Beni: Les Cambrioleurs de la Banque

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
De temps à temps, la Police Nationale Congolaise ainsi les Organes Judiciaires du Territoire de Beni fonctionnent comme il se doit, à la grande joie de la population civile locale. C’est ce qu’on peut dire de l’arrestation spectaculaire des cambrioleurs de la BIC (Banque Internationale des Crédits) par les agents de la Police Nationale Congolaise et de la DGM de la localité LUNA à la frontière séparant la Province du Nord-Kivu du District de l’Ituri en Province Orientale. On se rappelle que le 16 Octobre 2009 la Police Nationale Congolaise d’Eringeti avait mis la main sur 3 bandits qui tentaient de se sauver vers Bunia avec deux motos de marque SENKE extorquées au bout du fusil dans la cité d’Oïcha.
.
Dans la nuit du Lundi 17 au Mardi 18 mai courant, dix bandits dont 4 femmes de Kinshasa, Bandundu et Equateur avaient cambriolé la BIC, Agence de BENI, emportant une rondelette somme de 24 Millions de Francs Congolais soit environ 26 000 US$. Ces bandits étaient arrivés à Beni au mois de mars et logeaient depuis leur arrivée à l’Hôtel SINA MAKOSA, un nom qui veut dire en français « Hôtel Sans Péchés » ou « Sans Fautes » ! L’Hôtel peut être sans péchés , mais c’est dans ses chambres qu’une bande des pécheurs planifiaient le cambriolage de la BIC/BENI.
                    Photo-Banque Internationale de Crédit, Agence de BENI
Les cambrioleurs se seraient servis des bombonnes à gaz pour perpétrer le vol. Ils ont réussi à casser trois portes de l’édifice pour accéder au coffre contenant la monnaie locale.
Selon le prononcé du Tribunal de Grande Instance de Beni, il y a eu plusieurs acteurs et plusieurs complicités actives et passives dans le cambriolage de la BIC, Agence de Beni. On peut distinguer ainsi les acteurs suivants :
La bande de 10 bandits
Des agents de TOP-SIG la compagnie privée de gardiennage assurant la garde de B.I.C.-BENI,
Le chauffeur du Minibus qui devait assurer la fuite de la bande de 10 bandits vers Bunia
Le responsable de l’Hôtel SINA MAKOSA du Quartier Malepe, Commune de BEU, où logeaient la bande de 10 bandits
L’opération de cambriolage
Des Agents de la société de gardiennage TOP-SIG avaient préparé ce soir-là un mélange de café aux somnifères. Ils ont ensuite servi ce café endormant aux deux policiers commis à la garde de la BIC. L’effet escompté n’avait pas tardé à se matérialiser par le sommeil moribond de deux policiers qui ne reprendront connaissance que le lendemain, après intervention d’un médecin de l’Hôpital Général de Beni où ils avaient été admis à la suite de leur état moribond.
Pendant le profond sommeil des policiers, les cambrioleurs avaient opéré en toute quiétude entre 22h00 et 4h00 du matin. Selon les bandits eux-mêmes lors de leur procès, c’est à la suite de l’insuffisance du gaz dans leur bombonne qu’ils n’avaient pas su accédé au coffre-fort en devises. Par contre, 6 heures de cambriolage avaient suffi pour accéder au coffre-fort de la monnaie locale qu’ils avaient vidé de tout son contenu, soit 24 millions des Francs Congolais.
.
Lors de leur arrestation quelques heures seulement après le cambriolage, les bandits n’avaient plus que trois sacs contenant 20 Millions de Francs Congolais qui avaient été légalement saisis par le Procureur du Parquet Secondaire de BENI, Willy PONZI NGOY et mis à la disposition du Tribunal à côté de tout le matériel (bombonne) qui avait servi à casser les portes et le coffre. Les 4 Millions manquant lors de l’arrestation étaient déjà donnés, d’après les bandits eux-mêmes, à un des agents en fuite de la société de gardiennage TOP-SIG.
.
La tentative de fuite vers Kisangani
.
