Assassinat du taximan MUYISA au Sud de Butembo

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
La boucle de l’insécurité en ville de Butembo est bouclée. Chaque jour, Butembo pleure ses habitants assassinés par des assaillants armés. Après une attaque à l’Ouest (Vutsundo), à l’Est (Kyaghala), et au Nord (Furu), c’était hier le tour de Kimbulu au Sud de la Ville de Butembo de connaître son assassinat. Le taximan-motard, MUYISA MALIRO (20 ans d’âge), immatriculé- Gillet n° 0968 et membre de l’ATAMOV (Association des Taximen et Automobilistes de Butembo) a été assassiné par un client armé qu’il conduisait à Musienene dans l’après-midi du lundi 8 juin 2009.  Son corps a été retrouvé ‘hier mardi 9 juin 2009 dans le village de Kimbulu, sur la route Butembo-Musienene.  
 
La victime de Lundi 8 juin répond au nom de MUYISA MALIRO âgé de 20 ans et taximan travaillant au sein du parking des motards de Rughenda, communément appelé Parking MAULINGA, nom d’un opérateur économique dont la parcelle jouxte le parking.  Pauvre Muyisa Maliro est résidant au Quartier Mutiri, cellule Kihinga, Commune de Bulengera. Le lundi 8 juin vers 17h00 heure de Butembo, Muyisa est abordé par un client très souriant et gentil pour une course aller-retour de Musienene (20 Km de Butembo). L’heure étant avancée et tenant compte de l’insécurité généralisée dans la ville, les autres motards interdisent Muyisa à prendre ce grand risque avec un inconnu. Mais, il semble que Muyisa n’avait pas eu de recettes toute la journée. Prenant son courage en main pour qu’il rapporte un peu d’argent à la maison, il décide de prendre le risque. Le fait que  client était apparemment gentil et sans malice, doit avoir influencé Muyisa dans sa décision ! Mais hélas, comme dit un adage congolais, « la peau du Léopard est belle mais à l’intérieur, c’est la guerre ! » pour dire qu’il faut se méfier des apparences !
 
Arrivé vers le village de Kimbulu vers Kyambogho, le client a demandé au motard de s’arrêter quelques minutes pour qu’il jette un coup d’œil à son champ qui ne serait pas loin de la route. Ce client malveillant aurait alors demandé à Muyisa de l’accompagner à pieds dans son champ ! Contre toute attente, Muyisa a accepté l’invitation, laissant sa moto à la garde des enfants qui jouaient au bord de la route. Le malfrat doit avoir raconté des bobards mielleux à Muyisa pour qu’il accepte cette invitation pour le moins bizarre pour une course de la tombée de la nuit.
 
D’après les enfants, le malfrat reviendra seul de son champ sans Muyisa pour prendre la moto et continuer la route seul.
 
Hier Mardi 9 juin, vers 13 heures, soit 19 heures après le forfait, des bergers de Kyambogho trouveront le corps sans vie de MUYISA dans la brousse. Il portait des traces des balles sur son corps.  C’est alors que les enfants qui avaient vu pour la dernière fois Muyisa se souviendront de deux messieurs de la veille qui leur avaient demandé de garder leur moto mais dont un seul était revenu de la brousse pour continuer sa route. Le gilet numéroté de Muyisa a permis son identification rapide.
 
Apprenant la nouvelle, les taximen-motards de la ville de Butembo ont exprimé leur colère contre X en sillonnant les avenues de la ville avec des phares allumées.
Les motards de Butembo sillonnent la ville avec phares allumées en signe de protestation
Aujourd’hui, Mercredi 10 juin 2009, tôt le matin, les motards, rouges de colère,  ont barricadé la route jusqu’au moment de l’enterrement de  leur collègue.
 
L’assassinat du taximan MUYISA est une mise en garde à tous qu’il faut, autant que faire se
 
peut, veiller à sa propre securité ainsi qu’à celle de ses voisins. L’ATAMOV peut ainsi imaginer d’autres précautions sécuritaires pour  sécuriser ses membres. C’est par exemple, prélever l’identité du client, prendre sa photo, le faire payer avant la course, pour avoir quelques éléments qui peuvent servir au cas où une enquête se révélerait nécessaire comme dans le cas de Muyisa.
 
Nos condoléances les plus attristées à la famille et aux amis de Muyisa Maliro qui a pris le risque pour que sa famille ait à manger !
 
Tembos Yotama
Email: binyotama@yaoo.fr
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*