Butembo : La Maire en larmes au deuil de Faustin Kasereka

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

La grande émotion de l’assassinat de Mr Faustin Kasereka Mukohe a atteint le numéro un de la ville de Butembo. Toute la ville en parle !  Pendant la messe de lever de deuil dans la chapelle catholique de Kyavuyiri, en commune de Bulengera, les amis de l’illustre beniluberois disparu qui lui rendaient un dernier hommage avant son enterrement dans son village natal d’Isale-Mutendere,  ont vu pour la première fois les larmes du Maire de ville, Hubert Syahetera. Chez les beniluberois, les larmes d’un homme ne sont pas toujours un signe de faiblesse. Elles sont comme dans le cas présent, un signe d’humanité et de sincérité car elles ont coulé d’elles-mêmes comme sur tous les autres visages qui pleuraient la mort inopinée de Mr Faustin Kasereka.
 
Prenant la parole devant un grand public encore sous le choc, le maire de ville n’a pas pu contrôler son émotion. On l’a vu en effet tirer son mouchoir de poche pour effacer des larmes qui coulaient de ses yeux. Et puis, une petite pause s’en est suivie. Le murmure du public qui lui reprochait de ne pas faire assez pour sécuriser la ville s’est aussitôt arrêté. Le public a vite compris que les larmes du Maire n’étaient pas des larmes de crocodile mais des larmes d’un responsable en colère devant le dysfonctionnement de l’appareil de l’Etat dont il est lui-même  responsable local. Avec grande émotion, le Maire Hubert Syahetera a présenté ses condoléances (ou en swahili « pole za rambirambi ») à la famille de l’illustre disparu avant de condamner l’assassinat de Mr. Faustin Kasereka Mukohe en ces termes : « Nous sommes surpris, étonnés,….par le fait que, ce sont les gens sensés protéger la population qui commencent à tuer cette même population. Ce qui nous étonne, et que, alors que nous nous cramponnons pour sécuriser la ville, l’insécurité nous étant toujours imputée, ce sont les gardes du corps d’un général, chef de région militaire sensé sécuriser la population, qui commettent des dégâts à quelques mètres de leur poste. « Pause – larmes » Je regrette que  l’auditorat militaire de Butembo soit devenu un lieu de retraite, de détente pour  des militaires bandits ».
 
Cette confession – émotion du maire Hubert, première du genre de sa part, rejoint l’interpellation du même auditorat militaire de Butembo par le gouverneur de Province lors de son passage de sécurisation de la ville au mois de janvier dernier. Maintenant que le Maire de ville et le Gouverneur de Province tiennent le même langage franc vis-à-vis de l’auditorat militaire de Butembo devenu une caverne des bandits et des tueurs, les bubolais espèrent à un changement à la tête de l’auditorat militaire de Butembo.
 
A la même occasion le Maire de ville a dit au public que les 5 militaires assassins de Mr Faustin Kasereka Mukohe sont tous aux arrêts. Le capitaine qui était à la tête de cet escadron de la mort répondrait, selon le Maire de ville, au nom de BABA IKE.   
 
Les bubolais espèrent que le Maire de Ville va peser de tout son poids politique pour que cette bande des tueurs réponde de ses actes devant une justice juste et sans complaisance et que des têtes tombent à l’auditorat militaire de Butembo. Dans cette lutte déclarée contre l’impunité des tueurs qui endeuillent la ville de Butembo, le Maire de Ville peut compter sur le soutien des bubolais qui attendaient un signal fort du genre depuis longtemps. 
 
Kakule Mathe
Butembo
©Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*