M23

Beni: Une opération FARDC qui s’annonce dans la confusion, grande méfiance!!!

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

BALKANISATION EN MARCHE!

La hiérarchie militaire des FARDC se bouscule vers Beni. La traque des présumés ADF reçoit un nouveau commandement; toute la machine semble être en marche pour donner à la population meurtrie de Beni l’impression d’une victoire préalablement rassurée.


Or, sur terrain, des forts signaux font comprendre que les “assaillants” seraient au courant de toute la planification de l’armée gouvernementale jusqu’aux plus petits détails. Depuis deux semaines, leurs mouvements en vue de disposition de riposte se font observer dans cette région dont ils ont gagné la maîtrise plus que les troupes loyalistes. Une question pertinente consiste justement à s’interroger “comment sont-ils capables de pénétrer même les secrets les plus ultra de la défense nationale congolaise???


Pourtant, du côté de l’officiel, on sombre de paradoxe en paradoxe, les troupes s’apprêtent une fois de plus à se lancer dans les opérations sur terrain dans une incertitude stratégique totale: les services de renseignements de l’Etat ne sont toujours jamais parvenus à localiser avec exactitude les assaillants ni à les identifier avec précision, l’armée officielle manque toute connaissance sur les points de leurs passages, ni sur les lieux exacts de leur retranchement, encore moins sur leurs voies d’exfiltration et d’infiltration ainsi que sur les réseaux de leur ravitaillement. Qui oserait nous contredire à ce sujet? – S’il y en a un qui peut le faire, alors il faut qu’il édifie les opinions en répondant clairement à ces questions toujours en suspens qui ont amené la population locale à perdre la confiance dans ses dirigeants.


D’où, la vérité est que la prochaine opération de grande envergure annoncée par l’armée FARDC inquiète plus qu’elle ne rassure: on a peur de se retrouver devant un théàtre qui tournera en dérison le peu qui reste de l’espoir de vivre dans la région de Beni. Les militaires gouvernementaux sont sur terrain, ils ont accompagné les massacres en cours tout au long des cinq dernières années sans dire au peuple congolais en général, et celui de Beni en particulier, ni le vrai nom des assaillants, ni leur véritable origine, ni leurs objectifs réels, ni leur localisation exacte… Et pourtant, ces bouchers humains, estimés au départ par le gouvernement congolais lui-même comme une poignée de personnes, ont fini par étendre, sous le regard des troupes loyalistes, leurs actions sur toute la région qu’ils contrôlent du fond de la campagne jusqu’au coeur des villes, telle que celle de Beni.


D’aucuns ouvrent les yeux pour surveiller que les gros moyens militaires de l’Etat en train d’être engagés dans un contexte plein d’imprécision, ne soit une énième stratégie des compolices nationaux de balkanisation du pays destinée à ravitailler les ennemis, en vue de les doter des moyens nécessaires pour conclure la victoire des comploteurs.


Le peuple congolais doit être vigilent. L’atmosphère nuageuse n’a pas encore dégagé l’horizon de l’avenir non seulement de la région de l’Est, mais aussi de tout le pays. Voilà qu’un Jean-Pierre Bemba est encore rappelé sans raison convaincante à la CPI, les géants G7 du monde poursuivent des discussions opaques sur le destin de la R.D. Congo, le soutien ouverte des autorités du pays aux envahisseurs au détriment des autochtones, anéantissement délibéré des resistants autochtones pour laisser libre mouvement aux forces d’invasion… Aucun de ces faits n’est certes isolés. Il sied de découvrir que tout évolue dans le sens d’anéantir le plus littéralement possible la capacité des congolais en tant que Nation, et laisser libre passage à la réalisation du plan de balkanisation qui n’a que déjà trop évolué.

A bon entendeur salut!

Talangai Katchelewa
Beni

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Un commentaire

  1. Kakule Kahongya Moïse

    ° ANALYSE SUR LE CARNAGE DE BENI-LUBERO °

    En prenant en considération toutes les voix qui ont dénoncé le carnage de Beni-Lubero, l’hommage à tout les victimes est le symbole d’une foi vive et ferme! Dans ce présent documentaire, je vais parcourir la situation de Beni à partir du 19/10/2018.

