Campagne d

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Les Adventistes de la ville de Butembo organisent depuis le jeudi 12 Octobre 2007 une grande campagne d’évangélisation qui durera un mois soit jusqu’au 10 Novembre 2007.
L’Evangéliste principal est Mr HERI MUHANDWA, Dr en Théologie d’une Université Adventiste Américaine (USA).
Toutes les activités d’évangélisation se passent dans la concession Paluku Denis du Quartier Vungi, ville de Butembo, de 15h00 à 17h30 du Lundi au Vendredi et de 8h30 à 17h30 le samedi et le dimanche.
Le thème principal de la Campagne d’évangélisation est : LE ROI DES ROIS VIENS, VIENS SEIGNEUR JESUS !
Au menu des enseignements, on a des conférences bibliques des exposés et séminaires sur divers thèmes d’approfondissement spirituel.
.
Le texte biblique de référence qui est diversement commenté par les bubolais et les bubolaises n’est rien d’autre que Deutéronome 20 : 3-17 qui parle de la guerre que la nation juste doit livrer contre ses ennemis jusqu’à remporter la victoire. En ce temps d’incertitude sécuritaire au Kivu, une incertitude qui s’est accrue cette semaine devant le soutien sans ambages de certaines grandes puissances aux tueurs de Nkunda, les bubolais suivent avec attention les explications et commentaires de l’homme de Dieu HERI MUHANDWA… Qui est la nation juste ? Qui est l’ennemi qui doit succomber fin de fin… ? Pour le temps qui court, le peuple a besoin de tout questionner…
.
Notez que cette campagne de HERI MUHANDWA vient un mois après la visite des évêques sud-africains aux chrétiens de Bukavu… Sachant que les sud-africains passent aux yeux des congolais comme les premiers parrains africains de l’hégémonie tutsie dans la région des Grands Lacs, cette visite des prélats sud-africains à Bukavu était diversement commentée et accueillie. D’aucuns y ont vu la main visible qui ferait pression aux bastions des chrétiens de baisser leur garde, dernier rempart d’un Congo en perte de vitesse…
.
Si les puissances internationales qui sont derrière la crise du Kivu semblent avoir réussi a acheté les consciences de ceux qui se disent hommes politiques congolais, toutes tendances confondues, c’est-à-dire les opposants et la majorité au pouvoir, il n’est pas encore le cas pour la plupart des églises et les forces vives de la nation, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. La diaspora congolaise est par exemple une sphere non encore conquise. En ce sens, elle est une force non-négligeable dans la défense de l’intégrité territoriale du Congo.
.
C’est pourquoi ces sphères non encore conquises (Eglises, ONG, etc.) par les ennemis du Kivu, constituent pour les bubolais et les bubolaises un objet de grande curiosité.
.
Deutéronome 20 : 3-17 :
« Lorsque tu iras à la guerre contre tes ennemis, et que tu verras des chevaux et des chars, et un peuple plus nombreux que toi, tu ne les craindras point ; car l’Éternel, ton Dieu, qui t’a fait monter du pays d’Egypte, est avec toi.
A l’approche du combat, le sacrificateur s’avancera et parlera au peuple.
Il leur dira : Ecoute, Israël ! Vous allez aujourd’hui livrer bataille à vos ennemis. Que votre cœur ne se trouble point ; soyez sans crainte, ne vous effrayez pas, ne vous épouvantez pas devant eux.
Car l’Éternel, votre Dieu, marche avec vous, pour combattre vos ennemis, pour vous sauver.
Les officiers parleront ensuite au peuple et diront : Qui est-ce qui a bâti une maison neuve, et ne s’y est point encore établi ? Qu’il s’en aille et retourne chez lui, de peur qu’il ne meure dans la bataille et qu’un autre ne s’y établisse.
Qui est-ce qui a planté une vigne, et n’en a point encore joui ? Qu’il s’en aille et retourne chez lui, de peur qu’il ne meure dans la bataille et qu’un autre n’en jouisse.
Qui est-ce qui a fiancé une femme, et ne l’a point encore prise ? Qu’il s’en aille et retourne chez lui, de peur qu’il ne meure dans la bataille et qu’un autre ne la prenne.
Les officiers continueront à parler au peuple, et diront : Qui est-ce qui a peur et manque de courage ? Qu’il s’en aille et retourne chez lui, afin que ses frères ne se découragent pas comme lui.
Quand les officiers auront achevé de parler au peuple, ils placeront les chefs des troupes à la tête du peuple. Quand tu t’approcheras d’une ville pour l’attaquer, tu lui offriras la paix.
Si elle accepte la paix et t’ouvre ses portes, tout le peuple qui s’y trouvera te sera tributaire et asservi.
Si elle n’accepte pas la paix avec toi et qu’elle veuille te faire la guerre, alors tu l’assiégeras.
Et après que l’Éternel, ton Dieu, l’aura livrée entre tes mains, tu en feras passer tous les mâles au fil de l’épée.
Mais tu prendras pour toi les femmes, les enfants, le bétail, tout ce qui sera dans la ville, tout son butin, et tu mangeras les dépouilles de tes ennemis que l’Éternel, ton Dieu, t’aura livrés.
C’est ainsi que tu agiras à l’égard de toutes les villes qui sont très éloignées de toi, et qui ne font point partie des villes de ces nations-ci. Mais dans les villes de ces peuples dont l’Éternel, ton Dieu, te donne le pays pour héritage, tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire. Car tu dévoueras ces peuples par interdit, les Héthiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens, et les Jébusiens, comme l’Éternel, ton Dieu, te l’a ordonné, afin qu’ils ne vous apprennent pas à imiter toutes les abominations qu’ils font pour leurs dieux, et que vous ne péchiez point contre l’Éternel, votre Dieu.
Si tu fais un long siège pour t’emparer d’une ville avec laquelle tu es en guerre, tu ne détruiras point les arbres en y portant la hache, tu t’en nourriras et tu ne les abattras point ; car l’arbre des champs est-il un homme pour être assiégé par toi ?
Mais tu pourras détruire et abattre les arbres que tu sauras ne pas être des arbres servant à la nourriture, et en construire des retranchements contre la ville qui te fait la guerre, jusqu’à ce qu’elle succombe. »
.
Kakule Mathe
Butembo
Beni-Lubero Online

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*