00abbemaluamis00

Discours d’adieu de l’Abbé Malu-Malu, Ex-Président de la CEI

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Le dimanche 3 avril 2011, les amis et collaborateurs de l’Abbé Malu Malu, Ex-Président de la CEI, se sont retrouvés en grand nombre autour de lui à l’Hôtel Sultani de Kinshasa pour lui dire merci pour le travail abattu.

00abbemaluamis00

 A l’occasion, des cadeaux d’au revoir ont été offerts à l’Ex-Président de la CEI, notamment :

  1. une bougie blanche symbole de lumière,

 00abbemalubougie

2. l’ouvrage « mes Conseils pour réussir,

00abbemalulivre 

3. un tableau de peinture retraçant l’histoire de la RDC avec comme thème « d’où venons-nous et où allons-nous ?,

00abbemalupeint 

4. une chèvre cadeau de marque chez les Nande.

 00abbemaluchevre

Emu devant cette marque inoubliable de sympathie, l’Abbé Malu-Malu Muholongu n’a eu d’autre mot que de dire à la suite du philosophe français Paul Ricœur : « le symbole donne à penser », en d’autres termes, les différents cadeaux lui offerts lui donnent à penser.

00abbemalufoule00

 Après cette acceptation des cadeaux symboliques, l’hôte de marque a prononcé son discours d’adieu qui reprend ses réalisations à la tête de la CEI depuis le début du processus électoral en 2003 avec comme point culminant les élections démocratiques de 2006:                                      

                                              00abbemalumic

Nous vous remercions tous pour le soutien que vous nous avez manifesté. Nous disons merci à tous ces groupes qui, jour et nuit ont prié pour que le processus électoral aboutisse aux résultats attendus. Dieu a exaucé leurs prières.

Je voudrai rendre un hommage au chef de l’Etat, président de la République. Par sa sagesse et sa détermination, il a aidé la nation congolaise à négocier pendant les moments les plus difficiles qui ont émaillé le processus électoral en RDC.

Toutes les institutions, l’Assemblée Nationale, en particulier, pour l’élaboration des lois essentielles du processus électoral, le gouvernement qui a mobilisé les moyens matériels, financiers et sécuritaires. Nous rendons hommage à la police nationale congolaise qui, grâce à son expertise a assuré la sécurité sans laquelle tous les efforts fournis tourneraient au néant. Les élections est un processus complexe qui mobilise beaucoup de monde, de manière tellement intense et mobilise beaucoup de ressources. Merci pour toutes les collaborations diverses et exemplaires.

Je rends hommage aux collègues de la CEI, tous les cadres et agents électoraux qui, malgré les conditions extrêmement difficiles de travail, ils étaient déterminés, dévoués à garantir l’intégrité. Observons une minute à tous ceux qui ont perdu leur vie dans la lutte pour les élections dans notre pays. 

Je rends hommage à la société civile qui m’a fait confiance et m’a choisi pour accompagner le processus de Sun City en commençant par Gaborone, Addis-Abeba, Pretoria. C’est elle qui a travaillé beaucoup pour la sensibilisation.

Je rends hommage aux chevaliers de la plume, de l’image et du son, tous ces médias qui nous ont accompagnés. Ils ont y ont réellement mis du prix.

Je rends hommage aux étudiants, aux jeunes en général, qui, grâce à leur dévouement la sensibilisation électorale a abouti sans difficultés majeures.

Je rends hommage aux secteurs privés, aux commerçants qui ont mobilisé les moyens financiers. Je rends hommage à tous les entrepreneurs.

Les communautés ont donné la touche décisive aux élections. Si les élections ont pu avoir lieu, c’est parce que le peuple s’est engagé. C’est le peuple congolais qui mérite nos hommages. C’est lui qui avait la gestion du processus électoral.

Nous ne finirons pas sans remercier nos pères les évêques, en commençant par mon évêque du Diocèse de Butembo-Beni. Ils ont accepté que nous fassions ce travail. Nos confrères prêtres, tous les consacrés, les laïcs chrétiens nous ont accompagnés avec toutes les confessions religieuses. Ils ont montré leur détermination de manière œcuménique.

Je dis merci pour les gestes symboliques. Et puisque le symbole donne à penser, cette cérémonie symbolique est un apport pour nous tous : Engageons-nous pour que ce pays puisse se reconstruire dans la paix, dans la sérénité, dans la dignité de ses filles et ses fils. Engageons-nous pour que les élections soient toujours régulières mais aussi libres, démocratiques et transparentes.

Je réitère le même souhait à la Commission Electorale Indépendante Nationale à qui nous venons de remettre les témoins pour avoir accepté cette mission. Je recommande cette commission à vos prières, à vos conseils, à vos encouragements, à votre soutient pour qu’elle puisse, après nous, améliorer le processus électoral. Que nous sachions tous que la démocratie se construit jour après jour et que la consolidation de cette démocratie soit le garant de la réussite de notre nation. Ainsi comprendrons-nous, finalement que les cinq chantiers ne sont pas les cinq chantiers du chef de l’Etat mais les cinq chantiers de chaque congolais. Chaque congolais doit donner le meilleur de lui-même pour que cette nation soit à jamais prospère. Je vous remercie».            

Reportage du P. François Nzanzu, a.a.

Kinshasa

© Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*