00aaaaaaakasokiblessee00

Butembo : Boycott du défilé du 30 juin par les Mamans à cause de tueries dont elles sont victimes

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Sous la houlette de la « Solidarité des Associations Féminines pour le Droit de l’Enfant et de la Femme » SAFDEF, 35 associations des femmes de la ville de Butembo se sont réunis le lundi 27 juin 2011. Une décision a été prise au cours de cette réunion, à savoir le boycott du défilé de 30 juin 2011 date de la commémoration du 51ième anniversaire de l’indépendance de la RDC. Le motif principal de ce boycott est selon ces associations féminines l’insécurité qui sévit en ville de Butembo, et dont les femmes paient le plus lourd tribut. En effet les 4 dernières victimes des assassinats en ville de Butembo étaient des femmes dont les tueries atroces n’ont pas été suivies d’enquête jusqu’à nos jours. 

En signe de protestation contre cette insécurité qui tue les femmes, 35 associations féminines de Butembo ont signé un communiqué qu’elles ont déposé à la Mairie ainsi qu’à toutes les radios locales pour demander à toutes les autres mamans bubolaises de boycotter le défilé et de rester à la maison dans la méditation.

00aaaaaaakasokiblessee00 

A la place du defilé, plusieurs associations feminines ont choisi de rendre visite aux femmes malades et victimes de la violence comme cette Maman Kasoki Musavuli du Quartier FURU/Butembo, blessée à la jambe. Au lieu de se confectionner des uniformes pour le défilé, ces mamans de Furu ont donné de l’argent à Maman Kasoki pour les frais de la radiologie de sa jambe. Pour elles,  la meilleure façon de célébrer l’indépendance c’est venir en aide aux malades, aux victimes de la violence aveugle pour leur donner l’espoir de vivre et la joie d’appartenir à une communauté où règne la solidarité.  

Aux dernières nouvelles, nous apprenons que certaines associations d’hommes viennent de décider d’observer par solidarité le boycott des mamans. Les Hommes sont aussi victimes des assassinats restés impunis en territoire de Beni-Lubero. Lorsque les bandits arrivent dans la maison pour tuer, ils ne distinguent pas entre hommes, femmes, et enfants. Tous sont des victimes potentielles.  

Tembos Yotama

Butembo

©Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*