Assassinat de Mr Musa HAMZA (32 ans)

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Ceux qui veulent attribuer aux FDLR toutes les atrocités commises sur les populations civiles du Kivu doivent se raviser. La vérité sur terrain est que, plus que les FDLR,  les Fardc (les congolais et les rwandais) endeuillent le Kivu. Il ne se passe un jour sans que cette vérité ne se vérifie au Kivu. La question que tous se posent cependant est de savoir pourquoi toutes ces forces armées tuent les paisibles civils du Kivu ?  Sont-elles toutes au service de la même idéologie obscurantiste de dépeuplement du Kivu au profit des rwandais ?
 
Dans la nuit du Jeudi au Vendredi, Mr MUSA HAMZA, 32 ans d’âge,  Chauffeur de l’ONG. « ADRA », résident au Quartier Matonge, Commune Mulekera de la ville de BENI, non loin de la Clinique PILIPILI, a été abattu à bout portant vers 0 heure, heure locale, par des hommes en armes et en tenue militaire Fardc. Ces malfrats qui ont défoncé la porte de sa maison, l’ont fait sortir pour lui  logé une balle au coup et lui crever l’œil gauche par un poignard. Les militaires tueurs de Musa n’ont rien emporté de sa maison. Selon les témoins, les tueurs étaient venus avec l’intention de tuer parce qu’ils avaient attendu que leur victime meure pour quitter le lieu de leur crime. A coté de sa dépouille gisant devant sa porte, on a retrouvé quatre balles tombées de poches des malfrats avant leur fuite. L’enterrement de Musa a eu lieu Vendredi  27 novembre à Beni.
 
A part la résidence de l’infortuné Musa, neuf autres maisons d’habitations du Quartier Matonge ont été vandalisées dans la même nuit par des militaires Fardc qui ont torturé les habitants avant d’emporter des biens de grande valeur.
Parmi les maisons visitées, on peut citer celles de :
– Madame PATRICIA de l’ONG « SOLIDARITE » chez qui une moto, des téléphones portables, des sommes importantes d’argent et autres biens de grande valeur ont été emportés,
– Mr Edmond MULEMBA, chez qui une moto, de l’argent, des téléphonés  portables ont été extorqués.
Cette insécurité des militaires doit faire l’objet d’un débat à l’Assemblée Nationale pour que les responsables de l’armée et de la police partout où les militaires tuent des paisibles citoyens soient traduits devant la justice. Il est étonnant que  les députés du Kivu restent taciturnes pendant que leurs électeurs sont aux abois, que des étrangers sans carte d’identité entrent dans leurs circonscriptions électorales par des frontières laissées ouvertes, et que les administrateurs locaux continuent sans se gêner de faire la louange de cinq chantiers du plus faible gouvernement que le Congo de Mzee LDK ait jamais connu.        
 
O.BAHATI
Beni
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*