Beni : Assassinat du cambiste Richard Kasereka Kihugho

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Depuis le début de ce mois de février 2010, les assassinats et les attaques contre les populations civiles et les pillages de leurs biens se multiplient avec une intensité inquiétante sur plusieurs tronçons routiers de la partie orientale du Territoire de Beni. D’après les rescapés de ces attaques, les assaillants sont, pour certains, des rwandais, et pour d’autres, des ougandais lourdement armés et qui parlent des langues inconnues dans la région, et pour d’autres encore, des congolais non autrement identifiés. Notez que ces attaques meurtrières surviennent quelques jours après l’invasion de plusieurs localités Kamango et de Mutwanga par des clandestins lourdement armés. Il y a donc péril en la demeure car le chantier de la securité des personnes et leurs biens reste le parent pauvre de l’action du gouvernement congolais ainsi que des organismes qui se disent engagés dans la reconstruction du Congo.
 
Parmi les cas parvenus à notre rédaction, revenons sur ceux  qui ont fait des nombreuses victimes.
 
Hier Lundi 8 février 2010, au cœur de la Ville de Beni, au Quartier MALEPE, en Commune de BEU, non loin du Pont dit KABILA pour ceux qui connaissent cette ville, vers 19 h, heure locale, des assassins ont tiré à bout portant sur le cambiste Richard KASEREKA KIHUGHO, pendant qu’il regagnait son domicile pour se reposer après une journée de travail. Hélas ! Ces assassins l’ont envoyé se reposer pour l’éternité!. Les bandits armés vêtus en uniforme militaire lui ont logé une balle dans la tête et dans les cotes avant de ravir toute la somme d’argent qu’il avait dans son sac. Son ami MUHINDO qui était avec lui est tout simplement tombé évanoui en le voyant s’écrouler lui qui était vigoureux une minute auparavant. Bien que l’on ait tenté d’acheminer la victime au centre Médical de NYAKUNDE/BENI, Mr Kasereka n’a pas survécu à la suite de l’hémorragie intense enregistrée. Il laisse derrière lui une veuve et des orphelins jusqu’à présent inconsolables.
 
– A KITAHUHA, non loin de MABOYA, en groupement de Malio, Chefferie de BASHU, sur l’axe Beni-Butembo, 3 hommes armés vêtus en treillis militaires et, porteurs de deux armes et plusieurs munitions ont coupé la route à plusieurs usagers de la route entre 19 h et 22 h.
Parmi les victimes, Mr. Kambale KATSUVA alias KATOTA et son ami BOSCO, tous à bord d’une moto de marque Senke.
Les assaillants ont ravi la moto après avoir blessé grièvement par grenade Mr KATSUVA (propriétaire de la moto) et par couteau son ami Bosco.
Un autre civil, Mr KACHELEWA qui avait tenté de crier au secours en faveur des victimes, a été également maitrisé par ces bandits armés qui l’ont poignardé aux jambes et aux épaules, l’abandonnant avec des graves blessures qui mettent sa vie en danger.
Tous les blessés ont été admis au Centre de Santé de Référence de MABOYA, où KATSUVA KATOTA était dans un coma profond depuis son admission dans ce centre hospitalier.
Les bandits ont emporté la moto et tous les biens de valeurs des victimes.  
 
– A 4 h de l’après-midi, le lundi 1er Fevrier2010, à KALUVULA, entre MUTWANGA et BULONGO. Deux véhicules dont un Dyna et un Hilux, appartenant aux Sieurs : MALYATSA et KALAMBONGO (respectivement opérateurs économiques de Mutwanga) ont été la cible des coupeurs de route. Les assaillants armés ont intercepté ces véhicules qui quittaient Mutwanga pour Butembo via Beni. De l’argent, des téléphones ainsi que nombreux biens de la population ont été ravis aux passagers à bord par ces inciviques avant qu’ils ne se rétractent dans la brousse.
Rappelons que l’intervention des FARDC est intervenue longtemps après l’attaque quand les assaillants s’étaient déjà volatilisés dans la nature. Jusqu’à présent ces assaillants courent toujours, comme en témoigne MUPIPI Prince, Lieutenant des FARDC en charge du poste militaire de MUTWANGA.  
 
– Un jour après, à KANYATSI, sur la route KASINDI, un véhicule en provenance d’OICHA (Chef lieu du Territoire de Beni) a été ciblé par des coupeurs de route qui comme d’habitude tirent à l’air plusieurs coups des balles pour intimider leurs victimes avant de les dépouiller  systématiquement de tout ce qu’ils possèdent. Dans cette attaque, deux civils ont été grièvement touchés. Il s’agit du chauffeur et un passager qui s’en étaient  sortis avec des blessures graves. Ces deux victimes sont admises à l’Hôpital Général d’Oïcha.
– Le cas le plus récent, jeudi 04 fevrier courant, un véhicule a été la cible des coupeurs route, cette fois sur la route Mbau-Kamango. 
 
                                               Photo Route Mbau-Centre
Ce véhicule qui se rendait de Beni pour watalinga a été intercepté à 20heure locale.
Les passagers à bord ont été déshabillés par ces hors la loi, armés et vêtus en treillis militaires avant d’être dépouillés de leur argent, portables et biens de valeur.
Cette situation inquiète de nouveau la Société Civile qui en appelle a l’implication urgente des autorités pour la sécurisation de personnes et de leurs biens.
 
Des Cambriolages  en Ville de Beni
 
La nuit de Samedi à dimanche 07 février 2010, des bandits ont mis à sac les installations de l’ONG. « Espoir pour la Vie »(EPVI) du Docteur Jackson Basikania, basées au Quartier NTONI, Commune MULEKERA, en Ville de Beni.
Ils auraient d’abord hypnotisé le gardien, avant de pénétrer dans l’enclos pour opérer en toute quiétude. Ils ont emporté avec eux plusieurs biens de valeur de cette Organisation de lutte contre le VIH-SIDA dans la zone de Beni.
 
Au cours de la même nuit, le magasin de Mr. MACHOZI a été cambriolé au Quartier MATONGE, de la même Commune. Là, argent, portables en vente, et autres biens de valeurs ont été volés.
Comme si cela ne suffisait pas, les cambrioleurs ont continué leur opération macabre au cours de la même nuit au Bureau de la Plate forme des Associations des Jeunes dénommé «Union des Jeunes pour le Développement de la Ville et du Territoire de Beni »(UJDTB.).
Le Président de cette structure Roger SAAMBILI qui s’est livré à notre rédaction a révélé que les inciviques auraient usé d’une fausse clé pour accéder à son bureau où ils ont détruit les Coffres des Tables Bureaux avant d’emporter tout ce qu’ils contenaient.  
 
Obède BAHATI
Beni
©Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*