Djugu : organisation de la foire en faveur des d

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Depuis le lundi 01 février 2010, le groupement de MB’RU en chefferie de Walendu Pitsi dans le territoire de Djugu en Ituri est en ébullition suite à l’organisation d’une foire aux non vivres par l’ONG internationale Solidarités financée par l’UNICEF. Cette foire qui a duré trois jours au total, était riche en exposition des matelas, ustensiles de cuisine, habits de tout genre, jerricanes, vélos, souliers, etc.
 
        Espace des vendeurs à la foire de non vivres de Mbrubru
Selon les agents Solidarités que nous avons trouvé sur place le mardi 02 février 2010, l’organisation de la foire aux NFI (Non Food Items) qui traduit ici les non vivres commence par une évaluation qui porte sur l’identification des bénéficiaires basée sur le degré de vulnérabilité des déplacés retournés. Après cette évaluation, les ménages à assister sont ciblés et recensés. Après le recensement, un jeton est remis à chaque ménage identifié pour servir d’accès à la foire. Le jour de la foire, chaque ménage présente son jeton. Les coupons ayant une valeur d’argent lui est remis par la suite pour lui permettre d’acheter quelque chose parmi les biens non vivres exposés par les commerçants dans un enclos construit par l’équipe de distribution de l’ONG Solidarités.
 .
Chaque jour de la foire, une cérémonie d’ouverture est organisée en ré-expliquant aux bénéficiaires les modalités de la foire. Après cette cérémonie d’ouverture et la remise des coupons, chaque ménage se présente auprès des commerçants pour acheter les biens équivalents aux coupons qui lui ont été remis. Selon le besoin de chaque famille, papa, maman et de fois accompagnés des enfants se conviennent sur l’acquisition des marmites, pagnes, matelas, vélos, …
  
Un bénéficiaire achetant une marmite avec les coupons la foire aux non vivres de Mbrubru
 
Une unité des coupons remis par Solidarités et servant de monnaie d’achat
Dans son discours d’ouverture de ce mardi, le représentant du chef de groupement a exprimé sa joie devant la Chef de mission Solidarités en Province et devant tous les bénéficiaires pour l’assistance dont est bénéficiaire la population de sa contrée. Il a profité de l’occasion pour louer les actions humanitaires posées par Solidarités ainsi que les autres acteurs humanitaires dans cette contrée meurtrie par la guerre d’agression rwando-ougandaise.
 
De son côté, le représentant de commerçants a exprimé sa joie de voir l’ONG Solidarités avec l’appui de l’UNICEF leur donner l’occasion d’écouler leurs produits à travers cette foire. Selon lui, la population de Djugu a un pouvoir d’achat réduit très sensiblement suite à la guerre qui a fait des milliers des morts dans ce territoire.
 
Le représentant du Chef de groupement Mbrubru s’exprimant à l’ouverture
Quant à l’impact de cette foire, la Chef de mission Solidarités en Province Orientale, nous a fait savoir que cette foire a un double impact : porter assistance aux retournés de guerre qui réintègrent difficilement la vie dans leurs milieux d’origine et ensuite rehausser l’économie locale qui a subit un coup dur suite à la guerre. Poursuivant, la chef de mission nous a rassuré que les commerçants  qui exposent dans cette foire sont exclusivement de la contrée. Aussi, elle a fait savoir que 4 252 ménages issus de 21 localités seront servis au cours de cette foire à la hauteur de 75 USD des coupons ou de non vivres par ménage. Ceux qui se livrent à la comptabilité, estiment qu’environ 3000 dollars américains d’assistance a été rendue possible grâce à cette foire.
 
Rappelons que le Territoire de Djugu qui avait dans son chef-lieu un centre de négoce de l’or et d’autres matières précieuses est devenu aujourd’hui l’une des contrées les plus ruinées en république Démocratique du Congo et où les cinq chantiers ne sont même pas attendus. Outre le gisement minier de la société KILO MOTO, ce territoire comptait également des richesses agricoles importantes dont les plantations de café à Kpandroma. Actuellement, seules les ONG, dont COOPI, MSF, SOLIDARITES, CESVI, AAA, …appuyés par différents bailleurs de fonds s’occupent de la réhabilitation des infrastructures de base et de l’assistance en vivres et non vivres. Cette nouvelle forme d’assistance en non vivres jumelée avec la relance économique, la foire aux non vivres, constitue un nouveau coup de levier à l’économie de ce territoire. Signalons aussi, qu’une foire pareille a déjà été organisée par l’ONG Solidarités dans le territoire de Walikale au Nord Kivu voisin.
 
Un agent Solidarités assurant faisant le tour des installations
 
Les bénéficiaires exprimant leur joie devant notre caméra
Certains observateurs rencontrés sur le site pensent que cette forme d’assistance serait mieux que la distribution des farines de mais et autres biens achetés sur les marchés étrangers. D’autres encore pensent que le gouvernement devrait établir cela comme une stratégie d’intervention pour les acteurs humanitaires intervenants en RDC pour lutter contre le risque de la dépendance paresseuse dans le chef des assistés.  L’Etat congolais comme les ONG locales et internationales doivent avoir comme but de leur intervention la réintégration des déplacés dans le circuit économique du pays.
 .
Eugide L. Mbunda
Libi en Ituri
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*