kinshasaerosion

Des questions autour du fameux « coup d’Etat manqué » de Kinshasa

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Quelques compatriotes nous ont contacté pour en savoir un peu plus sur « coup d’Etat manqué » de Kinshasa. Depuis hier, nous avons essayé de questionner nos différentes sources. Nous résumons, en quelques lignes, les résultats de nos analyses et de nos contacts. 

Depuis hier dimanche (l’après-midi), les téléphones des Congolais(es) de la diaspora ne cessent de sonner. Plusieurs compatriotes voudraient savoir ce qui s’est réellement passé à Kinshasa, à l’une des résidences de Joseph Kabila. Certains parmi ces compatriotes ne croient pas en la version officielle donnée par Lambert Mende. Ils posent ces questions-ci : « Pourquoi Mende a-t-il pris la parole pour parler de ce coup d’Etat manqué et non le chef d’Etat major général qui serait la personne la mieux indiquée dans pareilles circonstances ? N’aurait-il pas été mieux que Joseph Kabila lui-même passe à la télévision pour calmer la population ? Où est-il passé ? » 

kinshasaerosion

               Une rue de Kinshasa, la capitale de RDC

D’autres compatriotes encore n’arrivent pas à comprendre que le prétendu coup d’Etat ait été organisé de manière si légère : l’une des résidences de Joseph Kabila est attaquée, la radio nationale fonctionne normalement et à l’aéroport, les gens sont libres de leurs mouvements ! Aussi, semble-t-il, quand les coups de feu éclatent à ladite résidence, Joseph Kabila est vu dans les environs, entouré d’une bonne partie de ses gardes du corps. 

A l’analyse de toutes ces questions et de leurs réponses, au contact de nos sources sur place à Kinshasa, l’hypothèse que « ce coup d’Etat manqué» soit une machination du palais joséphiste peut être émise. Elle aurait pour objectif ou de forcer « les assaillants » à donner des témoignages sur « leurs liens » avec certains acteurs politiques congolais que Joseph voudrait neutraliser ou d’engager le pays dans un processus d’insécurité devant conduire à un état d’urgence. L’élimination de certains Congolais, hauts gradés de l’armé, n’est pas à exclure. 

Des méchantes langues parlent de la reconduction des scenarii rwandais ayant précédé les élections de 2010 en RD Congo. Il est possible que les jours et les mois à venir soient riches en révélations. 

J.-P. Mbelu

Bruxelles

©Beni-Lubero Online

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*