Des quantités effrayantes d’armes à feu entre les mains des civils à Djugu

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Depuis le 21 juin 2019, l’armée gouvernementale congolaise s’est lancée dans une opération qu’elle a dénommée “Tempête” en Ituri. Le principal objectif visé par cette opération consiste dans le rétablissement de la paix et de l’autorité de l’Etat dans cette province.


L’opération tempête en Ituri a, entre autres, procédé au bouclage de certaines agglomérations, quartiers et localités ayant présenté des indices d’héberger des bastillons des assaillants auteurs des violences, meurtres et insécurité généralisés de ces jours en Ituri, précisément dans le territoire de Djugu. D’emblée, les lots de matériels de guerre découverts ça et là sont de nature à effrayer les opinions. A titre illustratif, lors du bouclage effectué le 25 juin 2019 à Kpandroma, chef-lieu des Walendu-Pitsi, centre de référence des assaillants, un stock de 400 fusils Kalachnikovs a été déniché dans le dépot d’un opérateur économique de ce centre identifié par le nom d’AROKA. Si déjà en pleine cité, on peut découvrir une telle quantité d’armes dans la maison d’un civil, combien d’armes seraient alors tenues dans des caches et par des particuliers?
Par ailleurs, dans la ville de Bunia la capitale de la province de l’Ituri, le bouclage du quartier Bakoko a aidé l’armée à récupérer 9 armes individuelles des mains des malfrants.


Un tel effort de la part de l’armée officielle est bien louable. Le souhait de l’opinion est de voir l’opération tempête tenir bon jusqu’à éradiquer complètement l’insécurité, voire la rébellion latente et en gestation du M23 et alliés, évoluant sous la couverture des assaillants Lendu. Les autorités doivent reconquérir la confiance de leurs administrés par des preuves concrètes de bonne volonté à aider le milieu à retrouver la paix.


Quant aux sujets Lendu qui ont accepté de se faire le cheval de Troie aux ennemis de la paix en Ituri, il s ont intérêt à comprendre immédidatement que cette entreprise de désastre dont ils se sont fait partenaires ne profitera en rien ni pour leur communauté ni pour la province de l’Ituri. Au contraire, ils courent le risque d’isolement et de marginalisation par d’autres communautés auxquelles ils font subir un martyr non mérité. D’ailleurs, ceux qui les utilisent pour massacrer leurs propres frères Ituriens ne leur seront jamais reconnaissants, car ce sont des personnes dont l’ambition colonialiste étend un règne d’esclavage et de terrorisme qui n’épargne personne sur leur passage. Un homme averti en vaut deux! dit-on.

Tinga-Tinga Mateso
Bunia

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*