    En effet, beaucoup des personnages sociaux religieuses, politico-administratives ont parlé voir même écrire sur cette présente situation de Beni-Lubero. En réalité qui tue à Beni-Lubero ???
    A partir des années 90 à Beni-Lubero il y avait l’incursion des victimes du pouvoir de Kigali et de Kampala. Pour Kigali ce sont les FDLR et pour Kampala ce sont les ADF/Nalu qui totalisent une vingtaine d’années sur le sol congolais.
    Tout commence vers les années 2010, quand monsieur Joseph Kabila se prépare pour briguer un deuxième mandat et dernier mandat selon la constitution congolaise et un mandat que Joseph Kabila ne pensait pas l’emporter tout au départ ! Pour bien réussir à briguer un deuxième mandat, Joseph Kabila se fait allié de Kigali et de Kampala ! Il demanda l’aide et le soutien de ces deux pays voisins. Dans leur alliance, Kabila leur promet comme l’avait fait son père une partie du territoire congolais. Il octroie le Nord-Kivu pour Kagame et l’ituri pour Museveni. Voilà pourquoi en 2012 quelques mois après les élections corrompues en RDC, la revendication de la promesse commence avec le Phénomène M23( accord du 23/03/ ) pour vouloir occuper le Nord-Kivu à partir du sud. En cette même année, dans le territoire d’Irumu en Ituri, les rebelles ougandais d’Elera(FRPI) font leur incursion dans la partie Nord d’Ituri. Leur plan était de nous amasser entre Beni en passant par Butembo pour chuter à Kanyabayonga. C’est pourquoi Museveni en constatant la défaillance d’Elera se rappelle des ses hommes qui sont dans la forêt de Beni aux pieds du mot Rwenzori mais en depandade. Voilà pourquoi Museveni juge bon de réorganiser les ADF ensemble avec le pouvoir de Kinshasa. Comme au sud de la province du Nord-Kivu le Rwanda était déjà en lice. Mais Museveni éprouve beaucoup des problèmes pour réassembler cette rébellion qui était déjà morte! Joseph Kabila prend le courage de prendre en charge la réorganisation des ADF en sendant les FARDC en deux commandements.
    Voilà pourquoi avec cette petite réorganisation de Joseph Kabila, le phénomène kidnapping commence à Beni-Lubero. Tant que au sud de la province le M23 fait rage!
    Des organisations non-gouvernementales de Beni-Lubero se mettent à dénoncer déjà le danger et là on salue le Kyanda Yira à travers http://www.Beni-Lubero. Com et le Desc- Wondo.
    En date du 19/12/2012, le phénomène kidnapping n’épargne pas les clergieux du diocèse de Butembo-Beni en prenant en otage les trois prêtres assomptionnistes de la paroisse Catholique de Mbau. Beaucoup des voix se lèvent pour dénoncer plus! L’évêque du diocèse hausse la voix , mais en vains. Une série de kidnapping se succède jusqu’à ce que beaucoup des leaders ont échappé !
    De l’autre côté du sud les choses deviennent de plus à plus pur, jusqu’à ce que les hommes de Dieu, les évêques sont allés rencontrer l’ennemi. En suite l’ennemi en prit l’asson sur le chef lieu de la province du Nord-Kivu quand le 32 em régiment des FARDC était sous le commandement du général Amis allias Tango fort. Goma tombe ! Honte à la république. Le commandement fut changer avec l’entrée du général Jean-Lucien Bahuma suivit par le général Mamadou Mustafa Ndala. Eux avec l’amour de la patrie ils font essuyé nos larmes en dégageant le M23 du sol congolais ! Une victoire !!! Mais le Rwanda qui était presque à la fin de sa mission retourne à Zéro. Voilà pourquoi le chef de l’État qui n’a pas vue d’un. bon oeil la victoire de ses troupes, décidant que le commandement parte à Beni-Lubero précisément en ville de Beni pour mettre fin aussi à des rebelles que lui-même à réorganiser avec Kampala. De sud au Nord le général Mamadou Mustafa Ndala eut des éloges des populations parce qu’ils voient M23 comme irrédoutable.
    Le chef de l’État avec ses pères Museveni et Kagame retourne en négociation pour leur promesse que Mamadou Mustafa Ndala a rompu. Tous trois se décide de faire des opérations communes à Beni-Lubero en éliminant d’abord Mamadou Mustafa Ndala dans les futures opérations. Voilà pourquoi en date du 02/01/2014, le général Mamadou Mustafa Ndala fut tuer dans un hôtel de Beni par la deuxième partie des FARDC dont en tête le général Akilimali alias Mundos.
    Après la mort de Mamadou Mustafa Ndala, le général Jean-Lucien Bahuma prend le courage de rompre le projet de ces trois présidents en dispersant la nouvelle rébellion qui était déjà en naissance. Bahuma a fait le ratissage des faux ADF jusqu’à l’autre rive de la semuliki. Il a détruit leur camp général qui était Madina. Malheureusement face à l’échec de ces trois présidents, le général Bahuma fut amboissoner dans une réunion où le ministre de la défense Crispp atama tabe l’ a délégué à kassese en Ouganda….

