Beni : Indiff

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
La société Civile du Nord – Kivu, Bureau de Coordination ville de Beni très préoccupée par la recrudescence de l’insécurité en Ville et Territoire de Beni. S’est réunie en séance extraordinaire en date du 21 avril 2009 pour analyser la situation sécuritaire de l’heure. Ils ont constaté de janvier 2009 à ce jour, plusieurs cas des violations des droits de l’homme.
– Des assassinats répétés ;
– Vols à mains armées ;
– Des cas des pillages systématiques sur les axes routiers ;
– Des cas de viols ;
– Des cas d’extorsion ;
– Des cas de cambriolages des maisons et boutiques.
Ces faits, déclare la société civile du Nord – Kivu, amènent la population à vivre dans la peur indescriptible. Les membres de la société civile constatent par la suite une faible implication des autorités de l’Etat dans la protection des personnes et de leurs biens en violation de la constitution à ses articles 16 alinéas 1 et 2 ; article 30 alinéas 1er qui stipule que « La personne humaine est sacrée. L’Etat a l’obligation de la respecter et de la protéger, toute personne a droit à la vie, à l’intégrité physique ainsi qu’au libre développement de sa personnalité dans le respect de la loi, de l’ordre public, du droit d’autrui et des bonnes mœurs. Toute personne qui se trouve sur le Territoire national a le droit d’y circuler librement, d’y fixer sa résidence, de la quitter et d’y revenir, dans les conditions fixées par la loi ».
 
A l’autorité urbaine et territoriale ; que les éléments des FARDC soient cantonnés en dehors de la ville ; que toutes les armes soient gardées dans un dépôt d’armes bien surveillé ; renforcer la patrouille mixte MONUC – PNC au niveau de la ville et MONUC – FARDC au niveau du territoire.
 
A la Police Nationale Congolaise une forte mobilisation dans la recherche et l’arrestation des présumés bandits ; une forte disponibilité pour une bonne instruction des causes sans recours à la corruption et la concussion ; étroite collaboration entre la police et la population ; éviter la lenteur dans l’instruction des dossiers.
 
Au cours et tribunaux, l’application effective de la loi ; éviter la lenteur judiciaire ; mettre fin à l’impunité.
 
A la population une forte sensibilisation sur son implication dans la sécurisation de la ville et territoire de Beni en dénonçant les malfrats ;
 
En fin, les coordinations de la société civile ville et territoire de Beni projettent des marches de protestations simultanées à Beni, Oïcha, Mutwanga, Mangina, Kyondo, Maboya pour manifester le mécontentement de la population face à cette insécurité grandissante.
 
Pour finir, la société civile a donné l’exemple des quelques victimes des violations des droits de l’homme :
* Mois de janvier 2009, Mr KAMBALE SIBENDIRE ligoté par des bandits puis sa femme violée en date du 08 janvier 2009 ; Mme MASIKA LUKUNDO SAFI fusillée au genoux gauche et vol de la moto de son père ; Mme REBECCA violée au quartier MATONGE en ville de Beni le 17 janvier 2009.
* Mois de février, Mr MUTIMBAKA Moïse assassiné à TAMENDE dans la nuit du 18 au 19 février 2009.
* Mois d’avril 2009, Vendredi 03 avril 2009 les coupeurs des routes cagoulés et armés sur la route BENI – KASINDI tuent 4 personnes dans un minibus dont Mr Moïse patron du mini-bus, Osée habitant de LUME, Mme MASIKA MUVUNGA, etc.
 
Dans la nuit du 03 au 04 avril à MALEPE en ville de Beni, assassinat de Mr FABRICE âgé de 20 ans ; dans la même nuit, vol au Bureau de l’ONG SOLIDARITES située 70 mètres du camp Militaire ; la nuit du 05 au 06 avril Mr ALI et sa femme tabassés par trois hommes après avoir volé dans leur maison. Mr ALI a succombé suite à ses blessures en date du 12 avril 2009 après avoir été poignardé par des hommes en armes ; Mr KATHEMBO MUKE abattu à MALEPE en ville de Beni dans la nuit du 12 avril à 20h40’.
 
Trois jours après, le 15 avril 2009, pillage d’une camionnette à MUKULYA vers 6 heures du matin ; pillage en suite d’un camion FUSO sur axe Beni – Kasindi. Ces coupeurs des routes avaient exigé les relations sexuelles entre hommes et femmes passagers. A noter que « Tous ces cas ne sont pas exhaustifs car la liste est large » déclare la société civile du Nord – Kivu Bureau de Coordination ville de Beni.
 
A Beni toujours, 17 avril 2009 coup d’envoi effectif à partir de ce Vendredi sur l’ensemble de la RDC, des épreuves préliminaires session 2009.
A Beni ville, le lancement officiel a été des examens d’Etat, ROBERT KIBONGE Sous – Reged en présence de tous les Chefs des centres regroupés autour de l’Inspecteur Chef de Pool secondaire YUMA DILE, c’était à l’occasion de l’ouverture d’un nouveau centre dénommé BENI VI situé dans les enceintes de l’E.P. MAPENDO quartier KANZULI. Le Chef de l’exécutif urbain a exhorté les candidats finalistes à plus de sérieux dans le travail, seule façon d’honorer les parents. Ghislain MUFUNZA BAYENGO a surtout appelé tout un chacun à faire confiance en ses connaissances, une façon de mettre en garde toute tentative de tricherie. A toutes et à tous, le Maire de la ville de Beni Ghislain MUFUNZA BAYENGO a souhaité une bonne chance. Et comme à l’accoutumée, deux volontaires une fille et un garçon ont pris soins de contrôler la malle métallique.
Avant de l’ouvrir le Maire a remis à chaque Chef de centre le paquet contenant les questionnaires au sujet du jour.
 
