Butembo : RFI continue d

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Le fait que RFI continue d’émettre en relai à Butembo après l’annonce de la coupure de son signal sur toute l’étendue du territoire national, alimente la polémique dans la capitale économique de Beni-Lubero. Benilubero.com a recueilli les commentaires des habitants de la ville de Butembo.
 
Pour les ricaneurs, le fait que RFI continue d’émettre à Butembo est une preuve que dans l’entendement du Ministre Lambert Mende, Beni-Lubero ne fait plus parti du territoire national car selon lui, le signal de RFI a bel et bien était coupé sur toute l’étendue du territoire national. D’où la question de savoir si Beni-Lubero est toujours sous contrôle de Kinshasa ou pas !
 
Pour les moqueurs, Beni-Lubero est déjà un pays à part, car même les Tutsi n’ont pas voulu inclure Beni-Lubero dans la province qu’ils veulent se tailler par le biais des accords d’Ihussi /Goma. Beni-Lubero est donc un état à part qui peut demander son auto-détermination à l’ONU par moyen de referendum populaire.  
 
Dans sa randonnée, benilubero.com a rencontré un professeur d’histoire de la place pour qui le Ministre Mende figure déjà sur sa liste des collabos de l’occupation de l’Est de la R.D. Congo au point qu’il ne veut pas que le monde soit mis au courant de la tragédie humaine  qui se passe au Nord-Kivu ( meurtres, incendies des maisons, déplacés, etc.). Selon ce professeur d’histoire, le jour qu’il y aura un tribunal pénal sur le génocide congolais que les commanditaires régionaux et internationaux  tentent de couvrir, le Ministre Mende qui a ordonné la coupure de RFI répondra de ses actes comme complice du silence autour du génocide congolais.  Comme les soldats nazis sous Hitler, il ne saura pas dire qu’il était en service commandé car il n’est pas militaire mais ministre. Ensuite, il y a un parlement qu’il n’a pas voulu saisir avant de prendre et d’exécuter sa décision.
 
Dans un Nganda de la place, benilubero.com a rencontré des jeunes professionnels pour qui le fait que RFI continue d’émettre à Butembo par le canal des radios locales est un signe qu’au point de vue technologique, le gouvernement congolais n’a pas les moyens de sa politique. Certains de ces jeunes qui écoutent RFI chaque jour depuis qu’ils étaient à l’Ecole Secondaire, même si Kinshasa coupait les antennes-relais locales, ils continueront à écouter RFI-Afrique sur internet www.rfi.fr.  Ces jeunes ne comprennent pas pourquoi le Ministre s’en prend à l’antenne de RFI au lieu d’intenter un procès contre le journaliste qui aurait diffusé des fausses nouvelles sur le Congo. En l’absence de RFI, la rumeur sur la tragédie humaine de l’Est peut, selon ces jeunes, se reveler plus fatale pour le pouvoir de Kinshasa dont Lambert Mende exécute avec zèle les ordres, mêmes les plus contradictoires.   
 
La critique la plus acerbe est venu d’un démobilisé qui n’a pas eu peur de se présenter comme   membre de la résistance du FPC de Kakule Lafontaine en mission à Butembo. Selon ce dernier, le gouvernement de Kinshasa a mal usé de sa souveraineté en coupant l’antenne de RFI qui n’avait fait que publier une nouvelle de la Radio Okapi.  Si le message était contre le gouvernement congolais, il fallait aussi couper l’antenne de la Radio Okapi.  Ensuite, dire que les membres des groupes armés  quittent les rangs des Fardc, c’est un secret de polichinelle car c’est une vérité qui ne date pas de la semaine passée. Plusieurs Fardc congolais ont rejoint le maquis de la résistance depuis qu’ils ont constaté leur abandon par Kinshasa et surtout depuis le transfert du commandement  militaire de la région aux Tutsi du CNDP ! « Nous devrions choisir entre nous faire broyer par le CNDP  bien armé et bien payé ou retourner au maquis pour nous réorganiser et recommencer la lutte pour la défense de la terre de nos ancêtres ! »
 
   
Pour un journaliste d’une radio locale, dans la journée du mercredi 29 juillet, les agents de l’ANR/Butembo auraient rendu visite à  toutes les radios de la ville pour une mise en garde contre la poursuite du relai des  programmes de RFI et pour menacer d’arrestation quiconque refuserait d’obtempérer. Certains responsables auraient demandé  sans obtenir de réponse aux agents de l’ANR si c’est seulement le journal de RFI-Afrique qui fait problème ou toutes les émissions culturelles de RFI telles  le journal de sport, santé, pages d’histoires, Moyen-Orient, etc.  
 
Cet avertissement des radios locales de la part l’ANR démontre que Kinshasa est toujours maître de Beni-Lubero. Mais l’opinion ne croit pas que c’est en coupant le signal d’une radio qui informe le monde sur la tragédie humaine qui se déroule au Kivu que le gouvernement de Kinshasa fera sentir son autorité. Au Contraire! 
 
Tembos Yotama
Butembo
Beni-Lubero Online
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*