    Voilà que après cette mort se la colore de ces trois présidents qui se manifeste avec le début des massacres des civils pour vite finir avec leur projet avant la fin du deuxième mandat de Joseph Kabila en 2016 aussi qui est son dernier mandat !
    Les massacres commencent le 02/10/2018, un mois après la mort du général Bahuma ( le 30/08/2014).
    Ceux-ci commencent avec le général Akilimali alias Mundos qui avait tuer le général Mamadou Mustafa Ndala prend le relève du commandement de Beni-Lubero.

    Un Rwandais d’origine, Akilimali alias Mundos se fait baptisé Muhindo pour masquer l’opinion publique.
    Encore les voix se lèvent de plus pour pleurer. La population locale étant composé seulement d’une seule éthinie qui sont les Nandes furent menacé par ces massacres !

    La première ville économique de la RDC, dont la population est entrepreneur , intelligente fut menacé par le président Kabila.

    Les voix continuent à se lever pour dénoncer un phénomène pur ! Comment celui qui est l’auteur des massacres mettra fin à ces massacres. Joseph Kabila tue à Beni-Lubero.
    Le phénomène continue mais la population résiste et les vois sans voix parlent! Comme la population ne cède , Joseph Kabila change la constitution de l’ANR pour couper les têtes de tout les leaders Nandes. Voilà que en date du 20/03/2016, le père Vincent Machozi sera cible de l’ANR Butembo, parce qu’il a dénoncé ces massacres et a revelé les vraies tueurs.

    Le père Vincent Machozi a fait un blocage du projet de Kinshasa- Kampala- Kigali !
    Comme il a fait un blocage, on a jugé mieux de couper sa tête! A la veille de sa mort, il a laissé un testament en terme de prophétie :” On comprend ainsi le grave danger de toute rallonge au pouvoir de Joseph Kabila. Les congolais dignes de ce nom doivent refuser toute forme de transition. En effet, au vue de ce qui se passe au Kivu-ituri, toute transition au-dèla de décembre 2016, donnerait du temps et des moyens au gouvernement congolais qui est, de toute évidence, complice de l’occupation rwandaise du Kivu-ituri en cours”( père Vincent Machozi, le 19/03/2016).
    Parole qui a valu son assassinat le jour suivant

    Le père Vincent Machozi a bien souligné qu’au delà de décembre 2016, la situation sera catastrophique. Il a prophétisé cet occupation qui est en cours.
    Malheureusement on a boicoté les paroles du père Vincent Machozi par l’accord morte de la saint sylvestre. Quand la CenCo a accordé un an à Joseph Kabila, j’ai dit que tout les restes des massacres seront sur leur accord du saint sylvestre !
    Après Vincent Machozi, ce sont 2 prêtres de La paroisse Catholique de Bunyuka qui sont les cibles de l’ANR Butembo au moins de juillet 2017.
    Qui va suivre.

    Maintenant le peuple est vigilant ! Mais la lutte s’annonce plus difficile ! Luttons jusqu’au sang !

    En somme, on comprend ainsi le grave danger de toute rallonge au pouvoir de Joseph Kabila. Les congolais dignes de ce nom doivent refuser toute forme de transition. En effet, au vu de ce qui se passe au Kivu-ituri, toute transition au delà de décembre 2018 et après l’échec de l’électorat du 23/12/2018, donnerait du temps et des moyens au gouvernement congolais qui est, de toute évidence, complice de l’occupation rwandaise du Kivu-ituri en cours “.

    Que tout congolais se lève et prône la paix de Dieu.

    ” Heureux les artisans de la paix car ils seront appelé fils de Dieu( Mt5,9)

    Moïse Kakule Kahongya , Butembo le 27/10/2018

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*