00aaaaaaaaaasentinellessayo

Beni : Assassinat de Mr Kakule VIKUKE du Centre de Santé de SAY0

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Les sentinelles de Beni se trouvent présentement dans le collimateur des tueurs à gages largués dans la région par l’ennemi. En effet, depuis la récente évasion de la Prison Centrale KANGWAYE de Beni, la nuit du 09 au 10 juillet courant, une insécurité très grandissante s’observe en Ville et en Territoire de Beni. Des illustrations de cette situation passent par des actes de meurtres ou d’assassinats des sentinelles, de vols à mains armées, de pillages ou d’intimidations de toute nature. 

Dans la seule nuit de jeudi à vendredi 15 juillet, des malfrats armés ont investi plusieurs Structures médicales de la commune de MULEKERA, dans les Quartiers périphériques de l’Ouest de la Ville de Beni. Les Centres de Santé de BUHUMBANI et de SAYO (noms empruntés des quartiers où ils sont implantés), sont ceux qui en ont payé les lourds tributs. Ils y ont opéré entre 23 h et 1h du matin.

00aaaaaaaaaasentinellessayo

 

Aperçu de l’entrée au Q.MUHUMBANI, sur la route Beni-MANGINA

Si à MUHUMBANI ils ont pillé systématiquement la structure médicale, à SAYO ces inciviques ont abattu par balles la sentinelle du Centre de Santé de la place et violé à tour de rôle une patiente qui y était internée avant d’emporter des kits, appareils et instruments médicaux ainsi que de l’argent et plusieurs biens de valeur. L’illustre disparu s’appelle KAKULE VIKUKE, âgé de 60 ans, marié et père de 6 enfants. Il était résident au Quartier SAYO, Commune MULEKERA, en Ville de Beni. Son domicile était situé à deux parcelles du Centre de Santé dont il était sentinelle.

Toujours dans la même nuit, plusieurs personnes en Cité d’OICHA (Chef-lieu du Territoire de Beni), ont été victimes de cette insécurité. Parmi les victimes, Mr KASEREKA KATENGE Kisanola, un boucher résident au Quartier MASOSI, chez qui 3 assaillants armés ont extorqué 500$, US. et une moto de marque SENKO de couleur rouge. Cela après de menaces de mort avec braquage d’arme. Ces bandits qui exigeaient 1.500$, se sont introduits dans sa maison vers 2h. Ils ont cassé toutes ses portes pour accéder à sa chambre à coucher ; et avant de s’en aller, ils ont promis revenir bientôt.

Une demi-heure après, les mêmes bandits ont opéré chez Mr KITAMBALA ENGAMBE, au Quartier BAKAHEKU, non loin de l’Ecole Primaire MAMIKI (en Cité d’Oïcha).

00aaaaaaaaaaquartierbakahek

            Une vue du Quartier Bakaheku d’Oïcha

Trouvant absent leur cible, ces hors la loi se sont mis à brutaliser ses sœurs cadettes résidant avec lui. Ils leur ont extorqué une importante somme d’argent. C’est après que l’aînée de ses sœurs tabassée soit tombé évanouie que ces bandits se sont retirés calmement de la parcelle. Elle a été conduite et admise pour les soins à l’Hôpital Général d’OICHA. Sauf rapport médical contraire, nous apprenons qu’elle aurait été violée par ses bourreaux qui courent en toute impunité.

Et pendant que nous mettions la dernière main sur ce papier, nous avons appris que la sentinelle de l’Institut KISOLOKELE, au Quartier Tamende, en Commune MULEKERA, dans la Ville de Beni a été porté disparu, la nuit de vendredi à ce samedi 16 juillet 2011. Nos sources indiquent que 3 hommes armés l’ont surpris à son lieu de garde et l’ont amené en destination inconnue.

Le Président de la Société Civile Coordination Territoriale de Beni ainsi que plusieurs autorités judiciaires de Beni annoncent craindre pour leur sécurité après l’évasion d’une dizaine des prisonniers dangereux. Maitre Omar’ KAVOTA que nous avons contacté fustige la légèreté dans la gestion du milieu carcérale à Beni et se dit convaincu que d’autres semeurs de l’insécurité vont en profiter pour briller dans les exactions et la terreur contre la population. Il en appelle à l’implication du gouvernement Centrale pour une solution immédiate de cette situation. 

Obède Bahati 

Beni 

©Beni-Lubero Online 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*