Echos des Affrontements de Kinshasa-Gombe

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Chers Amis,
Ce que la population de Kinshasa craignait depuis plus d’une semaine est finalement arrivé, l’affrontement entre la garde de spéciale du Sénateur et ancien Vice Président Jean-Pierre Bemba, le candidat malheureux au deuxième tour des présidentielles d’octobre dernier et l’armée nationale Congolaise. Dans la dernière réunion du Gouvernement de la République Démocratique du Congo, il a été décidé que les gardes rapprochées des anciennes autorités de la transition soient gardées par la police nationale, ici il parlait plus précisément du Sénateur Jean Pierre Bemba et de Maître Azarias Ruberwa et que leurs troupes respectifs devront intégrer l’armée nationale. Maître Azaias Ruberwa a accepté mais il y a quatre jours le Sénateur Jean Pierre Bemba a déclaré sur ces chaînes de télévision privées (CCTV et Canalkin Tv) que la décision ne lui était pas favorable. Au début de cette semaine, la population de Kinshasa a assisté au renforcement des troupes et de Jean Pierre Bemba mais aussi de l’armée congolaise bien déployée dans la capitale et surtout dans la commune de Gombe où réside le quartier générale de la garde de Jean Pierre de Bemba et aussi sa résidence. La plupart des habitants de ce lieu ont déménagé vers les quartiers voisins de peur d’être dans le champ de combat. La tension est montée entre les deux camps jusqu’à ce que ce jeudi 22 mars 2007 alors le monde entier célèbre la journée internationale de l’eau, eux ont décidé de le célébrer en versant les sangs des uns, des autres sans épargner ces civils innocents. Tout a commencé par une panique de la population ce matin et la fuite de tout le monde dans le quartier. Des milliers des gens se sont lancés dans le chemin de retour en pied parc que même ceux qui étaient en voiture mettaient plus de temps à cause des embouteillages qui vous prenaient environs   3heures sur une distance de 20 Km , il fallait choisir les routes sécurisées parfois des petites ruelles. Les coups de tir n’ont commencé que vers 12h30 heure de Kinshasa ou alors 11h30 TU, d’abord en arme légère puis en lourde soutenue dans une partie de la commune de Gombe, le quartier abritant le Q G de la garde de Jean Pierre Bemba. Les affrontements ont commencé entre les troupes de Jean pierre Bemba et l’armée congolaise qui s’est fait aider par la Garde présidentielle (Ex GGSP). Il est actuellement 21h30, mais i de coup de tir retentisse dans le centre ville mais pas soutenu comme pendant la journée, car c’est du nettoyage m’a dit un des responsables militaires de l’armée nationale que je viens joindre au téléphone. A la dernière nouvelle, l’armée nationale aider par la garde présidentielle vient de prendre le contrôle du Quartier Général des troupes de Jean Pierre Bemba qui est en débandade et plusieurs entre eux ont été tués quelque uns se sont rendus. Quelques indices : 1. Hier mercredi le 21 mars 2007, une jeep que conduisait un jeune frère de Jean Pierre Bemba bien gardé par les militaires a heurté ou alors cogné la voiture du Premier Ministre Antoine Gizenga en plein cortège alors que ce dernier se rendait à son bureau. Une question s’est posée. Est il une tentative d’assassinant ou alors un accident ? 2. Hier même, les deux chaînes de télévision privées de Jean Pierre Bemba à savoir CCTV et Canal Kin se sont trouvées sans signale d’où difficulté d’émission. Une question : une panne ? ou alors privation du signal par le Gouvernement à cause des déclarations haineuses de l’Ex Vice-président ? Bilan : 1. Il est très difficile pour le moment d’établir un bilan correct car il faut les enquêtes sérieuses pour l’établir. Trois personnes ont été écrasées par un char de combat en patrouille vers 14h30 dans la commune de Kintambo suite aux maladresses du chauffeur. Plusieurs cadavres jonchent dans le boulevard du 30 juin et dans le quartier environnent la résidence de Jean Pierre sans trop savoir du nombre exact. 2. La débandade des militaires a occasionné le pillage dans le centre ville, selon les informations que nous avons, les bâtiments de la Compagnie aérienne Congolo-espagnole Bravo Air Congo, du Super Marché « Super Market » et « Pelou store » et plusieurs boutiques environnantes ont été sérieusement pillés. 3. Les élèves du Collège Boboto et du lycée Bosangani sont bloqués dans leurs écoles jusqu’à lors. Nous osons croire que la situation se rétablir pour bien faire le bilan. Restons en contact pour le reste des événements.
vendredi 23 mars 2007, 10:28
 
Alors que les affrontements se poursuivent à Kinshasa, les autorités congolaises ont délivré ce matin un mandat d’arrêt contre l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba pour haute trahison, selon le porte-parole du gouvernement.
Un centre d’appel pour les Belges
Le ministère des Affaires étrangères a ouvert un centre d’appel pour les personnes désireuses d’obtenir des informations sur la situation à Kinshasa, par exemple si elles y ont des proches. Les numéros de ce centre sont le 02/501.40.00 pour les francophones et le 02/501.40.01 pour les néerlandophones.
 
