Apport des traditions congolaises

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

 Séminaire interurbain « Traditions de paix » à Butembo : 11-13 Avril 2007

Les traditions nous portent tous et constituent notre base et un socle de construction de la paix. Pour puiser dans leur quintessence, les plates-formes « Traditions et paix » de Bukavu, Butembo et Goma en collaboration avec l’Institut de la Vie (Bruxelles) et Pax Christi Vlaanderen (Antwerpen) ont organisé un séminaire interurbain “Traditions de Paix” à Butembo du 11 au 13 avril 2007 au Centre de Ressourcement spirituel des soeurs orantes de Kasongomi. Il a reçu le soutien de la Région wallonne / Communauté française de Belgique (CGRI – DRI – CASIW). Pour ces plates formes, quelques idées méritent d’être soulevées parmi lesquelles les pensées de Ki-Zerbo, savant africain mort en 2006: « En effet, les formations politiques de l’Afrique traditionnelle sont riches d’enseignements et offrent des exemples de gestion saine du pouvoir, ceci étant en contradiction avec l’image souvent véhiculée d’une Afrique précoloniale similaire à un champ de bataille où les Africains passaient leur temps à s’entretuer, ce qui justifierait l’argument selon lequel la colonisation a été un processus de pacification de l’Afrique ».     (J. Ki-Zerbo, 2006).
 
Sous le comité de pilotage : Roger Mwana wa vene, Edwige Kababala, Michel Ansay, Josaphat M. Balegamire et du comité d’organisation de Butembo : François Biloko, Edwige Kababala, Dunia Katembo, Sambo Muliwavyo, Kambale Musubao, Roger Mwana wa vene avec le secrétariat fait par Florent Kasula, Bertrand Katsongeri, cet atelier a reçu des invités des villes de Bukavu, Goma et Butembo.
 .
Parmi les thèmes exploités, on note :
.
– Le Kyaghanda comme mécanismes traditionnels de résolution des conflits dans la société Yira en Est de la RDCongo, par le chef de Travaux à l’Université Catholique du Graben, Kahindo Kambalume
– Le Monde a besoin d’une Afrique rendue à elle-même par le Professeur Abbé Vyakuno Emmanuel, Vice-doyen de la Faculté des Sciences Sociales, Politiques et Administratives à l’UCG
– Femmes et traditions : Quelle est la place de la femme dans la tradition ? : Eléments d’analyse thématique avec Marie Mwira et Sambo Muliwavyo
– Jeunes et traditions : Quelle est la place du jeune dans la tradition ? Eléments d’analyse thématique par M.-L. Balagize avec d’autres intervenants : Dunia Katembo, Innocent Pendakazi,…
– Les ressources naturelles : Quelle gestion des ressources naturelles dans la tradition : foncier,   relations agriculteurs-éleveurs, paysans sans terre et parcs ? Eléments d’analyse thématique par Paul Vikanza, chef de travaux à l’UCG et académique de l’ENACTI avec d’autres intervenants : Adolphine Kavira, Achille Bifumbo, Innocent   Pendakazi
 
Les principaux axes poursuivis par ces plates formes consistent à: Promouvoir les institutions traditionnelles, la réhabilitation des couches sociales marginalisées, la réhabilitation et la promotion des ressources naturelles, la contribution à la réhabilitation des victimes des conflits intercommunautaires, le renforcement des capacités institutionnelles. Ainsi, ont-elles émis le voeu de créer un Réseau Traditions de Paix regroupant les trois plates-formes de Butembo, Goma et Bukavu et en élaborer un plan stratégique. Ce réseau est provisoirement coordonné par une équipe de trois personnes, responsables des plates-formes.
 
