askatsungasang00

Assassinat de Kambale Katsunga (45 ans) à Mavono/Butembo

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Le Dimanche 13 Février 2011, Mr Kambale Katsunga Kalyamavuti ( 45 ans) a été assassiné dans sa maison à Mavono au Quartier Kamesi Mbongo, Commune de Bulengera, en ville de Butembo. Il était 20h de la place. Ses tueurs étaient 10 militaires Fardc et Policiers. Après avoir admis que c’était lui le papa de la famille, ses tueurs l’ont criblé de 4 balles dans la hanche et des coups de crosse du fusil sur la tête. Pendant que le cadavre de papa Katsunga gisait dans son sang à l’entrée de ce qui fut sa maison, les tueurs ont fouillé sa maison en recherche de l’argent et des biens de valeur. Feu Katsunga laisse une veuve et 4 orphelins inconsolables. 

askatsungasang00

           assassinatkatsungacorps00 

       assassinatkatsungaveuve00

              Veuve de Feu Kambale Katsunga

askatsungalieucrime00

Après leur forfait sur Mr Katsunga, cette horde de la mort a fait du porte à porte dans le quartier voisin de WAYENE où plusieurs personnes ont été torturées, violées sexuellement, recevant coups et blessures, etc. Plusieurs biens de valeur étaient emportés. C’est ainsi qu’à 500 m de la résidence de Feu Katsunga, la famille de KAKULE KUNAHIMBIRE a été la cible de ces mêmes tueurs. Mr Kunahimbire a échappé car il était en voyage. Son épouse a été torturée et fouillée pendant la recherche de l’argent. Dans cette même parcelle, on a forcé à l’oncle des enfants de coucher avec sa nièce avec une arme pointée sur la tête de l’oncle s’il ne s’exécutait pas.

assassinatkatsungacroix00 

Le constat amer est que ce sont les Fardc et les policiers déployés à l’Est de la RDC qui continuent de tuer les paisibles congolais. 

Le gouvernement congolais garde le silence 

Les représentants politiques de l’Est disent que le régime leur interdit de parler des questions en rapport avec l’insécurité. Mais quand il faut soutenir une action de ce régime, telle la compagnie pétrolière SOCCO qui veut exploiter le Pétrole du Parc National des Virunga, tous ces représentants politiques, à l’exception d’un seul, sortent en force pour apposer leurs signatures. Tout action pour exiger la securité de leurs électeurs, n’a pas le soutien de tous ! 

En même temps, La Monusco qui, en vrai dire, n’a jamais commencé sa mission de stabilisation de la RDC, s’avoue déjà impuissant. Avec tout son arsenal militaire, la Monusco n’a jamais mis la main sur un seul tueur ni sécurisé un seul village. Depuis qu’elle a commencé sa nouvelle mission, elle n’a jamais présenté un plan global de sécurisation de la RDC. Son action ressemble toujours à la mission d’observation de la défunte MONUC qui venait dans les villages constater les dégâts et faire le rapport à l’ONU.

En même temps, on observe les infiltrations massives des retournés du Rwanda dans les zones minières. Les retournés ne sont pas victimes de l’insécurité qui frappe les congolais.

 

Le discours officiel n’a pas changé non plus. Pendant que les survivants voient les leurs tomber sous les balles des Fardc et des Policiers, le discours officiel continue d’accuser les rebelles étrangers du Rwanda (FDLR) et de l’Ouganda (LRA, ADF-NALU). Mais chose étonnante est qu’il n’y aucune action de grande envergure contre ces soi-disant rebelles étrangers. 

Cette volonté délibérée de cacher la vérité de l’identité des tueurs est la preuve que l’insécurité est entretenue pour aboutir à un autre objectif, notamment, constater que l’Est de la RDC échappe à Kinshasa, que la RDC est trop grand pour être gouverner à partir de Kinshasa, et qu’il faut une administration spéciale de l’Est de la RDC. La Monusco plierait ainsi ses bagages pour laisser la place à une armée aux couleurs des grandes puissances intéressées par les ressources naturelles dont regorge l’Est de la RDC. C’était déjà le cas en 1964/65 quand l’ONUC plia bagages pour laisser la place à la TROIKA (USA-Belgique-France). La différence est que le pays avait résisté à la dislocation voulu par les rebelles et leurs complices d’alors. 

Le plan de la balkanisation de la RDC est donc ainsi le petit secret de Polichinelle qui fait couler le sang des innocents à l’Est du pays depuis 1996. Comme ce plan de balkanisation est poursuivi malgré l’opposition du peuple congolais, il ne peut se faire que dans le sang. On ne peut pas soumettre un peuple sans violence. Tout vol de terre ou des biens requiert de la force. C’est pourquoi les militaires et les policiers déployés au Congo et que tous les experts internationaux qualifient de ramassis, d’indisciplinés, portent des armes avec munitions. Les retournés du Rwanda sont aussi armés. Mais les congolais ne sont pas armés. Personne ne veut les armer, parce qu’ils constituent la cible, la race des victimes. 

Comme les autorités dites légitimes au niveau national et international n’ont ni plan de paix ni actions concrètes en faveur de la paix, la solution n’est plus à attendre d’elles mais plutôt du peuple congolais lui-même, à l’instar des Tunisiens et des Egyptiens. Les élections avant une révolution du peuple congolais ne serviront qu’à renforcer la légitimité du système en place sans aucune retombée pour le peuple congolais. Ainsi, on peut dire sans se tromper que sans cette révolution population, la RDC comme pays un et indivisible fera bientôt son temps et les congolais n’auront qu’à s’en prendre qu’à eux-mêmes.

L’expérience de la Population de Furu, Katwa, Vubange en Ville de Butembo peut inspirer l’action qu’il faut pour se protéger contre les assaillants. Aussi, la Nuit Blanche pour Tous expérimentée avec succès à OICHA est à imiter ailleurs. Le peuple congolais doit être inventif, créatif, se prendre en charge pour survivre aux attaques du vaste complot international dont il est victime.

askatsungaatroup00

askatsungarue00

askatsungajeunes00                             

askatsungavelo00

©Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*