Des Voix demandent la D

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Des habitants de Furu en Colère contre le Maire de Butembo
Des voix s’élèvent de partout pour demander la démission du Maire de Butembo, Mr Hubert Syahetera! L’opération militaire conjointe des éléments de l’Armée et de la Police dans la Cellule FURU, Commune de Vulamba, en Ville de Butembo, qui s’est transformée en pillage, viols, vols, tortures, et autres  violations des droits humains à l’encontre des paisibles citoyens, a déjà déclenché une vive colère contre le Maire de la Ville de Butembo qui avait ordonnée l’opération militaire. Les dégâts humains et matériels de la dite opération sont considérables. Un bébé de deux mois battu par un militaire Fardc est toujours dans un état critique. La maman du bébé qui avait été aussi battue souffre des plusieurs fractures. Plusieurs autres victimes dont la vie n’est pas en danger suivent des soins dans les hôpitaux et Centres de Santé de la Place. Les entrepreneurs des petites et moyennes entreprises du quartier qui ont non seulement été démolies mais aussi pillées jusqu’au dernier clou, sont inconsolables car ils doivent tout reprendre à zéro.
 
Un boutiquier regarde ses étalages vidés de ses marchandises
Malgré tous ces dégâts le Maire continue de menacer les habitants de Furu d’autres représailles si les Parlementaires debout reprenaient leurs activités. Une prime de 100 US$ est promise à toute personne qui dénoncerait un Parlementaire Debout encore actif.  
 
Le siège du Parlement de Furu saccagé
Cet appel diffusé sur toutes les radios locales a rajouté à la colère de la population qui se demande pourquoi le quartier qui participe activement à la securité de la ville a été l’objet d’une telle destruction ?
 
Attroupements de la Population de Furu au lendemain de l’attaque de leur quartier
 Depuis lors, on enregistre des réactions diverses sur ce qu’on appelle sur place «attaque de Furu » et non «  opération de police » comme dirait le Maire de ville.
 
D’aucuns cherchent à savoir ce qui a poussé un maire de ville à ordonner la destruction d’un quartier de sa ville. D’autres voient la main de l’ennemi qui cherche à occuper militairement Beni-Lubero derrière l’acharnement du Maire de Ville. D’autres encore telles les mamans de Furu ont déjà traduit en justice le Maire de Butembo auprès de la magistrature provinciale. Les plus radicaux demandent carrément sa démission allant jusqu’à le qualifier d’ « un Kuluna en cravate à la Maire de Butembo ».
 
Beni-Lubero Online reprend ci-dessous quelques-uns des réactions reçues dans son courriel.
 
1.  Réaction de Johao PORTO
.
 Bonjour,
Voulez-vous comme d’habitude relayer l’article "Attaque Furu : Les Fardc brutalisent un bébé de 2 mois", écris par nos confrères de Benilubero.com sur votre site svp. Sous d’autres cieux, cette triste et incroyable nouvelle ferait la une des tous les journaux et plusieurs têtes tomberaient dans l’armée et dans l’administration publique. Il est incroyable qu’un fait scandaleux d’une telle magnitude passe pour UN FAIT DIVERS EN RDC. C’est triste.
Johao Porto
Email : johaoporto@yahoo.fr
 
