Butembo : Une secte interdit

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

La secte religieuse appelée « Nouvelle Jérusalem », jadis appelée « Corps du Christ » et implantée au Mont Carmel à KIRIVATI dans la périphérie de la ville de BUTEMBO, a commencé d’interdire à ses adeptes d’envoyer leurs enfants à l’école et de se faire soigner dans les hôpitaux modernes.

Selon les observateurs, cette secte est la première depuis le pullulement des sectes religieuses dans la ville à interdire l’éducation scolaire à ses fideles. On se rappelle jadis des Témoins de Jéhovah qui interdisaient, non pas les soins de santé dans les hôpitaux mais les opérations chirurgicales pour garder les corps de leurs adeptes dans l’état issu de Dieu créateur.

Le gourou de la secte ésotérique et excentrique Nouvelle Jérusalem s’appelle KAMBALE MWEYA, un ancien vendeur des poules au marché central de Butembo. Pour lui l’heure est accomplie, le jour est tout proche. Point n’est besoin de perdre le temps des enfants et l’argent pour les soins de santé qui ne peuvent sauver l’homme…

La Paroisse Catholique de Mukuna est la première à s’insurger contre cette secte bizarre qui a choisit d’ériger sa tente des rencontres au Mont Carmel, unique lieu de pèlerinage des fidèles catholiques de la paroisse et de la ville de Butembo. Les éducateurs ainsi que les agents sociaux pour le développement demandent à leur tour aux autorités compétentes de s’occuper de cette secte qui prêche une parole rétrograde et qui constitue en ce sens un véritable danger public. Plusieurs autres observateurs se demandent comment les adeptes de la Nouvelle Jérusalem vivent sans soins de santé dans des hôpitaux et sans éduquer leurs enfants à l’école.

Les allures millénaristes et apocalyptiques de la secte de Kambale Mweya font craindre un suicide collectif en préparation comme cela a été plusieurs fois le cas pour les sectes du même genre à travers le monde. Qu’on se rappelle la Tragédie du Temple Solaire au Canada et à Suisse en 1994, le suicide collectif de la Secte du Rétablissement des Dix Commandements de Dieu à KANUNGU en Ouganda le 19 mars 2000 etc…

Les juristes quant à eux se demandent si la liberté religieuse consacrée par la Constitution congolaise peut valoir dans le cas de la secte Nouvelle Jérusalem – encore faut-il savoir si elle a une personnalité juridique- dont l’enseignement s’oppose aux valeurs fondamentales de l’éducation et de la santé ? Comme la secte Nouvelle Jérusalem prône un enseignement opposé à la Constitution de la R.D. Congo, c’est aux autorités judiciaires congolaises de la juger avant qu’il ne soit trop tard.

Philippe Kasenzera
Butembo
Beni-Lubero Online

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*