les congolais, etc. L’emprisonnement de deux présumés leaders FDLR en Allemagne suffira-t-il pour éteindre leur feu au Kivu? 

Rien n’est sûr. L’opacité avec laquelle la question des FDLR, LRA, ADF-NALU est traitée en R.D.Congo et dans la communauté internationale donne l’impression qu’il n’y a de FDLR que le CNDP, et avant, le RCD-Goma. Maintenant que la mission pour laquelle l’alibi FDLR avait été crée semble accomplit, tout est mis en marche pour faire un montage de sa disparition de la scène. Le timing du procès de deux présumés leaders FDLR en Allemagne avec le rapatriement des soi-disant refugiés congolais du Rwanda en R.D.Congo, renforce cette hypothèse de montage. Il serait en effet naïf de croire que les FDLR obtenaient par le seul canal de ces deux présumés leaders un pouvoir de feu supérieur à celui de la Monusco, des armées de la RDC et du Rwanda, et que leur simple emprisonnement peut justifier l’éradication du phénomène FDLR. La revelation de l’AMP qui lie le retour de la paix à la conversion du CNDP en parti politique de la majorité au pouvoir, semble être l’hypothèse la plus convaincante. Autrement dit, le CNDP et les FDLR sont deux vocables pour designer la même réalité comme cela est perceptible sur terrain au Kivu. 

L’autre hypothèse plausible est que l’alliance AMP-CNDP est du style du dialogue intercongolais de Sun City qui avait réunit sur la table du dialogue les grands belligérants de l’époque. Mais en même temps, d’autres belligérants naissaient et affutaient leurs armes pour occuper le terrain abandonné par les belligérants participant au dialogue et pour narguer le gouvernement d’union nationale chaque fois qu’il passerait outre les desiderata de certains anciens belligérants. Les nouveaux belligérants qui n’étaient liés d’aucune manière par les décisions du dialogue intercongolais s’étaient ainsi transformés en groupe de pression sur le gouvernement central. 

Pour ne citer que le cas du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, le départ du RCD-Goma pour Kinshasa avait vu naître et grandir le CNDP de Nkunda et de Jules Mutebusi. La fête de l’arrivée du RCD-GOMA à Kinshasa n’avait donc pas été longue au Nord et au Sud-Kivu. 

D’où la question : qu’en sera-t-il de l’adhésion du CNDP à l’AMP si les FDLR, LRA, ADF-NALU ne concluent aucune alliance avec les autres composantes du pouvoir ? Pourra-t-on parler de paix si les populations congolaises continuent d’être victimes de ces groupes armés étrangers que même l’AMP ne veut résorber en son sein ? 

Kakule Mathe

Butembo

©Beni-Lubero Online

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*