Butembo Célèbre la Journée Mondiale de Lutte contre le Tabac

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

[Mercredi 31 mai 2006: www.benilubero.com ] Le 31 mai de chaque année, la communauté internationale célèbre la journée mondiale contre le tabac qui continue à faucher des vies humaines. Chaque pays choisit un thème selon sa situation vis-à-vis de la consommation du tabac. Aujourd’hui, 31 mai 2006, plusieurs pays du monde ont choisi comme thème  "Cinéma sans tabac", mode sans tabac, etc. Butembo pour sa part,  a sous la houlette du CLUB DES ETUDIANTS EN MEDECINE POUR LA PROMOTION DE LA SANTE « CEMPS »  choisit comme titre : « ILS NOUS RENDENT TOUS FUMEURS, «LE TABAGISME ET SES CONSEQUENCES SANITAIRES ». Les professionnels de la santé de l’espace Beni-Lubero attirent l’attention de la population beniluberoise contre les dangers du tabagisme passif et font appel aux fumeurs de ne pas fumer en public ou en présence d’un non-fumeur. (BLO- 31/5/2006)

.

PREAMBULE

Les origines du tabac se perdent dans la nuit des temps. Son histoire commence il y a quelques 11000 ans quand les Amérindiens ont commencé à l’utiliser, le cultiver et le diffuser sur l’ensemble des continents Nord et Sud-américains. Jusqu’à la fin du XVe siècle (retour de Christophe Colomb), le tabac était inconnu en dehors de cette zone géographique. Mais aujourd’hui, il est cultivé dans plus de 120 pays à travers le monde et les produits manufacturés qui en dérivent sont potentiellement connus de tous les habitants de la terre. Il s’agit de la diffusion la plus large et la plus rapide d’un végétal qui ne présente aucune qualité nutritive. Si le tabac était employé en décocté (10g / litre) en lavement contre les vers, en lotion contre la gale, son jus servant à détruire les parasites externes du bétail ou les insectes des plantes cultivées, la réalité du tabac est simple. Il n’est pas récolté dans un but alimentaire mais uniquement pour satisfaire la dépendance à la nicotine que sa consommation engendre.

.

Le tabac, le tabagisme

.

Tabac : Plante de la famille des solanacées (Nicotiana tabacum), originaire de l’île de TOBAGO (au Nord de l’Amérique du Sud) et importée en Espagne, puis en France (1560) par JEAN NICOT.

.

Le tabagisme : c’est un ensemble des troubles provoqués par l’abus de la consommation de tabac (en particulier le tabac fumé). Il se caractérise par une toxicomanie mineure, le nicotinisme et par des troubles divers en particulier cardiovasculaires et respiratoires. On ne sait pas toujours qu’à partir d’une cigarette allumée, la fumée qui s’en dégage et qui est inhalée par le fumeur et son entourage contient plus de 4000 substances chimiques. Elles sont issues de la combustion et de la transformation des produits contenus initialement dans la cigarette et se divisent en quatre groupes :

Le monoxyde de carbone (CO) : c’est un gaz toxique qui passe rapidement dans le sang où il prend la place de l’oxygène (O2). L’affinité de l’hémoglobine pour le CO est 220 fois supérieure à celle de l’O2.

Les goudrons : il s’agit des hydrocarbures polycycliques. Ils se déposent sur les poumons et les bronches mais vont polluer également d’autres organes : pancréas, vessie, côlon,… Ce sont les principaux responsables des cancers liés au tabac.

Les substances irritantes : elles sont très diverses, entre autres, l’acétone, les phénols, l’oxyde d’azote, les aldéhydes, l’acroléine, l’acide cyanhydrique… Elles dénaturent les macrophages, anesthésient, puis détruisent les cils de revêtement bronchique. Ceux-ci ne peuvent plus alors remplir leur fonction de balayage et la bronche devient vulnérable.

La nicotine : c’est la substance responsable de la dépendance physique. La nicotine gazeuse parvient sous forme de « shoots » au cerveau où elle agit en entraînant la dépendance. La dépendance comportementale s’illustre alors par une sorte de réflexe conditionné : on allume sa cigarette par automatisme et non par besoin. Certains lieux, certaines personnes ou circonstances donnent envie de fumer. La dépendance physique correspond au besoin physiologique de maintenir dans la circulation cérébrale le seuil de nicotine auquel le fumeur s’est habitué (le corps du fumeur en a besoin). Il a donc un nombre des cigarettes qu’il doit obligatoirement fumer par jour.

.

EST-IL VRAI QUE LE TABAC TUE ?

.

Depuis longtemps, la nocivité du tabac et sa responsabilité dans des nombreuses maladies ont été démontrés. De même, la mortalité liée au tabac est aujourd’hui un fait bien établi. S’appuyant sur des enquêtes rigoureuses portant sur des milliers de personnes, les épidémiologistes observent, en effet, que l’espérance de vie est différente entre les fumeurs et les non-fumeurs.

.

En France, environ 66000 personnes meurent chaque année du tabagisme, ce qui représente environ 10% de la mortalité globale. Il a été estimé que l’espérance de vie est réduite :

.

de 4 ans chez un petit fumeur (moins de 10 cigarettes par jour) ;

de 6 ans chez un grand fumeur (entre 10 et 20 cigarettes par jour) ;

de 8 ans chez un très grand fumeur (plus de 20 cigarettes par jour).