A la fin de l’atelier quelques recommandations ont été formulées à l’intention de l’assemblée provinciale du Nord-Kivu, des chefs coutumiers, la société civile, le monde administratif et politique local, l’université et les partenaires internationaux.
Nous, participants au séminaire interurbain “Traditions de Paix” à Butembo, du 11 au 13 avril 2007, au Centre de Ressourcement Spirituel des Soeurs Orantes à Kasongomi;
Convaincus que les Traditions constituent un socle sur lequel peut être construite la Paix;
Avons pris les engagements suivants et formulé des recommandations qui suivent:
 .
* Engagements des participants
.
1.         Constituer une équipe des formateurs sur la contribution des Traditions au processus de la paix dans la région de Grands-Lacs en général et du Kivu en particulier;
2.         Promouvoir les mécanismes traditionnels de prévention et résolution des conflits;
3.         Prendre conscience que le développement de l’Afrique est une affaire des africains et exige la participation de tous, hommes, femmes, jeunes, pygmées pour être endogène et promouvoir la paix des peuples;
4.         Impliquer les jeunes dans les initiatives de recherche de la paix et de maîtrise des traditions;
5.         Lever et bannir les interdits culturels restreignant la participation et la contribution de la femme au processus de développement;
6.         Organiser des émissions “Traditions de Paix” en vue d’éclairer la population sur l’importance du recours à la tradition, à ses valeurs positives pour la restauration d’une paix vraie et durable;
7.         Faire une restitution fidèle des acquis de ce séminaire dans les structures d’origine;
.
* A l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu
.
8.         Réhabiliter les chefs coutumiers, conformément à la constitution de la RDCongo, dans leur rôle de premiers magistrats à la base;
9.         Mettre sur pied des mécanismes d’harmonisation des compétences reconnues aux coutumiers et celles de l’administration moderne;
10.       Mettre sur pied un cadre de concertation entre les pygmées et les agriculteurs et au besoin user de la clause de discrimination positive en faveur des pygmées;
11.       Vulgariser les lois régissant les parcs et les techniques de pêche en encourageant également les actions favorisant la protection de l’environnement et de la conservation des ressources naturelles et la gestion transparente des ressources financières liées aux patrimoines nationaux et mondiaux des parcs et réserves naturelles;
12.       Etendre le programme du CONADER à tous les ex-combattants pour éviter leur réintégration dans les milices en quête du kit de démobilisation et exiger un temps largement suffisant de rééducation dans les centres de transit et réorientation;
.
* Aux chefs coutumiers
.
13.       Que les chefs traditionnels soient sensibilisés sur le bien fondé de leur réhabilitation dans leur rôle de premier magistrat et partant de garants de la paix sociale;
14.       Encourager les rencontres entre différents chefs coutumiers autour des questions saillantes qui minent leurs entités respectives;
15.       Revivifier les institutions traditionnelles en y intégrant la femme, ciment de l’harmonie sociale et les jeunes, espoir et signe d’un monde vivant;
.
* A la société civile
.
16.       Vulgariser au sein de différentes communautés les mécanismes de la résolution pacifique des conflits;
17.       Sensibiliser la communauté sur les recettes traditionnelles de résolution pacifique des conflits;
18.       Vulgariser la loi foncière auprès de toutes les couches de la population;
19.       Impliquer dans leurs programmes et/ou plan des actions sur la promotion des femmes, des jeunes, des groupes défavorisés en vue d’un développement endogène et intégral de notre milieu;
20.       S’assurer de la régularité des permis d’exploitation des ressources naturelles, cette dernière devant être faite au bénéfice des populations environnantes;
21.       Sensibiliser les familles des ex-combattants sur leur réinsertion sociale;
.
* Au monde administratif et politique local
.
22.       Veiller à l’observance des valeurs traditionnelles en matière de résolution des différends à la base;
23.       Renforcer la collaboration entre pouvoir judiciaire et législation coutumière en vue de l’instauration de la confiance entre autorités administratives et communautés de base;
24.       Reconnaître et valoriser la place de la justice de proximité dans le reglèment des différends entre communautés;
25.       Encourager la culture de l’écrit autour des valeurs traditionnelles d’instauration de paix;
26.       Repenser la politique d’aménagement du territoire en fonction du taux démographique et préserver les ressources naturelles de toute exploitation illégale dans le respect du principe du pollueur – payeur en l’endroit des exploitants;
* Aux institutions d’enseignement
27.       Etudier les voies et moyens d’intégrer les mécanismes traditionnels de résolution des conflits dans le programme académique à travers certains enseignements à caractère juridico-anthropologique;
28.       Inclure un cours d’éducation au genre et à l’environnement dans le programme scolaire en vue de préparer les jeunes filles à leurs responsabilités futures;
29.       Organiser des journées culturelles spéciales d’échanges d’expériences des jeunes élèves ou écoliers en matière de paix où les outils traditionnels seront mis en exergue: proverbes, recits, contes, dévinettes, jeux…
.
* Aux partenaires internationaux
.
30.       Soutenir les actions locales des organisations membres du réseau sur la promotion des traditions en vue d’y puiser les jalons d’une paix durable dans la sous-région de Grands Lacs;
31.       Faire connaître aux bailluers du Nord les activités du réseau et plaidoyer pour le plan stratégique.
 
Il faut noter les travaux ont connu la participation du représentant de l’Institut de la vie de Belgique, le Professeur Michel Ansay et du représentant de Pax Christi Vlaanderen, Josaphat Balegamire mais aussi au niveau local, la présence du gardien de coutume des Baswagha, Kitoti et le Secrétaire de la collectivité des Bashu représentant le mwami Kalemire et la présence du maire de la Ville de Butembo, Wabunga Singa Zébédée, à l’ouverture et clôture officielle du séminaire.
 
Florent Kambasu Kasula
UCG-Butembo
Beni-Lubero Online

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*