Me Nzanzu aux soins après sa libération
2. Réaction de J. Paluku
 
Chers Amis/ Frères,
Salut! Suis indigne en lisant l’article sur ce que le Maire de la ville de Butembo a planifié avec ses acolytes qu’il veut satisfaire alors que ces derniers se moquent de lui, car le jeu de ces gens c’est d’utiliser nos propres frères comme des pions pour nous martyriser, alors qu’une telle ignominie eux ne peuvent pas le faire sur leurs frères et sœurs rwandais ! Que le fameux Maire Hubert Syahetera sache que "MTOTO WA NYOKA NI NYOKA", malgré l’amour et la générosité qu’il veut montrer à ses rwandais, un bon jour il tombera dans leur filet et subira le même sort que cet ange de deux mois et sa pauvre maman. Je n’ai jamais vu un Tutsi infligé un tel acte barbare à un autre Tutsi, mais voilà un Nande qui s’associe aux Tutsi pour causer des malheurs aux autres Nande comme lui. Si cet enfant meurt, que son sang soit sur Mr. le Maire Hubert. Nous sommes loin de chez nous mais nous suivons à la loupe toute la situation grâce à Beni-Lubero Online. Je suis en colère contre ce Monsieur qui continue à alourdir sur les dos de nos papas et mamans les malheurs continuels du Nord-Kivu. Je demande qu’une petite soit ouverte sur BLO pour obtenir les signatures nécessaires pour la démission immédiate du Maire Hubert Syahetera. Comment peut- il envoyer les chiens enragés en uniforme dont la réputation de tortionnaire est connue de tous, pour torturer les paisibles citoyens d’un quartier de sa ville dont tout le monde loue le patriotisme dans la non-violence ? L’attaque de Furu me dépasse !
Salutation de Lusaka, Zambie
J. Paluku
Email: jpaluko@yahoo.co.uk
 
3. Butembo: Furu en vrac! (Réaction des Parlementaires de Furu en Clandestinité)  
.
Dans la nuit du 26 au 27, la cellule Furu a été assiégée par une centaine des militaires FRDC et une cinquantaine des policiers, pour ce qu’ils ont appelé bouclage.
Le 26/08, à l’émission du journaliste BORA UZIMA KAMBALE à la Radio Liberté Butembo le limogeage du chef de cellule Furu a été au centre des plusieurs analyses des partis Politiques et des indépendants, ainsi des ressortissants de la cellule Furu.
Parmi les analystes indépendants, maître MBUSA NZANZU, défenseur judiciaires et activiste de droits de l’homme, habitant de Furu, a démontré que le limogeage du chef de cellule n’est pas dans la compétence du maire et qu’administrativement, sa suspension est illégale. Démontrant la contradiction dans l’arrêté du Maire de Ville qui a dit lui-même que son action n’était pas politique mais administrative, Mr Mbusa Nzanzu a dit au cours de l’émission qu’administrativement, le Chef de Cellule est sous l’autorité  du chef de quartier, le chef de quartier sous l’autorité du Bourgmestre de la Commune, et le Bourgmestre sous l’autorité du Maire de ville.   Dans la suspension du Chef de la Cellule Furu, le Maire a tout simplement ignoré cette chaîne d’autorité, un fait de mauvaise gouvernance de sa part. Cette intervention qui a eu lieu a quelques heures de l’attaque de Furu et que le Maire doit avoir suivi semble expliquer l’acharnement des assaillants sur Me Mbusa, sa famille et la maison familiale.
 
Lors du ratissage de l’armée et de la police, trois parcelles ont  été plus visées que d’autres. Il  s’agit de la celle de Papa Michel KINYONDO, le feu papa de MBINDULE ; celle du feu MBUSA NZANZU YOTAMA, papa de Me  MBUSA NZANZU alliance MB.NZ, (Ndlr : frère cadet à TEMBOS YOTAMA, correspondant de BLO à Butembo), et celle du chef de la Cellule Furu, Mr Kambale KITAMBALA. Ces trois parcelles ont été systématiquement mises en sac plus que d’autres parcelles.
 