Il convient de ne pas oublier d’ajouter à ce total les 3000 décès annuels imputables au tabagisme passif.

.

Le tabagisme passif ou tabagisme environnemental.

.

Il s’agit de l’inhalation involontaire par un non-fumeur de la fumée de cigarette présente autour de lui. Au cours d’une journée, plus le temps d’exposition à la fumée est grand et plus le risque est important pour le non-fumeur. Au-delà de la gêne occasionnée, le tabagisme passif aggrave les maladies existantes et en crée de nouvelles. Chez les enfants, le tabagisme passif se traduit par ne fréquence plus élevée des infections respiratoires (bronchite, bronchiolite, rhinites, sinusites, otites…). Chez l’adulte, les risques sont de nature identique à ceux d’un fumeur, essentiellement cardio-vasculaires, respiratoires, cancéreux. Fumer pendant la grossesse est aussi une forme de tabagisme passif pour le fœtus et les risques qui lui sont liés ne doivent plus être ignorés (retard de croissance intra-utérin (estimé à 12%), et de petit poids de naissance (estimé à 17%).

.

Quelles sont les maladies liées au tabac ?

.

De nombreuses maladies sont liées au tabac. Sa consommation régulière peut être la cause directe de la maladie.

.1° Cancers : le tabac est responsable de 85% des cancers du poumon et de près de 30% de l’ensemble des cancers. Mais d’autres types de cancers sont associés au tabagisme comme le cancer du larynx, du pharynx, de la bouche, du rein, de l’œsophage ou encore de la vessie, du col de l’utérus et du pancréas. Fumer augmente nettement le risque de cancer grâce aux goudrons.

2°. Risques respiratoires : à cause des produits irritants qu’elle contient, la fumée de cigarette entraîne la bronchite chronique la fréquence des toux (sèches et grasses) ou des sifflements, une insuffisance respiratoire chronique, l’emphysème. Elle augmente l’intensité, la durée ainsi que le rapprochement des crises d’asthme.

3°. Risques cardio-vasculaires : le CO est le principal responsable de la survenue des maladies qui concernent à la fois le cœur et les vaisseaux sanguins. Le tabagisme est un des principaux facteurs de risque d’infarctus du myocarde : le risque d’accident vasculaire cérébral est 2 fois plus élevé. Les anévrismes sont plus fréquents et l’hypertension est aggravée chez les fumeurs. Il y a des dépôts sur leur paroi.

4° Troubles sexuels : le tabac peut aussi provoquer des troubles de l’érection alors que le libido peut rester normal. 81% des cas d’impuissance surviennent chez les fumeurs.

5° Troubles de fécondité : les femmes fumeuses mettent en moyenne 2 fois plus de temps avant d’avoir un enfant que les femmes non fumeuses, risque de grossesse extra-utérine, les avortements spontanés sont deux fois plus fréquents, le lait contient des substances toxiques. En ce qui concerne les hommes, le tabagisme agit sur la qualité du sperme en diminuant le nombre et la mobilité des spermatozoïdes.

.

Les effets du tabagisme sur le corps

.

Peau : le teint est plus terne et la peau a moins d’éclat. Avec l’âge, les rides apparaissent plus tôt et le vieillissement de la peau est accéléré de 10 à 20 ans par rapport à l’âge réel.

Bouche / dents : la fumée modifie la salive. Ce changement surtout s’il est associé à une mauvaise hygiène bucco-dentaire favorise l’apparition de caries et altère l’émail des dents, présence des taches brunes sur les dents.

– Nez / gorge : le tabagisme provoque une diminution de l’odorat et participe à l’irritation de la gorge.

.

POUR FINIR, QUE FAUT-IL FAIRE ?

.

Le tabagisme a été considéré pendant longtemps comme un simple comportement et la volonté d’arrêter de fumer comme suffisante au sevrage. Nous sommes sortis de l’empirisme : le tabagisme entraîne une indépendance et peut être considéré comme une toxicomanie à part entière. De fait, la prise en charge de l’arrêt fait appel au même principe de traitement que les autres toxicomanies : la motivation (la volonté du fumeur d’arrêter), la substitution, l’accompagnement, le traitement des dysthymies associées, l’analyse des situations à risque, et la prévention des rechutes.

.

Si l’on arrête la cigarette, alors les risques sanitaires diminuent, l’espérance de vie rejoint alors en quelques années celle des non-fumeurs.

.

Enfin, que tous ceux qui ont eu la patience de nous écouter y pensent. Chaque fois, dorénavant, qu’ils allumeront une cigarette, ils sauront qu’ils hypothèquent leur avenir mais aussi l’avenir de ceux qui les regardent et qui très vite, auront peut-être envie de les imiter car, pour eux aussi, le souffle c’est la vie !

.

La rédaction, mai 2006.

Pour d’ambles renseignements, notre adresse :

Club des Etudiants en Médecine pour la Promotion de la Santé (CEMPS, en sigle)

UNIVERSITE CATHOLIQUE DU GRABEN

BUTEMBO

E-mail : cempsucg@yahoo.fr

Tél : +243 994054348 ; +243 997771480

.

Transmis à BLO par

Jean-Louis Katembo

CEMPS/UCG-Butembo

Beni-Lubero Online

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*