Conte sur l

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
L’Espérance du lendemain et la recherche de la paix dans l’aujourd’hui sont pour le peuple Nande comme deux ailes qui soutiennent et conduisent sa vie quotidienne présente. Le Nande voit la Main de son Créateur «  Nyamuhanga » ou «  Owembyani » dans la direction des événements et des signes des temps. Le Nande ne peut  APPELER  son créateur PAR SON NOM, sinon par ses attributs. C’est le sens profond du Conte Nande ci-dessous qui raconte l’invasion arabe de Beni-Lubero suivie de la colonisation belge. [Le Peuple Nande comme tous les congolais de l’Est n’eurent un peu de répit que parce que les arabes et les belges se battèrent à mort. Le conte ne dit pas que les congolais de l’Est avaient fait alliance avec les arabes ou avec les belges. Il ne parle pas non plus d’une organisation quelconque des congolais de l’Est pour repousser les assaillants arabes et belges… Au contraire, ils auraient attendu la victoire des belges sur les arabes pour voir la fin aux atrocites commises par les arabes. Les congolais de l’Est acceptèrent cette paix des belges comme un don de Dieu. Lhistoire démontre que cette paix belge fut aussi de très courte durée car les belges se comportèrent quelques temps après exactement comme les arabes marchands d’esclaves. Ce n’est pas pour rien que le terme "crime contre l’humanite"  fut inventé pour la première fois dans l’histoire du monde pour qualifier les atrocités commis par les belges sur les congolais. Ce conte a donc ainsi une grande facture historique. Les congolais de partour doivent tirer ses implications dans le contexte actuel de la R.D.Congo. NDLR] 
Conte en Kinande
          VUKAVYA KERAKERA TUKIRIVANA (x2).
         AVALISURA MOVASIRA OMO YUGANDA, N’EKIHUGHO MOKYAVYA KUVAKUVANA; /N’EMBUKULI MOYAVUL’ANAKERITOLA.
          KAVANEGHAY’OMULUME IVATW’OMUTWE; KOVANEGHAYA OMUKAL’IVATW’ERIVERE.
          N’OWEMBYANIA VAKANATAMULAKIRA; MUKONGOMANI WAVENE IN’IALY’OKO KIRIRO.
          N’AVABELEGI NAVO VAMAYITAHA / N’AMBINO VAKANATASWEKERA NAVALISURA.
          OMULISURA N’OMUSUNGU VAMANIGHANA, /MUKONGOMANI WAVEN’AMANYW’AMAGHETSE.
         VALIKYETU SIMWASE MWIVIRIRAW’OMUNYAMBIANI,/MUNOVWIRE TWAMANYW’AMAGHETSE INI VUSANA NAYE.
 
 
La traduction du chant est :
Dans le temps anciens, quand nous étions encore enfants, les arabes sont venues via Uganda et la contrée de l’Est de la R.D. Congo a été secouée jusqu’aux petites créatures, les rats de maison et les souris  qui eux aussi manquaient la paix.  Les envahisseurs arabes rencontraient un homme et lui tranchaient la tête (en cas de désobéissance) ; à la femme, ils tranchaient les seins. Le peuple ne sachant à qui se vouer, a prié son Créateur, Prince de la Paix qui essuie les larmes des souffrants.
Dans l’entre-temps, arrivèrent les belges qui, étonnés des actes barbares des arabes, voulurent restaurer la paix  du peuple. Mais belges et arabes se brouillèrent entre eux. Les congolais eurent un peu de répit en ce moment de brouille. C’est ainsi  que le peuple se tourna vers son Créateur qui, dans sa bonté, est à l’ origine de la paix actuelle.
 
            Conte mis à jour par Don Masinda Robert du Diocèse de Butembo-Beni car « un peuple sans histoire est un peuple voué à la disparition » disait quelqu’un.
.
Abbé MASINDA Robert
Italie
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*