Bulambomarche1best0

Bilan de la Fusillade d’ ISALE : 5 Fardc et 4 civils tués

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Le vendredi 5 novembre 2010, vers 12h30, heure locale, un camion qui revenait du graben d’Isale a été attaqué au niveau du village de KYAVISALE, Q. G d’une ancienne plantation de café d’un belge par des lances roquettes. Au bord du camion, il y avait :

  1. le capitaine Fardc commandant des Opérations Ruwenzori dans le graben d’ISALE-Mwighalika en Territoire de Beni.
  2. Le propriétaire du camion, Mr Lambert MUSABAHA, habitant de Kisalala/ route Butembo-Beni.
  3. Le chauffeur et l’aide-chauffeur
  4. Quatre militaires  Fardc 
  5. Plusieurs passagers civils du coin dont des femmes des militaires

Selon des sources proches de dépendants ou concubines des militaires, l’attaque serait perpétrée par les militaires Fardc qui venaient d’être déployer dans le graben d’ISALE. Le bilan est lourd. Le commandant des OPS ainsi que 4 autres Fardc ont péri dans l’attaque ainsi que le propriétaire du camion Mr Lambert MUSABAHA qui était dans la cabine avec le capitaine commandant OPS, 2 femmes des militaires et un autre civil, 8 blessés admis  à Matanda/Butembo dont le chauffeur et l’aide-chauffeur. Les civils profitaient du camion pour se rendre au marché de Bulambo moyennant 500 FC. Le chauffeur avait réussi à s’échapper. Le camion benne, les corps des victimes  ainsi que les haricots étaient calcinés et en partie méconnaissables. Les corps des militaires qui sont tous de la sixiéme brigade basée à OÏcha.

Les restes des corps des militaires ont été conduits à Rughenda/Butembo. Mais les restes des civils ont été enterrés dans une fosse commune sur le lieu. Les militaires étaient reconnus par des bouts de tenues et des armes qu’ils portaient sur eux. Le patron propriétaire du camion était enterré à part car une partie de son corps était méconnaissable. Sa famille est venue le déterrer pour l’enterrer avec honneur dans son village Kaliva à Kisalala , sur la route Butembo-Beni.

Bulambomarche1best0

                               Marché de Bulambo

L’attaque avait eu lieu vers 12h30 à Kyavisale. La nouvelle ne tardera pas à atteindre les sommets de Bulambo où se tenait le marché très fréquenté du vendredi. Pour se mettre à l’abri des représailles, le marche s’était vidé avant l’heure habituelle, et certains habitants du Centre commercial de Bulambo avaient préféré passer la nuit du vendredi à samedi loin de leurs domiciles. Le calme est revenu ce samedi 6 novembre dans l’après-midi.

 Bulambopaysage00

                  Aperçu de la cité de Bulambo

Au centre du litige, il y aurait les haricots pillés auprès de la population du coin par les Fardc dont la mission est de traquer les ADF/NALU. La quantité totale était deux chargements d’un camion benne. Imitant les commerçants de la région qui ont les haricots et le café comme source des revenus, les militaires Fardc ont voulu se taper de l’argent en vendant au marché de Butembo leurs deux chargements de leur butin de guerre. 1/4 kg reviendrait à 200 FC (0,25 US$) sur le marché de Bulambo. Comme on pouvait s’y attendre, le commandant s’était chargé de l’opération vente. Il amena le premier chargement à Butembo. Au retour ses militaires espéraient recevoir chacun sa part de la première vente. Mais le commandant leur dit que le partage se ferait après la deuxième vente qui n’aura plus jamais lieu. 

Les militaires venus en relève n’étaient pas au courant de cette cache de haricots. Les partants, une fois à Butembo ont cherché un véhicule pour aller charger leur butin de guerre. Une fois sur le terrain, une dispute a eu lieu entre les nouveaux arrivés et les partants. Selon les nouveaux arrivés, le butin de guerre des partants passe immédiatement aux nouveaux comme ration. Les partants n’étaient pas d’accord. Ils ont chargé calmement leurs haricots et ont pris la direction de Butembo. Mais à un kilomètre du lieu du chargement, l’attaque à la roquette à tuer tous les cinq militaires à bord, les civils, et les transporteurs. Une attaque qui ressemble à celles connues dans d’autres endroits du Nord-Kivu. N’est-ce pas là un exemple de justice expéditive par la poudre et le canon qui s’installe au Nord-Kivu ?

Notez que c’est le deuxième commandant Fardc tué à ISALE par des militaires Fardc toujours pour la même cause  : le partage des produits pillés. Le commandant est tué parce qu’il cherche à s’accaparer du butin !

La révélation de cette attaque meurtrière est que militaires passent leur temps à rançonner la population pour renflouer leurs dépôts des vivres au lieu de poursuivre les rebelles ADF/NALU. Les militaires expliqueraient cette vocation de commerçant retrouvée au front  par la rétention de leur solde. Il semble qu’effectivement ils ne reçoivent rien comme salaire, l’opération retour aidant ! Ils doivent se payer eux-mêmes par des taxes intempestives à la tête des civils, le vol, les pillages, etc.

Comme dans l’attentat meurtrier perpétré contre le premier commandant assassiné dans les mêmes circonstances, la version officielle des militaires parmi lesquels se cacheraient les tueurs, est différente de celle racontée par les dépendants ou concubines des militaires.

Selon cette version officielle, l’attaque contre le camion transportant le capitaine commandant des ops à ISALE-Mwighalika était l’œuvre des ADF/NALU et des Mai-Mai qui seraient toujours actifs dans la région. Pourtant pendant tout le temps que les Fardc partants étaient déployés dans la région, on a jamais attendu parler d’un ADF/NALU ni d’un Mai-Mai?  Pourquoi avec la relève militaire les ADF/NALU et les Mai-Mai reviendraient-ils à ISALE?   

Qui dit vrai ? Aux enquêteurs d’éclairer l’opinion, sinon il y a anguille sous roche avec le sempiternel alibi ADF/NALU, MAI-MAI, FDLR, etc.

Attribuer l’attaque aux ADF/NALU à l’avantage de soustraire les tueurs aux peines prévues par la loi militaire et de se donner un alibi de sévir contre la population locale.  

Le propriétaire du camion, Feu Lambert MUSABAHA a été enterré dans son village de Kaliva/ Kisalala aujourd’hui samedi 6 novembre 2010, sous une grande émotion. 

Ce matin, c’était la surchauffe au centre –ville de Butembo où les militaires Fardc et Fardc/CNDP ravissaient voitures et camionnettes pour se rendre à Bulambo. La crainte des populations civiles est que cette descente sur le lieu du crime n’entraine un autre pillage des produits vivriers de la paisible population, des tueries, et ainsi de suite ! Qui mettra fin à cycle infernal de pillages, attentats, assassinats, mensonges, etc. 

Correspondance Particulière de Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*