Aussitôt fini le cambriolage, les bandits qui avaient déjà apprêté un minibus Bus immatriculé 3856AA79, avaient réussi à quitter BENI avec leur butin de vol et leurs femmes avec comme destination Kisangani, et après Equateur, Bandundu, Kinshasa.
Leur aventure a été stoppée net à LUNA, sur la route nationale no.4, à la limite entre le Nord KIVU et la Province Orientale. Les bandits étaient interceptés à la barrière par les Services de Sécurité alertés par téléphone depuis Beni. Les Agents de la Direction Générale de Migration (DGM) ainsi que ceux de la Police basés à LUNA avaient participé à l’arrestation de ces malfrats vers 9 h00, heure locale. Le minibus et leurs occupants avaient été reconduits sous escorte au Parquet de Beni pour les formalités juridiques sous l’égide du Président du Tribunal de Grande Instance, Guy Gérard MASISI.
.
L’audience relative au procès de ces cambrioleurs a eu lieu à face de l’Hôtel de Ville de BENI, à la Tribune du 8 mars.
Les Cambrioleurs de la BIC-BENI en pleine comparution avec leur Conseils
Parmi les bandits à la barre: MAKINGA Daniel (Chef de bande), Zacharie KASONGO, MUSANZI WENU, MARC SAKALA (gardien de TOP-SIG), MUSELE DEBAT, PAPY MAZUNGU, Matthieu MBELA, Mlle LWEMBA MALILA, Mlle Mamy MUDEU, Mlle SIMBA WOLGA et Mlle Donnelle MUKEBAY pour ne citer que ceux-là.
En dehors de ceux-ci, signalons que Samuel KAMBALE (le chauffeur du Bus), KAMBALE VIRUNGI (responsable de l’Hôtel SINA MAKOSA) et Mme Mamy MUVULI (Chef de la base de communication de TOP-SIG) étaient aussi devant le Tribunal où ils étaient attendus par le Ministère Public. Ceux-ci étaient poursuivis soit pour complicité, recel de malfaiteurs ou abstention coupable.
.
Lors de toutes les audiences, le chauffeur n’a fait que clamer son innocence disant qu’il prenait les bandits comme des clients de son bus sans savoir que ses clients étaient des malfrats, cambrioleurs des banques.
.
Si la première audience a débuté vers 14h30 de mardi 18 mai courant et s’est clôturée autour de 20h00, heure locale, la deuxième s’était déroulée entre 12h00 et 20h00 le mercredi 19 mai avant que la troisième s’en suive le jeudi de 12h00 à 18h30.
Trois jours d’audience caractérisées de diverses comparutions, réquisitoires du Ministère Public ainsi que plaidoiries des parties ont suffi pour que le Président du Siege déclare la lanterne du Tribunal suffisamment éclairée pour prononcer la sentence.
                             
                                            Guy Gérard MASISI, Président /
                              Tribunal de Grande Instance de Butembo-Beni
A l’issue des audiences, le Tribunal a :
– Condamné 6 membres de la bande à 10 ans de Servitude Pénale et des amandes de l’ordre de 250 000 Francs Congolais chacun (amandes récupérables à 50 jours de contrainte par corps en cas de non paiement dans le délai légal) ;
– Condamné un des Cambrioleurs à 3 ans de Servitude pénale et une amande de 100 000 Francs Congolais au regard des circonstances atténuantes retenues à son égard ;
– Les 4 femmes (Concubines des Cambrioleurs), le Chauffeur du mini-bus, la Responsable de la base de communication de TOP-SIG ainsi que le propriétaire de l’Hôtel SINA MAKOSA ont été acquitté pour faute de matérialité des faits retenus à leurs charges.
.
Selon certains observateurs, la célérité dans la procédure qui a caractérisée l’appareil judiciaire dans ce dossier est du jamais vu à Beni. Si l’organe de la loi pouvait faire pareil pour les nombreux dossiers d’insécurité (assassinats, meurtres, vol à mains armées), la criminalité qui ronge au quotidien la communauté en ce lieu serait déjà endiguée. Malheureusement, on a l’impression que les Juges sont très zélés dans les dossiers aux gros sous comme le cas présent avec du cash à gogo à portée des mains.
.
Obède Bahati
Beni
©Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*