00aaaaaaaaaaaaaaaaaamontagn

Des rebelles ougandais candidats députés nationaux pour Beni-Territoire

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Le 22 septembre 2011, Beni-Lubero Online publiait un article intitulé : « Révélation: Les Opérations Ruwenzori, Cheval de Troie de l’occupation de Beni et Mambasa ». Dans cet article il était question d’une nouvelle rébellion née à Nakasero (Ouganda) le 17 Avril 2010, sous le pseudonyme de l’ADF/NALU, une ancienne rébellion ougandaise qui était basée dans la même région mais qui n’existe plus depuis 1997. Parmi les fondateurs de cette nouvelle rébellion figure le nom de James Matabishi, une figure insaisissable à plusieurs casquettes qui se fait passer tantôt pour un Mai-Mai, Pareco, membre du Parti Politique de Kisase Ngandu, ancien de l’AFDL, PPRD, Konzo, Ougandais, Congolais, etc. Cependant une chose est sûre: James Matabishi est membre fondateur de la nouvelle rébellion qui opère en Territoires de Beni et de Mambasa sous le nom d’emprunt d’ADF/NALU. La surprise est qu’une personne à nationalité aussi douteuse parvienne à créer et à faire agréer un parti politique à Kinshasa. Ce parti politique dont la source de Beni-Lubero Online n’a pas encore confirmé le nom officiel, aligne des candidats à la députation nationale sous des noms congolais. L’argent de campagne des candidats de ce parti politique de James Matabishi est venu du Ministère Ougandais de la Défense. Selon les sources de Beni-Lubero Online à Kasese/Ouganda, une grosse enveloppe destinée au financement de la campagne du parti de James Matabishi a été remise le lundi 10 octobre 2011 à Kampala aux émissaires de James Matabishi par le Ministre Ougandais de la Défense, le Dr Crispus Kiyonga. 

Cette révélation repose la question de la crédibilité de la CENI. Comment un rebelle ougandais peut-il créer un parti politique au Congo et infiltrer des rebelles sur les listes électorales de la CENI sans que l’ANR s’en rende compte? Est-ce pour cela que la CENI refuse tout audit du fichier électoral avant la tenue des prochaines élections ? La bataille pour l’audit du fichier électoral ne devrait pas être abandonnée même si elle entraînait un retard dans l’organisation du scrutin car chaque jour qui passe apporte des nouvelles preuves que ce fichier est entaché d’irrégularités. 

(Pour en savoir plus sur James Matabishi et la nouvelle rébellion née en Ouganda, lire : https://benilubero.com/index.php?option=com_content&view=article&id=2831:revelation-les-operations-ruwenzori-cheval-de-troie-de-loccupation-de-beni-et-mambasa&catid=15:editorial&Itemid=48). 

En ce moment, les combattants de cette nouvelle rébellion d’occupation « ADF/NALU » entrent au Congo comme refugiés congolais revenant de l’Ouganda. Le fait que ces combattants s’affublent du statut des « réfugiés » crée un précédent historique pour l’ONU et le HCR. Des témoignages des policiers, militaires et humanitaires congolais existent sur l’aide qu’apportent les ONG et autres organismes onusiens et internationaux à ces occupants dans les forêts de deux territoires de Beni et de Mambasa. Des policiers et militaires qui ont requis l’anonymat témoignent de leur surprise de voir de leurs yeux que leurs dernières tenues militaires étaient déjà portées par les rebelles dans les forêts.

00aaaaaaaaaaaaaaaaaamontagn
La beauté  naturelle du Mont Ruwenzori dans un Territoire de Beni occupé  

En plus de ce pouvoir militaire que les rebelles ont de facto, ils attendent se doter de leurs représentants politiques au parlement. L’origine des fonds de campagne pour le parti de James Matabishi ne fait aucun doute du plan ougandais de contrôler politiquement, militairement, et économiquement l’Est de la RDC. 

Cette stratégie de conquête des territoires de Beni et de Mambasa par la nouvelle rébellion née en Ouganda, rappelle le brassage et mixage au sein de l’armée congolaise qui avait permis aux rebelles du CNDP de se prévaloir du titre des FARDC sans changer un seul iota à leur plan de conquête du Kivu-Ituri. Les Fardc que les congolais appellent à juste titre «  Forces Armées Rwandaises Déployées au Congo » ont, par la magie du brassage, facilité l’invasion rwandaise du Kivu-Ituri. 

Comme les ougandais, les rwandais qui occupent le Kivu-Ituri militairement et économiquement, attendent utiliser l’occasion des prochaines élections en RDC pour régenter politiquement les assemblées provinciales du Kivu-Ituri et le parlement national. Le vœu des rwandais et des ougandais est que la présidence de la république reste entre les mains de Joseph Kabila, leur allié dans la déstabilisation de la R.D.Congo. 

Pourquoi cette diversion militaire au lieu d’une balkanisation à la hussarde ? 

Le régime de Kigali parrain de l’occupation territoriale du Kivu-Ituri n’a jamais obtenu un soutien de tous les membres du Conseil de Securité de l’ONU, notamment du Président américain, Barack H. Obama pour coloniser le Kivu-Ituri ouvertement. Un nouveau découpage territorial en Afrique Centrale créerait un précédent dangereux qui embraserait toute l’Afrique en même temps. C’est pourquoi, Kigali et Kampala utilisent la diversion et la ruse pour occuper le Kivu-Ituri par les soi-disant retournés rwandais et ougandais. En appelant ces retournés «  réfugiés », le HCR et la Monusco confirment leur complicité dans l’occupation de l’Est de la R.D.C. Dans l’hypothèse de la chute du régime de Joseph Kabila aux prochaines élections, ces rwandais et ougandais armés risquent de profiter d’une violence postélectorale pour conduire un génocide des populations congolaises autochtones non armées pour ainsi boucler les opérations de l’occupation rwando-ougandaise de l’Est de la R.D.C. 

Edgar Kahindo

Butembo

©Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*