Attaque Furu : Les Fardc brutalisent un b

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Le bilan macabre de l’attaque des parlementaires de Furu par des éléments de l’armée et de la police au quartier Furu, ville de Butembo, démontre la sauvagerie avec laquelle ces deux corps accomplissent leur mission en R.D. Congo.
.
N’ayant pas trouvé chez lui une des cibles privilégiées de l’opération, à savoir, le Chef de la Cellule Patriotique de FURU, Chef Kambale Kitambala, un militaire Fardc a tabassé la maman, lui a ravi son bébé garçon de deux mois, son premier enfant, et l’a jeté comme un ballon sur le pavement. Le bébé est entré directement dans le coma et lutte entre la vie et la mort dans un hôpital de la place. Sa maman, la jeune épouse du chef, a une fracture à l’épaule gauche à la suite des coups de crosse de fusil. On peut s’imaginer ce qui serait arrivé au Chef Kambale Kitambala s’il était présent chez lui lors de l’attaque.
.
La même chose s’est passée dans la famille du Président des Parlementaires de FURU, Mr Mbindule Mitono qui était aussi absent au moment du bouclage. Ici, les militaires ont pris le petit frère de Mbindule (17 ans) pour Mbindule avant de le torturer et de le frapper comme un serpent.
.
Les deux cibles de l’opération ont eu la vie sauve grâce au secret africain, c’est-à-dire l’absence de secret. Tout ce qui se dit se propage à une vitesse exponentielle jusqu’à l’oreille de la cible. Et ceux qui disent que les rumeurs sont des vérités au Congo auront raison dans le cas du Chef Kambale Kitambala et du Président Mbindule Mitono.
D’après les rumeurs de la ville de Butembo, l’attaque des parlementaires de Furu remonte d’une réunion de securité tenue dans la ville de Beni il y a une semaine par un colonel du CNDP. L’ordre du jour était la préparation de l’arrivée prochaine du Général Bosco Ntaganda à Beni, l’arrivée à Beni du matériel militaire en provenance d’une base militaire américaine de l’Afrique du Sud qui a fermé ses portes, la stratégie d’occupation effective de Beni-Lubero, etc. Parmi les obstacles à cette occupation effective de Beni-Lubero par le CNDP, le colonel président la réunion aurait épinglé le FPC de Kakule Lafontaine, les parlementaires de Furu, les sans-abri de Mayangos, etc. La décision aurait été prise d’éliminer physiquement les têtes de ces différents mouvements, notamment, Général Kakule Lafontaine, Mbindule Mitono du Parlement Furu, le commandant Mai-Mai de Walikale, disperser pour toujours les sans- abri de Mayangos de leur sit-in de Nyaleke, etc.
Hier Mercredi soir, d’autres rumeurs ont circulé à propos d’une réunion de sécurité en cours à la Mairie sur le sort à réserver aux patriotes de Furu et que le Maire Hubert Syahetera voulait avoir sur un plateau les têtes de Mbindule et du Chef Kitambala pour mettre fin au patriotisme de Furu.
Ces deux cibles ont pris les rumeurs au sérieux et ont décidé immédiatement de changer d’adresse. Quatre heures après, ce qui n’était qu’une rumeur devenait une réalité. Le quartier Furu était bouclé à partir de 3h du matin pour que personne n’y entre ou ne sorte. Les taxis venant de Beni étaient obligés de passer par MIHAKI pour atteindre le centre-ville, et vice-versa!
.
N’ayant pas trouvé les deux cibles privilégiées sur le lieu, l’opération ciblée s’est transformée en ratissage pour tenter de dénicher Mr Mbindule et Chef Kitambala. Ils étaient déjà sauvés par la rumeur de Beni et de Butembo. Les Maisons voire les champs ( cas de Papa Matsande, ancien Mai-Mai, ancien Policier de Furu) ont été fouillés de fond en comble, mais sans résultat! La rumeur avait déjà sauvé Mbindule et Chef Kitambala! Mais pour combien de temps !
.
Bilan de l’opération
.
Un bébé de deux mois dans le coma, plusieurs blessés, plusieurs femmes violées, 25 Parlementaires arrêtés et torturés, le siège du parlement incendié, plusieurs boutiques saccagées, 4250 US$ ravis, plusieurs centaines des téléphones portables, plus écrans de télévision, lecteurs DVD, radios, et plusieurs objets de valeur, portés disparus. On dirait que le cas de Furu a donné l’occasion aux militaires d’étendre les opérations du Sud-Lubero à la ville de Butembo !
A la suite des colères de la population de Furu et de celle de toute la ville qui s’est indignée de la disproportion entre la faute et la brutalité utilisée, le Maire de la Ville a fait libéré 23 parlementaires à la fin de la journée à la suite d’un interrogatoire simple. Tous les prévenus avaient à répondre chacun a la question : Es-tu parlementaire de Furu oui ou non ?
Pour sauver leurs vies, 23 ont répondu non. Il est vrai que certains d’entre les prévenus n’étaient que des jeunes du Quartier qui ne participaient pas aux réunions du parlement.
Trois ont avoué être parlementaires de Furu et sont restés au cachot : Il s’agit :
Mr Mbusa Nzanzu (surnom « Mbenza »), Défense Judiciaire du Parlement FURU,
Mr Ezekiel (surnom « EZE),
Mr. Kasereka (surnom « Musere »)
.
Le Maire de Ville a diffusé une information sur toutes les radios de la place promettant 100 US$ pour chaque dénonciation d’un parlementaire de Furu ou de quelqu’un qui se présenterait encore comme Parlementaire de FURU.
Après avoir lancé l’opération « j’aime Butembo », le Maire Hubert vient ainsi de lancer l’opération qui vient d’être baptiser sous le nom « Je hais Furu ». Pour le Maire Hubert, on peut aimer Butembo tout en haïssant FURU. Pour les observateurs, l’opération « Je hais Furu » risque de donner un coup dur sur l’opération « J’aime Butembo ». Le jour que le Maire avait lançé cette opération d’amour, il avait aussi injurié les commerçants de Butembo qu’il s’est aliené depuis lors. Aujourd’hui, le Maire vient de s’aliener un quartier aimé de tout Butembo pour son courage et son patriotisme.
Quelles que soient les raisons que Maire Hubert peut donner au bouclage de ce matin, telle que restaurer l’autorité de l’Etat à Furu, l’action de son armée et de sa police contre des habitants qui aiment Butembo et qui sont non-violents est condamnable et discrédite le Maire de ville.
.
Pour plusieurs habitants de Butembo, les jours d’Hubert sont comptés à la tête de la ville de Butembo à moins qu’il ne rejoigne le CNDP de Nkunda pour sa maintainir par les armes. La colère des bubolais part du fait que, chaque fois que les quartiers de la ville sont attaqués par des bandits qui tuent et pillent les paisibles bubolais, le Maire Hubert n’a jamais organisé un bouclage pour attraper les bandits. Mais contre les habitants de Furu qui s’organisent pour se sécuriser et qui n’ont jamais tué ni lapidé un seul militaire ou civil bandit, le Maire Hubert a lâché ses militaires et ses policiers pour semer la mort et la désolation.
.
La nouvelle du bébé de deux mois jeté comme un ballon au sol par un militaire à la place de son papa fait le tour de la ville et jette le discrédit sur le Maire de ville et les forces de la police et de l’armée qui ont conduit l’opération. Les voix s’élèvent pour l’ouverture d’un dossier judiciaire à l’encontre du militaire qui s’est rendu coupable d’un tel crime sur un innocent, un ange, un bébé de deux mois !
.
Correspondance particulière de Furu/Butembo
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*