Assassinat de MWEYO MOKILI

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
La situation sécuritaire va très mal en Ville et Territoire de Beni où se déroule à l’instant ce qu’on appelle « Opération Ruwenzori», menée par les Forces Armés de la République Démocratique Congo (FARDC.), des opérations qui consisteraient à traquer les rebelles Ougandais ADF-NALU qui opéreraient toujours dans cette zone. Pendant que cette Opération militaire se poursuit, plusieurs tueries des populations civiles sont déplorées sans qu’on sache qui de Fardc et des rebelles ougandais en est l’artisan.  La Monusco née des cendres de la Monuc pour protéger les civils n’est pas encore à pied d’œuvre à Beni où dans la nuit du lundi 5 juillet au Quartier BOIKENE, Cellule VUTHAKOHOLA, le Chef d’Avenue, en l’occurrence Mr MWEYO MOKILI  a été abattu vers 22h00, heure locale. L’illustre disparu était un agent bénévole de l’Etat. Il était aussi le Relai Communautaire du Centre de Santé de Référence de PAIDA/Beni au sein du Comité Local de Développement de son Quartier.
Il laisse derrière lui une veuve et 5 Orphelins inconsolables. Rappelons que la victime était abattu dans l’avenue où il était le chef, à quelques pas de son domicile lors de son retour d’une journée de travail au service de sa communauté.
L’assassinat du Chef d’Avenue Mweyo ressemble ainsi aux autres cas d’assassinats qui visent les leaders locaux et les jeunes entrepreneurs de la communauté. C’est ainsi que, selon plusieurs observateurs, ces assassinats sont tout sauf des faits du hasard. Mweyo n’était ni FDLR, ni NALY-ADF, ni Fardc. Il était un civil congolais sans défense.  La question qui demeure est celle de savoir qui défendra ou protégera les congolais  de ce génocide à petits feux ?
 
Par ailleurs, selon plusieurs sources, des Tracts anonymes circulaient depuis ce week-end au Quartier MABOLIO, Tracts annonçant une attaque éventuelle contre les positions FARDC, des Tracts demandant aux Civils de s’éloigner de ces positions pour ne pas en payer le prix. La question de savoir de qui émaneraient ces Tracts divise les benitiens. Selon certains, les tueries et assassinats seraient l’œuvre des militaires issus du brassage avec le CNDP, soit les militaires de du 113 bataillon déployé à Beni et dans ses environs. Pour d’autres, les tueries en cours seraient l’œuvre des ADF-NALU. C’est donc l’éternelle question de l’identité des tueurs de l’Est de la RDC. Kinshasa n’ose pas poser la question car on lui demanderait d’y trouver la solution qui s’impose pour les coupables qui ne sont pas du carburant comme à Sange ou le volcan comme à Goma, mais des militaires, des états, etc. Tous les congolais saluent le deuil national décreté par Kinshasa pour la catastrophe accidentelle de Sange. Il reste à décreter un deuil national pour les six millions des victimes congolaises des armées et milices du Rwanda et de l’Ouganda?
.
Face aux menaces sécuritaires qui pèsent sur les populations civiles en cette période de traque des ADF-NALU, la Société Civile Coordination Territoriale de Beni exige l’implication de la nouvelle MONUSCO dans l’Opération « Ruwenzori » pour la sécurisation effective des opérations pendant son déroulement.
Pour Omar’ KAVOTA, Président de la Société Civile en Territoire de Beni, tout en saluant cette initiative du gouvernement en faveur de la sécurisation de la Zone, la protection de la population doit être garantie pour son efficacité.
Selon lui, seul la MONUSCO peut être en mesure de le faire pour l’instant. Cela n’est pas une faveur, mais une obligation conformément à son mandat actuel a-t-il conclu.
.
Obède Bahati
Beni
©Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*