Bras de fer entre les Enseignants et le Maire de Butembo

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Les enseignants de Butembo viennent de déclencher un mouvement de grève illimitée dès ce mardi 04 juin 2008. Cette décision est consécutive à leur marche réprimée par la police nationale congolaise le lundi dernier. Dans leur lettre annonçant cette cessation de travail et adressée au Maire de Butembo, ils déclarent vouloir exprimer leur indignation face à l’humiliation qu’ils ont subie de la part de la police. Ils citent les insultes, les blessures, la brutalité et la détention du Secrétaire Permanent du Syeco ainsi que la mise en moule de leur carrière.
La direction de la RTL, une radio locale soupçonnée d’avoir penché sa ligne éditoriale en faveur enseignants, avait été interpellée et retenue pendant plus de 5 heures par la Police.
Pour eux, c’est le Maire qui en est responsable car la police a, selon eux, agi sur ses ordres et exigent de lui la réparation, notamment la solution à leur revendication.
Les enseignants pensent que l’autorité urbaine a mal agi en s’ingérant dans leurs problèmes.
L’autorité urbaine dit ne pas comprendre la démarche des enseignants.
Le Maire a ainsi indiqué qu’il fait tout son mieux pour rencontrer les enseignants en vue de trouver une solution à la crise.
Pour le Maire, la police a exécuté un ordre venu de la hiérarchie. Toute fois, elle se dit disposée à rencontrer les enseignants.
Pour ce faire, elle a initié une importante réunion à son bureau de travail avec les représentants des syndicats ce mercredi 04 juin 2008 en vue de la recherche des mesures palliatives.
Conséquences : les élèves et écoliers de Butembo n’ont pas eu cours suite au déclenchement du mouvement de grève par les enseignants. Les portes de la plupart des écoles de la ville de Butembo sont restées fermées et celles qui ont osé ouvrir étaient menacées par les élèves et écoliers, notamment les écoles de la Commune Mususa dont les élèves ont marché à travers la ville pour soutenir les revendications de leurs enseignants. Au cours de cette marche, deux élèves de l’Institut Vungi ont été blessé, un étudiant de G3 UCG a été blessé sur l’avenue du Centre, un passant domicilié à Vubange sur l’avenue du Centre en Commune Kimemi, etc.
D’après les déclarations d’un parent contacté par une des radios de la place, si une solution n’est pas retrouvée d’ici là, les parents des élèves organiseraient une marche de soutien aux enseignants.
Les chefs d’établissements déplorent cette situation qui risque de perturber la fin de l’année scolaire. Entretemps, la date des Examens d’Etat a été annoncée au public inquiet. La session des Exetat 2008 se deroulera du 7 au 10 juillet 2008.
Entre temps, les enseignants continuent à réclamer la régularisation de leur situation salariale qui a souffert des anomalies constatées.
.
Philippe MAKOMERA
Butembo
Beni-Lubero
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*