Les Militaires et les Policiers ont fouillé les chambres de fond en comble, cherchant de l’argent partout!
Le bilan provisoire de cette action du Maire de ville est lourd pour les habitants de FURU. Le Maire doit se forcer les sourcilles car ses anges de la mort n’ont pas pu appréhender ses deux cibles, à savoir, le Chef Kambale Kitambala et  le Président Mbindule Mitono, Président du Parlement.
Parmi les biens pillés, on peut citer : plus de 4000$ extorqués de la population, plusieurs biens de grande valeur  tels des lecteurs DVD, écrans téléviseurs, habits, animaux de basse-cour (poules et Cobayes « Kururu »), de la nourriture, etc.
Plusieurs personnes portées disparues :
1.         MBUSA NZANZU, maitre défenseur judiciaire et activiste de droits de l’homme ;
2.         Philippe MAKOMERA, journaliste à la Radio Liberté (Ndlr : Ancien Correspondant de BLO)
3.         MAMBO KITAMBALA, petit frère du chef de la Cellule Furu,
4.         PATRIC MITONO (moins de 18 ans), frère cadet à MBINDULE, enlevé et torturé en lieu et place de son frère,
5.         MUSERE (Kasereka)
6.         AMIZA,
7.         SAMI
8.         KIPIMA
9.         TARA
10.       MBALE SAIDI
11.       DEGAU
12.       Silvain
13.       EZE (Ezekiel)
14.       6 autres personnes non encore identifiées ;
15.       La maman de MBINDULE
16.       MUMBERE MBILA
 Etc.
Après l’opération, les militaires et les policiers ont passé toute la journée dans la cellule et toute la nuit suivante. Cette présence a provoqué l’insécurité et la colère des habitants qui ont toujours donne un exemple de non-violence aux bandits militaires et policiers qu’ils arrêtent entrain de voler. A ce pacifisme, le Maire de Ville répond par les armes ! Pour quel motif ?
Les militaires plus nombreux que les policieurs lors de l’opération patrouillent Furu le lendemain du bouclage
D’après un certain Anselme MUTOMBO, qui se dit KASEREKA, et qui est Conseiller politique du Maire, un mandat d’arrêt a été lancé contre tous les Parlementaires de Furu, et donc contre toute la population de Furu, et un prix de 100 US$ par tète d’un parlementaire.  La liste noire du Maire de Ville compterait 73 personnes qui sont sous surveillance de la police secrète du Maire, et parmi ces personnes, certaines ne seraient même pas de Furu, un fait qui est interprété comme une preuve que les parlementaires de Furu sont un alibi pour autre chose. Selon certaines victimes, parmi les militaires qui ont pillé certains seraient venus de Beni pour  prêter main forte à leurs camarades de Butembo. Si ce fait s’avère juste, on peut dire que l’attaque de Furu était l’œuvre d’autres instances comme plusieurs bubolais l’ont dit le lendemain de l’attaque.  D’où l’association du Maire de Butembo aux malfrats du Nord-Kivu qui tuent, incendient les maisons, sans remords. A la suite de toute cette colère, les habitants de Furu et leurs sympathisants à travers la ville de Butembo, exigent la démission du Maire Hubert Syahetera car son attaque de Furu lui a fait perdre toute crédibilité et toute confiance.
 
Signé : Parlementaires Debout en clandestinité.
Email : Parlement Furu@ en_exil.COM
 
Un boutiquier dans sa boutique défoncée avec ce qui lui reste de marchandises
4. Un "Kuluna" en Cravate à la Maire de Butembo
.
Le Maire de Butembo vient de montrer à la face du monde qu’il n’est pas à la hauteur de ses chevilles et qu’il ne dispose pas d’un portrait robot capable de diriger la ville de Butembo. Tenez vers 2 heures dans la petite matinée du 27-8-2009 les habitants de Furu ont été assiégés par les escadrons de la mort envoyés par le tristement célèbre Maire Hubert. La mission principale de ces escadrons c’est d’anéantir le Parlement debout ayant son hémicycle dans la cellule Patriotique de Furu. Rien n’a été épargné sur le passage de ces anges de la mort. Arrestation, pillage, viol et vol ont été le maître-mot de cette opération dont le Maire de Butembo en est l’auteur intellectuel.
 
