Deux Bouviers Poignard

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
  
Deux bouviers poignardés, plusieurs vaches emportées, voilà en somme le bilan de l’attaque macabre du Lundi  11 Février dernier dans les fermes de Mwenye, Masoi et de Kirima à une quarantaine de Kilomètres à l’ouest de la Ville de Butembo. Selon les victimes et rescapés de l’attaque en mains armées, les  assaillants et pilleurs étaient habillés comme des Mai-Mai, mais leur méchanceté a dépassé celle connue des Mai-Mai du coin. Dans une région où opèrent  côte à côte des vrais et des faux Mai-Mai, il est difficile d’identifier avec exactitude les assaillants.
 
Selon un des propriétaires de ces fermes qui a requis l’anonymat, cela fait pratiquement une année que des combattants se disant Mai-Mai rançonnent les paisibles citoyens et les  propriétaires des fermes. Ces combattants ont déjà imposé sans vergogne une taxe de 10 US$ par mois par famille et par ferme pour motif de prime de securité et ration des combattants.  
 
Après le passage des combattants Mai-Mai, les militaires Fardc font aussi des descentes dans les mêmes localités et causent plus de tort que les combattants Mai-Mai. En effet, contrairement aux Mai-Mai qui essaient de se limiter à la taxe mensuelle obligatoire, les militaires Fardc, non seulement ils exigent de l’argent à toute personne qui tombe dans leur filet mais aussi vident la basse-cour de son gros et petit bétail, ravissent des vivres, et tout ce qu’ils veulent. Celui qui n’a pas d’argent est maltraité car accusé de complicité avec l’ennemi. Dans cette partie de la R.D. Congo,  comme d’ailleurs partout au Congo, on ne sait plus qui est complice avec l’ennemi et qui ne l’est pas.  Une chose est sure : le peuple est victime de tous !
 
Les appels au secours des notables de ces localités martyres sont tombés dans des oreilles des sourds. Les autorités territoriales ayant la securité dans leurs attributions ne font rien pour sécuriser la population de cette contrée. La dernière visite de la contrée par des politiciens congolais date de juillet 2006 lors de la campagne électorale. Les élus de la contrée sont aujourd’hui introuvables pour sécuriser leurs électeurs d’hier. 
.
Thérèse Malule
Butembo
Beni-Lubero

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*