CONTRE L’INAVOUABLE, VIGILANCE TOUS AZIMUTS (par Magloire Paluku)

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Dans le Micro Robert la sincérité est définie par franchise, loyauté ou bonne foi. Ces qualités sont recommandées pour régir une société et à forte raison, elles devraient impérativement coller à la personne de tout politicien congolais.

Les dirigeants congolais sont-ils sincères?

Cette question mérite d’être posée après lecture et analyse du discours de monsieur KARL DE GUCHT, ministre belge des affaires étrangères. Ce dernier, arrivé au Congo pour participer à deux séminaires sur le secteur des transports et des mines n’a pas manqué de dire tout haut ce que les Congolais redoutaient. Dans son discours à Kinshasa le 2 février 2006, le ministre belge des affaires étrangères a tranché, nous le citons: "…la vie est loin d’être rose pour la vaste majorité des congolais. Leurs conditions de vie sont souvent déplorables et dans l’EST du pays les gens doivent encore trop souvent faire les frais des méfaits irresponsables et criminels des bandes armées qui y sévissent." Tout cela est connu. Mais ce qui devient sarcastique c’est le voyage du ministre congolais de la défense, Adolphe Onusumba à l’Est pour dit-on "sécuriser les populations". Là où il faut envoyer des combattants et des minutions, Kinshasa envoie une délégation ministérielle faite des amis des rebelles… Il y a alors lieu de se demander si l’on peut sécuriser les populations contre un ennemi qui les attaque sans s’inquiéter et sans avoir peur de l’armée congolaise qu’il nargue à cœur joie? Les Congolais de l’Est ont toujours crû et avec raison que l’insécurité dans leurs provinces est un gain pour une certaine classe politique. Il ne fera rien à l’Est, Onusumba. Après sa promenade de santé il reviendra à Kinshasa rien qu’avec des rapports snobinards propre aux démagogues. Monsieur Karl de Guht rejoint cette accusation et dénonce: "…les développements de ces derniers jours incitent à la plus grande vigilance et à une action résolue… Et si l’on souhaite réellement la paix, il est absolument nécessaire que les frontières et le territoire du Congo voient leur intégrité respectée." Les pays limitrophes du Congo sont sommés, par la plus haute instance des Nations Unies, le Conseil de Sécurité, de ne pas gêner les élections prochaines. Il est à noter que tout le monde sait qu’il n’y a pas que le Rwanda et l’Ouganda qui sont "Gêneurs"dans ce processus électoral. Il y a aussi leurs hommes de pailles en RDC.

Le ministre belge le sait. Les Congolais le savent aussi. Karl de Guht soutient alors: "…La Belgique est, bien entendu, très préoccupée par la lenteur du processus de réforme de l’armée et de démobilisation. Nous savons que les raisons de ce retard tiennent plus de l’inavouable que de difficultés de mise en oeuvre stricto sensu. Si nombre d’acteurs de ce processus faisaient preuve du même patriotisme que les Congolais qui se sont inscrits comme électeurs pour apporter leur pierre à l’édification d’un Congo nouveau, nous aurions bien plus rapidement les brigades intégrées, équipées et encadrées que réclame la paix." Les mots sont lâchés, les phrases sont formées, elles doivent être gardées. Les Congolais font preuve de patriotisme que bon nombre d’acteurs politiques de leur pays. On dit que la vérité sur l’accusé qui est dans ta maison n’est mieux racontée que par le voisin. Le ministre belge des affaires étrangères a dit ce que les Congolais savaient déjà. Les traîtres sont en RDC et apparentés au pouvoir.

CONTRE l’INAVOUABLE, VIGILANCE TOUS AZIMUTS

Magloire Paluku

Editorialiste de Beni-Lubero Online!

{moscomment}

.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*