Assassinat de KAMBALE KASIENENE

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
 
Mr Kambale Kasienene, taximan  habitant du Quartier Londo, Ville de Butembo,  a été abattu à bout portant par un militaire  Fardc et un agent des services des renseignements de la 8ième région militaire,  dans la nuit de samedi à dimanche 19 avril 2008.
Ce crime crapuleux a eu lieu dans le quartier Mutiri, Commune de Bulengera, Ville de Butembo.
 
Tout a commencé quand le militaire et son compagnon de services de renseignement avaient arrêté le taximan Kambale pour lui ravir sa moto.  Mr Kambale opposa une résistance farouche aux deux malfrats jusqu’à les maitriser par la force. Pensant que tout était fini et qu’il pouvait continuer sa route, le militaire se sentant humilié par le taximan, recourut à son arme et tira à bout portant sur Kambale en lui logeant trois balles dans la tête. Mr Kambale succomba sur le champ. Craignant de subir la loi du collier par les jeunes qui accouraient sur le lieu du crime, le malfrat se fraya un chemin en tirant plusieurs balles à l’air. 22 étuis des cartouches ont été trouvés sur le lieu du drame.
 
Avertis de ce nième assassinat crapuleux d’un de leurs, les taximen exprimèrent leur colère en décrétant deux jours sans Taxi Moto. La ville était paralysée pendant ces jours sans transport.
 
D’après un communiqué de la Mairie passé à la Radio RTNC, la Police avait tout fait pour arrêter ces malfrats. Il reste à savoir quelle justice les jugera efficacement. En effet, depuis le début de l’occupation rwando-ougandaise et la rébellion de Nkundabatware, les militaires qui ont commis des crimes dans la région, n’ont jamais été véritablement punis pour leurs actes. Il en est de même pour les criminels étrangers qui avaient assassiné l’homme d’affaires Kidubai. Selon plusieurs témoignages de ceux qui fréquentent la Prison, ces malfrats ougandais, kenyans et congolais continuent de grossir dans la prison de Kakwangura car mieux nourris (par X) que les prisonniers ordinaires. On se trouve ainsi devant une espèce d’impunité organisée dans la province du Nord-Kivu. L’impunité dont jouit les criminels du Nord-Kivu tant au niveau provincial, national et international, poussent certains à dire que plusieurs crimes et assassinats commis au Nord-Kivu sont organisés. Ceci expliquerait l’absence de justice dans la province du Nord-Kivu. Depuis janvier 2008, dans la seule ville de Butembo, tous les assassinats sont commis soit par les agents de l’ordre soit par les agents de sécurité. C’est cela l’ironie du Nord-Kivu : L’insécurité est l’œuvre des agents de la securité. Les autorités politiques et militaires sont très occupées à inaugurer les chantiers de la Banque Mondiale ou des Chinois, mais pas à sécuriser les congolais. Certaines des autorités politico-militaires disent hors micro que leur propre securité n’est pas non plus assurée. Cette situation dénote une occupation militaire qui ne dit pas son nom au Nord-Kivu, car si tel n’était pas le cas, les autorités politiques et  administratives auraient un pouvoir réel sur l’Armée et la Police.  Ce qui s’observe sur terrain au Nord-Kivu c’est l’inverse : L’homme en arme, en commençant par Nkundabatware,  dicte la politique de la région, l’agenda de la paix, etc.  
 
PHILIPPE MAKOMERA
Butembo
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*