Balkanisation/Nord-Kivu : L’assaut final de l’armée rwandaise

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Ce dimanche 10 janvier 2021 voit l’armée rwandaise intensifier et étendre son emprise sur la province du Nord-Kivu en vue de la détacher définitivement du contrôle de Kinshasa. Des centaines de soldats rwandais, en tenue civile, affluent dans la ville de Goma et y prennent des maisons en location dans des coins stratégiques en vue d’une irruption dans la ville pour la soumettre à une nouvelle autorité. Les forces militaires qui prendront Goma sont déjà massées dans le territoire de Rutshuru. Selon nos sources, le prétexte qui sera brandi pour revendiquer le contrôle de la ville, par les forces rwandaises, est le non-respect par l’Etat congolais, de ses engagements de 2014 à Nairobi avec le M23.

Militairement, Kinshasa ne sera pas en capacité de faire face puisque, toujours selon notre source, presque tous les officiers FARDC dans l’est du Congo sont déjà acquis à la cause du Rwanda et de la balkanisation. Leurs discours de loyauté au pouvoir de Kinshasa n’est que tromperie, nous assure notre source. L’armée rwandaise, dont la présence sur le sol congolais a été confirmée dans le dernier rapport des experts de l’ONU, intensifie ses opérations dans plusieurs coins de la province du Nord-Kivu. C’est au cours de l’une de ces opérations que 6 écogardes ont été tués à Nyamilima, dans le territoire de Rutshuru, ce dimanche 10 janvier 2021. Une offensive lancée dans le Masisi vers le sud Lubero a déjà atteint Mangurigipa. Les unités engagées dans cette offensive vont faire jonction avec les forces rwandaises qui ravagent le territoire de Beni sous masque ADF. Toujours selon nos sources, ces unités vont progresser vers l’Ituri et faire jonction avec la milice CODECO, qui est, en réalité, une force supplétive de l’armée rwandaise comme la plupart des milices de l’est du Congo.

Que dit Tshisekedi ?

Selon nos sources, Paul Kagame a demandé à Tshisekedi de ne plus s’occuper du Nord-Kivu. C’est le Rwanda qui s’occupe du Nord-Kivu, ce qui expliquerait son silence sur les informations alarmantes en provenance de l’est du Congo. Sur terrain, c’est Kabila qui coordonne les opérations étant donné qu’il contrôle toujours les FARDC dont les officiers dans les régions de l’est reçoivent l’ordre d’apporter assistance aux forces rwandaises en mouvement et de faciliter leur déploiement sur terrain.

L’Ouganda de Museveni ?

L’Ouganda voisin est en période électorale. L’élection présidentielle y a lieu ce 14 janvier 2021. Le Rwanda s’active pour positionner ses forces armées rapidement tout au long de la frontière ougandaise pour peser sur les enjeux politiques et sécuritaires de l’Ouganda. C’est dans le cadre de cette offensive que les FARDC – contrôlées par des officiers rwandais – multiplient des déclarations attribuant à l’Ouganda la source de l’insécurité à Beni. Il s’agit d’une guerre psychologique consistant à diaboliser l’Ouganda, au cas où les Congolais seraient tentés d’aller solliciter le secours de l’Ouganda pour se libérer de l’emprise meurtrière de l’armée rwandaise sur la province du Nord-Kivu et de L’Ituri.

 

Isaac Musafiri 

Goma

©Beni-Lubero Online.

 

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*