Le résultat de cette opération fait froid au dos. Le maire de la ville accuse le parlement d’avoir intoxiqué les bubolais et les bubolaises à ne pas payer les 1000 FC pour la macadamisation de la ville de Butembo. Un projet très controversé dans le pays Nande. Le Maire lui-même n’étant ni convainquant ni convaincu de son projet de goudronner la ville a préféré s’apprendre aux forces vives et aux opérateurs politiques qui du reste pensent que payer les 1000 FC serait une platitude pure et simple.
 
Il promettait depuis longtemps de faire périr les parlementaires ! Voilà la pratique vient de rattraper la théorie. Vu les dégâts importants enregistrés, la population ne jure que par sa démission purement et simplement et qu’il rejoigne sa pratique de braconnage dans son RWINDI natal.
 
LISTES NON EXHAUSTIVES DES PERSONNES ENLEVES DANS LA MATINEE DU 27-8-2009 sans compter les mamans déshabillées devant leurs enfants pendant l’attaque.
  1. Mère biologique du Président du Parlement FURU, Mr. Crispin Mbindule Mitono,
  2.  Maitre MBUSA NZANZU YOTAMA; un défenseur judiciaire et assistant à l’université,
  3. Mr. PATRICK : Elève à l’IABU et petit frère de  Mbindule Mitono,
  4. Mr. PHILIPPE MAKOMERA : Etudiant en Ière Licence en Sciences de la Communication,
  5.  Mr. MAMBO : Etudiant à l’UOR-BUTEMBO,
  6. MBILA : Un maçon du quartier
  7.  MR. MUSO : Un taximan du quartier  
Liste des biens pillés
 
  1. Tous les appareils électro- ménager et accessoires appartenant à la famille Yotama à Furu,
  2. Plusieurs effets appartenant à la famille Mbindule dont la maison familiale a été saccagée et pillée de fond en comble,
  3.  Tous les effets appartenant à famille KAMBALE KITAMBALA, chef de la cellule de Furu accusé de désobéissance par le Maire de Ville. Comme au Moyen-âge, la population de Furu a été attaquée à la place de leur chef en fuite.
  4. Toute la boutique appartenant à Mr « Le monsieur TSOGHERO »,
  5.  Une discothèque à coté de l’hémicycle du Parlement FURU 
Liste non-exhaustive des blessés  
 
  1. Bébé TRESOR (deux mois d’âge) : Fils du chef KAMBALE KITAMBALA à l’agonie,
  2. Maman LEA : épouse du chef KAMBALE KITAMBALA,
  3.  Mlle ANITA : Sœur à Maître MBUSA NZANZU alias « Mbenze »
 
A la suite de tous ces dégâts, nous réclamons la démission du maire ‘’KULUNA EN CRAVATE’’ de rendre sportivement le tablier de la mairie. S’il ne démissionne pas de lui-même, il ne va échapper à la voie judiciaire. Nous soutenons le Syndic des défenseurs judiciaires de Butembo qui vient de déposer une plainte contre le maire ‘’ KULUNA EN CRAVATE’’.    
 
La Ligue des ressortissants de l’Université Catholique du Graben siège de BUKAVU souhaite voire sans atermoiement funeste la justice se saisir d’office de ce Maire- Bourreau qui depuis qu’il est à la tête de Butembo ne fait que briller par une dérive totalitaire.  
 
En fin la ligue de ressortissant de l’UCG siège de Bukavu met le maire en garde et souhaite voir Mr. MBINDULE MITONO,  Chef Kambale Kitambala, et tous les autres parlementaires encore en détention recouvrer leur liberté car rien ne prouve leur culpabilité, à moins que dans l’entendement du Maire mettre hors d’état de nuire un malfrat est une infraction.  
.
Me Charles Tsongo
Bukavu
La veille du bouclage, les Jeunes de Furu de Furu-Sport avaient remportés la coupe du championnat urbain de football! Ils n’avaient pas fini de savourer leur victoire quand ils étaient tabassés nuitamment par les militaires
L’avenue principale de Furu au lendemain de l’attaque de la population
.
© Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*