Butembo: Assassinat de Paluku MOYOLO par des Fardc

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Les Fardc continuent de tuer les civils à Butembo dans toute impunité et dans l’indifférence des autorités politiques et administratives locales et nationales. Comme on dit «Qui ne dit mot consent ».  
Dans la soirée d’hier vendredi 9 juillet 2010, pendant que les bubolais étaient en veillée mortuaire de Feu Kasereka Pascal Mwana Zaïre assassiné la veille par les Fardc, Mr Bara Paluku MOYOLO a été assassiné dans sa parcelle sur la route de Muchanga, Quartier Kalemire, Cellule Muhindo. Il était 20h00, heure locale, sous une pluie fine comme on en connait à Butembo. Papa Bara s’étale sur son lit pour un petit repos pendant que son épouse apprête le repas du soir. Les enfants s’amusent dans la cuisine. Tout à coup, trois hommes armés et en tenue militaire Fardc feront irruption dans la parcelle et forceront leur entrée dans la maison de papa Bara. Ils le feront sortir de sa chambre lui demandant de l’argent. Son épouse et les enfants dans la cuisine suivent la discussion entre les militaires et papa Bara. Sans trop tarder, un des militaires ouvre le feu sur papa Bara, lui logeant trois balles dans la poitrine.  Un autre militaire sortira son poignard pour transpercer le cœur de papa Bara. La dernière parole de papa Bara pendant les coups de balles fut selon son épouse qui assistait la mort dans l’âme à l’assassinat de son mari « Ngakwirachi vadii » (Pour quel motif me tuez-vous). Après, c’était sa fin. Toute l’attaque a duré quelques cinq minutes.
                                                

 

                                              Le Corps de Feu Paluku MOYOLO Bara sur lieu du crime
                  
                                                        Une douille des balles assassines
Papa Bara laisse une veuve et plusieurs orphelins. Il était vendeur des  Bananes « masamunyu/matimo ». Il faisait son commerce sur vélo sur les routes de Beni-Lubero.
                                         
                                             La veuve inconsolable de Feu Paluku Moyolo Bara
L’assassinat ignoble de papa Bara a provoqué la colère des habitants de la route Muchanga, un coin de la ville qui a particulièrement souffert de la vague d’assassinats en cours à Butembo. Des pneus ont été brûlés, et des barricades ont été érigées sur la route.
               
               
              
Ailleurs dans la ville, et plus particulièrement à FURU, les jeunes patriotes ont aussi manifesté dans les rues, demandant comme toujours la démission du Maire de la Ville et des commandants de la Police et de l’Armée.
 
La répression par la Police de toutes ces manifestations de colère aurait fait des victimes et des dégâts matériels importants dont nous parlerons dans nos dépêches ultérieures.   
 
La ville est sous le choc non seulement des assassinats mais aussi du silence des autorités locales et nationales. Les bubolais, y compris les plus sceptiques, se réalisent que Butembo est une ville assiégée où les conquérants se livrent à cœur joie à la répression des civils pour créer la panique et la peur. Le résultat escompté de cette pratique de conquête est qu’une fois fatiguée de crier sa souffrance dans le vide, la population peureuse se jettera dans les bras de ses bourreaux pour y chercher protection, après avoir accepté leur diktat.
 
Mais la population résiste toujours ! L’opération « ville morte » organisée par les Organisations de la Société Civile de Butembo pour les journées du Vendredi 9 juillet et Samedi 10 juillet a été une réussite en dépit de l’avis contraire du Maire de la Ville.  Ce qui se targuent d’être leaders, autorités, honorables, chefs, professeurs, etc. de Butembo sont interpellés par cette longue souffrance imposée aux bubolais sans distinction aucune. C’est le moment pour tous les bubolais de démontrer ce dont ils sont capables en affrontant l’ennemi comme un seul homme !   
.
Correspondance Particulière de Muchanga/Butembo
.
©Beni-lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*