Le service urbain des travaux publics et infrastructures ville de Beni est déjà opérationnel depuis ce Samedi 25 avril 2009. Cette annonce a été faite ce Mardi 21 avril à tous les Agents de TPI lors d’une réunion tenue par le Maire de la Ville de Beni, MUFUNZA BAYENGO à l’hôtel de ville en présence de Chef de division unique de la mairie KATSUVA NGAYEMBAKO KATHASUMBIKA, le Chef du Bureau de TPI KOYI ainsi que du nouveau Chef de Brigade de ce service Mr DANIEL TSIMANGA. Au cours de cette réunion, le Maire de la ville, MUFUNZA BAYENGO Ghislain a d’autre part informé ces Agents de TPI que tous les matériels pouvant servir au service des travaux publics et infrastructures sont déjà à Beni fournis par le partenaire de la mairie Mr MOSENGO MUTAULOMANBO. Il s’agit du moteur électrogène pouvant fournir du courant au poste de soudure qui servira à fabriquer les portes métalliques et fenêtres ainsi que d’autres meubles métalliques, un poste de bombonne, scie électronique pour scier les planches, une machine ordinateur pour ne citer que ceux-là. Des salopettes pour les mécaniciens sont déjà cousis.
S’agissant du lieu où serait implanté le garage des travaux publics et infrastructure pour le 1er lieu, ça sera derrière le bâtiment de l’Office de Route près le Bureau de Tri paix Beni où à partir de ce Mercredi 22 avril 2009 que les Agents des TPI ont aménagé l’endroit où est érigé provisoirement le garage sous le bâche jusqu’à Vendredi soir et le Samedi 25 avril 2009 qu’a eu lieu l’inauguration Officielle de ce service de TPI qui occupe désormais plus des 50 Agents confondus. Des maçons, forgerons, menuisiers, scie riens ainsi que le Chef du Garage. Bon exemple à suivre a déclaré le Chef des TPI. A noter que c’est depuis 1997 que ce service n’avait plus fonctionné en ville de Beni et voilà aujourd’hui, c’est la 1ère autorité qui réhabilite ce service pour occuper ses frères qui n’avaient où se plaindre.
 
Dans le même cadre de réhabilitation, l’hôpital général de référence de Beni ainsi que l’institut KANZULINZULI de Beni seront bientôt réhabilités d’ici le 30 / 06 / 2009. Cette annonce a été faite ce Mercredi 22 avril par le Maire de la Ville MUFUNZA BAYENGO Ghislain lors d’une audience accordée à l’Ingénieur des bâtiments Mr Jean PAUL NDOMBE venu de Kinshasa au sein de la BSCO qui finance ce projet des constructions en question. Interrogé sur la provenance des fonds, a dit que ces fonds sont de la présidence.
DE L’INSECURITE
* Dans la nuit du Mercredi 08 – 04 – 2009 sur la route Beni – Kasindi plus précisément dans un village qu’on appelle KYATSENGE / KALINDUMBU où un véhicule de marque FUSO qui revenait de Beni pour KASINDI transportant à sont bord des planches et plusieurs passagers a été la cible d’une attaque de la part des hommes armés non autrement identifiés communément appelés « Les Coupeurs des routes ». Ces bandits avant de procéder au pillage systématique de tous les biens des passagers, argents comme téléphones ; ont exigé à ces derniers femmes comme hommes à se partager l’amour quelques soient les liens parentaux à leur présence. Satisfait de leur mission, ces bandits se sont en fuit en brousse après avoir torturé ceux qui ne voulaient pas obéir à leur commandement, heureusement sans enregistrer des pertes en vie humaine.
* Le Lundi 13 au 14 avril 2009, deux boutiques se trouvant dans le quartier PAKANZA en cité d’Oïcha, à ± 30 Kms de la ville de Beni ont été la cible des deux hommes armés jusqu’aux dents. Signalons qu’avant d’emporter plusieurs biens de valeur de ces boutiques, ces malfaiteurs ont d’abord tiré en l’air pour taire les voisins. Saisi du fait, le Commandant de l’auditorat de la place PAMA NGOMA a déployé ses militaires sur le lieu pour attraper ces inciviques mals intentionnés. Selon nos enquêtes, ces malfrats ne sont pas encore dénichés.
 
Les 2 847 ménages des déplacés de Rutshuru en Ville de Beni n’ont rien à manger. Une délégation de ces compatriotes  était parti voir le Maire Ghislain MUFUNZA BAYENGO afin de lui faire part de cette situation combien préoccupante. Selon ces personnes en détresse depuis le déclenchement de la campagne d’enregistrement au retour volontaire rien n’est plus arrivé comme nourriture. Le seul secours vient du CICR qui prend en charge les malades au niveau de l’hôpital général de référence de Beni. Contacté séance tenante au téléphone par le Maire, le responsable du Bureau de Coordination de l’action humanitaire OCHA de Beni a dit être au courant de la situation. Il en a appelé à la patience assurant que la question était entrain d’être examinée au niveau de l’antenne du PAM. Il faut signaler qu’à la suite de la recrudescence de l’insécurité en territoire de Rutshuru, les 467 ménages récemment enregistrés au retour sont revenus sur leur décision de retourner chez eux.
 
Le cri de ces personnes en détresse est que l’Etat puisse ramèner la securité dans leurs villages où elles rassurent qu’elles se prendront en charge comme avant la guerre. Ce message  sera-t-il entendu ?
 
Correspondance particulière de Beni
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*