Dieu s’est fait homme pour que l’homme se libère

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Pendant que le monde chrétien célèbre Noël, la venue du Prince de la Paix-Jésus-le Dieu fait homme, notre peuple de l’Est de la R.D.Congo pleure et ne sait même pas s’il va passer ces jours de fête sous son toit. Il faut vraiment le dire : trop c’est trop. L’Emmanuel a-t-il oublié ce peuple innocent ? Ses Anges nous ont-ils abandonné ? Pourquoi le méchant semble-t-il prospérer ? Pourquoi permettra-t-il que le loup massacre sans relâche ses tourterelles? Où sont ses disciples, ses témoins au Congo ?
.
Et le silence de nos gouvernants –sur le sort de nos paisibles peuples de l’Est du pays- ne cesse d’interpeller. Quand prendront-ils en mains leur tâche de défendre les droits et la dignité de tous les congolais ? Que la révision du bilan de l’année en déclin soit une occasion de se mirer devant la vérité du service rendu à la nation, au peuple, je dis à tout le peuple congolais?
.
Je m’unis à la prière, aux souffrances, aux attentes de nos compatriotes qui à cause de l’incarnation de Jésus, ne sont pas des victimes mais des acteurs de leur propre libération.
.
Les centaines des jeunes massacrés au Nord-Kivu au cours de ces derniers mois sans faute de leur part mais parce qu’ils continuaient de vivre normalement au milieu des forces du mal, ne sont pas des victimes, mais des héros, des témoins de la vie, des saints de Dieu. En communion avec eux et leurs familles, notre vœu est que l’Emmanuel, Dieu avec nous, permette que ces fêtes de Noël et de Nouvel An libèrent des énergies nouvelles et un souffle d’espérance parmi les artisans de paix et défenseurs des droits humains qui prient et luttent pour la reconnaissance des droits inaliénables de l’homme et de tout homme crée à l’image de Dieu. En Jésus né à Bethlehem, Dieu s’est fait l’un de nous pour nous partager sa puissance pour la transformation de notre monde, de la société congolaise, etc.
Renaissons donc mes frères et sœurs avec l’enfant de Bethlehem en redecouvrant notre divinité et notre force libératrice. Pour libérer notre humanité de l’esclavage du péché, Jésus est passé par la passion jusqu’à donner sa propre vie pour nous indiquer le chemin royal des chrétiens, des disciples du christ.
.
La leçon de l’Emmanuel est qu’il n’y a pas de libération de tout esclavage sans vie donnée, sans sacrifice, incompris le sacrifice suprême. Il en est de même de la R.D. Congo. Tant que nous, chrétiens congolais, ne croiront pas en notre divinité issue de l’incarnation du Christ en notre humanité, et en notre puissance de nous libérer de tout esclavage, nous ne pourrons pas chanter l’hymne de paix des anges de Dieu!
.
Mes frères et sœurs, mon voeu pour ce Noël 2009 est que chacun et chacune de nous profite de l’incarnation du Christ en lui pour libérer la R.D.Congo de son esclavage actuel. L’Emmanuel est venu libérer l’humanité de tout esclavage, et de tout obscurantisme. L’Emmanuel nous rappelle que le Jour s’est levé, levons-nous et marchons ensemble dans sa lumière!
.
Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse et que son visage s’illumine sur nous (sur la R.D.Congo) !!!
.
Heureux Noël et Bonne Année 2010 à tous et toutes !
.
P. Bolivar Lukenzano, a. a
Santiago –Chili
©Beni-Lubero Online
.
              
        Noël : Naître (ou renaître) à la Civilisation de la re-liaison 
  
Nous méditons sur Noël à partir des lectures de la messe de minuit.
 
A travers le prophète Isaïe (9,1-6), la première lecture passe le message suivant au peuple d’Israël : les périodes sombres de l’histoire sont passagères. Les ténèbres sont passagères. Elle invite à l’espoir et à la foi à la lumière qui se lèvera pour déchirer l’obscurité. Cette lumière incarnée par le messager de Dieu, « le Prince-de-la-Paix » est l’expression de l’amour invincible du Seigneur de l’univers.
 
En Jésus, Dieu-proche-de-notre-humanité, le Seigneur de l’univers épouse notre condition humaine, son amour invincible traverse nos fragilités et nous apprend à revenir sur le chemin de la vie pleine et du bonheur.
 
Dans la deuxième lecture (Tite 2,11-14), Saint Paul dit ce qui se passe quand cet amour invincible est accueilli. Qu’est-ce qui se passe ? Le péché- ce qui fait rater le cible (et notre cible est l’amour invincible) est rejeté ; les passions qui tirent vers le bas aussi. Pourquoi ? Pour une Civilisation de la reliaison. Qu’est-ce à dire ? Une nouvelle naissance à une autre relation, à un autre lien à soi et aux autres. Disons que le mystère de l’incarnation est une invitation à assumer nos fragilités les yeux fixés sur celui qui nous aime d’un amour invincible. A travers le signe d’un enfant, Il vient nous partager les armes qui nous aident à traverser nos fragilités et celles des autres : une foi inébranlable en Lui (Lumière qui finit par déchirer les obscurités de nos nuits de manques d’amour), une paix intérieure fondée sur lui, une justice alliée à un sens aigu de compassion et de pardon.
 
A travers le mystère de l’incarnation, le Ciel visite la Terre pour un échange merveilleux. Dieu devient l’un de nous et appelle l’homme à se laisser entraîner gratuitement sur la voie de sa « divinisation ». Il peut, à tout âge et chez tous les peuples, « être emmailloté » (cfr Luc 2,1-14) ; c’est-à-dire « être soigné » par respect pour sa dignité. (Là où cette dignité est bafouée, s’engager dans la lutte pour sa restauration est un devoir chrétien.) Ce mariage entre Ciel et Terre devrait être le fondement d’une solidarité (avec la Terre-mère et) transfrontalière au service de l’homme. Dans la foi en un Dieu qui prend la nature humaine au sérieux, nos chapelles philosophiques, politiques, raciales, culturelles et religieuses devraient être tirées vers le haut afin que l’homme quel qu’il soit vive et soit simplement heureux.
 
Abbé Jean-Pierre Mbelu
Brussels-Belgie
©Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*