routemangoliofoule00

Cauchemar sur le chantier route Butembo-Manguredjipa-Etaito

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Les cinq chantiers de Joseph Kabila sont en panne à Beni-Lubero, disent les voyageurs de la route Butembo-Manguredjipa-Etaito, long de 160 km. Pour parcourir ces 160 Km, il faut de fois une semaine, deux semaines, pour des gros camions, surtout en période de pluie.

routemangoliofoule00 

Pourtant plusieurs cérémonies de lancement des travaux du chantier route ont eu lieu ? Des engins neufs pour exécuter les travaux existent mais comme les camions de l’office des routes (surnommé ‘office des trous’ de triste mémoire), ils moisissent dans les entrepôts ou le long des routes qu’ils devaient réparer. On se croirait à l’époque du MPR et du Maréchal de Kawélé quand l’autorité venue de Kinshasa pour inaugurer un chantier repartait le soir à Kinshasa avec tout l’argent du projet, une bande vidéo de la foule venue l’écouter avec danseurs traditionnels du Munde et les messages de gratitude des présidents sectionnaires du MPR, et beaucoup de cadeaux envoyés au Maréchal. Plusieurs projets étaient ainsi financés plus de 20 fois mais jamais réalisés. Devant la panne de cinq chantiers, on se demande si la fameuse « opération retour à l’expéditeur » ne pas ce qui handicape le chantier route du quinquennat de Joseph Kabila? 

routemangolio2camions00

                  Route Butembo-Manguredjipa-Etaito

Depuis le lancement des travaux d’asphaltage de l’Avenue Président de la Ville de Butembo par le Président Joseph Kabila au mois de septembre dernier, rien n’a été fait, même pas des travaux préliminaires. 

Par contre, le mercredi 17 novembre 2010, une autre inauguration du chantier route a eu lieu à Butembo, cette fois-ci par le Maire de Ville de Butembo SIKULI VASAKA et le Ministre Provincial chargé des infrastructures au Nord-Kivu. Il s’agit du chantier de la remise en état de la route Butembo-Manguredjipa-Etaito, long de 160 Km. Notez que cette route constitue la principale voie terrestre pour l’écoulement des minerais notamment le coltan, l’or, la cassitérite, le bois, etc.  Aussi Manguredjipa, Bandulu et Etaito, sont parmi les sites d’accueil convoités par les retournés du Rwanda qui espèrent s’accaparer des postes juteux des entreprises minières étrangères à pied d’œuvre dans ce coin presqu’enclavé de Beni-Lubero depuis le départ des colons belges des Mines des Grands Lacs (MGL en sigle).  

Contrairement aux inaugurations qui ne sont jamais suivies de début des travaux d’exécution, le lendemain de l’inauguration du mercredi dernier, les travaux de réfection de la route Butembo- Manguredjipa – Etaito ont commencé. Les bubolais n’en reviennent pas. Hier Jeudi 18 novembre, les travaux ont commencé à partir du rond point de la Sonas au Centre Ville de Butembo et progressent à pas de géants vers Kambali, Vulamba, et Malende alors que les travaux d’asphaltage de la ville de Butembo inaugures par le Président Joseph Kabila sont renvoyés aux calendes grecques. 

Certains observateurs pensent que l’écoulement des minerais est le facteur prépondérant pouvant expliquer cette rapidité dans l’exécution des travaux. Entre les minerais et la population congolaise, le choix est clair, le capitalisme sauvage aidant ! Ce qui ne sert que les congolais n’est pas urgent. Mais ce qui produit du capital pour les transnationales, est très urgent. C’est cela la loi du capitalisme sans visage humain. 

Pour d’autres observateurs, le CNDP et la Monusco auraient reçu deux mois (le mois de novembre et de décembre 2010) des balkanisateurs impénitents de la R.D.Congo pour finaliser le projet d’installation des retournés du Rwanda. La zone minière de Manguredjipa-Etaito-Bandulu actuellement exploitée par la transnationale canadienne LONCOR, serait un des lieux d’accueil des retournés du Rwanda qui espèrent s’accaparer de postes juteux de l’industrie minière de la place. Pour faciliter ce transfert des populations rwandaises vers la zone minière de Manguredjipa, il fallait très vite remettre la route en état. 

routemangoliocauchemar00

Mis au parfum de ce plan de la communauté internationale, les patriotes de Butembo ont lancé ce vendredi 19 novembre 2010, un communiqué à la radio Moto de Butembo pour demander aux populations congolaises de la zone montagneuse à l’Est de Beni-Lubero où la surpopulation est à la base des conflits fonciers meurtriers de prendre le chemin de Manguredjipa l’Eldorado congolais de demain où une terre spacieuse et fertile cache le trésor du siècle, à savoir le coltan. Si cet appel est suivi, les congolais de la région montagneuse pourraient se disputer demain les terres de Manguredjipa avec les retournés du Rwanda. Là où se trouve le corps, les aigles se rassemblent ! Très souvent ces rapaces se battent autour du corps ! Pour que les aigles ne se battent pas à Manguredjipa comme dans d’autres lieux dits d’accueil des retournés, plusieurs voix appellent l’ONU, le HCR, la Monusco, le CNDP, le CNR, à faire preuve de bon sens. Ainsi, réfectionner la route de Manguredjipa et développer une industrie minière ne suffit pas si la gestion de ses habitants est laissée au hasard ou au biceps. 

Edgar Kahindo

Butembo

©Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*