Les autorités judiciaires de République démocratique du Congo ont délivré un mandat d’arrêt pour haute trahison contre Jean-Pierre Bemba, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Toussaint Tshilombo Send.
 
M. Bemba a trahi son pays en détournant des éléments de l’armée à ses propres fins, en violation des articles 188 et 190 de la Constitution. L’article 188 stipule que les Forces armées sont républicaines et que nul ne peut, sous peine de haute trahison, les détourner à des fins propres. Selon l’article 190, nul ne peut, sous peine de haute trahison, organiser des formations militaires, paramilitaires ou des milices privées, ni entretenir une jeunesse armée.
 
Tôt ce matin, des tirs d’obus de mortier et d’arme légère ont repris à Kinshasa, pour la deuxième journée consécutive, opposant les Forces armées de République démocratique du Congo (FARDC) et la garde de l’ex-vice-pré sident Jean-Pierre Bemba. Un obus a touché jeudi soir les locaux de l’ambassade de Grèce dans le centre de Kinshasa, sans faire de blessés. L’engin a été tiré à un moment où l’ambassade était vide, brisant les vitres du bâtiment et endommageant l’intérieur de ses locaux.
 
Le tir ne semble pas avoir spécifiquement visé notre ambassade, a indiqué à l’AFP un responsable du ministère des Affaires étrangères. Outre les locaux de l’ambassade de Grèce, les locaux de l’ambassade d’Espagne et ceux d’UNICEF, abrités dans le même bâtiment, ont subi des dégâts matériels, selon le ministère. L’ambassade de Grèce est actuellement fermée et nous sommes en contact avec les Nations unies pour faire face à la situation, a-t-il ajouté.
 
De fortes détonations de canons ou de mortier ont été entendues depuis 6 heures dans la commune de la Gombe (nord de Kinshasa), où se situent les résidences de M. Bemba, qui s’est lui-même réfugié jeudi soir à l’ambassade d’Afrique du Sud.
 
La garde républicaine (GR, garde présidentielle) a repris les axes majeurs de la Gombe, a déclaré à l’AFP le porte-parole militaire de la Mission de l’Onu en RDC (Monuc), le lieutenant-colonel Didier Rancher.
 
Des hommes de Bemba ont commencé à faire acte de reddition individuellement: La nouveauté, c’est que des miliciens de la garde de Bemba commencent à se rendre, individuellement, dans des camps de la Monuc, a-t-il poursuivi, précisant que les tirs d’arme légère, sporadiques, s’étaient poursuivis toute la nuit. Il y a eu des accrochages cette nuit près de l’hôtel Memling (à quelques mètres de l’ambassade de France, dans le centre d’affaires de la Gombe).
 
La Monuc évacue une partie de son personnel
 
Plusieurs témoins ont indiqué que des tirs d’armes automatiques crépitaient encore dans différents endroits de la Gombe, sur le boulevard du 30 juin, principale artère de la ville, près du port fluvial et dans plusieurs petites rues. La GR était massivement déployée et des journalistes de l’AFP ont vu plusieurs camions avec des canons embarqués et des blindés se déployer depuis l’aube.
 
Selon une source diplomatique, la GR aurait pris le contrôle ce matin de la résidence privée de M. Bemba, située en bordure du fleuve Congo.
Vendredi matin toujours, une cuve contenant environ 2.500 m³ d’essence a été touchée par un obus de mortier et était en flammes, près de la base aérienne de Ndolo, dans l’est de la commune de la Gombe, a-t-on appris de source diplomatique. Un épais panache de fumée était visible à plus 10 km de ces cuves de stockage d’essence qui servent à alimenter en carburant les stations de la capitale.
 
Des témoins ont indiqué que deux autres panaches de fumée étaient visibles dans la Gombe, sans être en mesure de préciser quels bâtiments avaient été touchés.
 
Par ailleurs, pendant la nuit, la Monuc a évacué tout le personnel non indispensable de son quartier général de Kinshasa qui a été conduit dans un camp logistique de la Gombe, plus éloigné du périmètre des tirs et la Mission dispose de lits, de réserves d’eau et de vivres.
 
(D’après AFP)
 11h00
La GR (Garde Républicaine) contrôle ce matin la résidence privée de M. Bemba, située en bordure du fleuve
 
RD CONGO : MANDAT D’ARRET JP BEMBA
 
En République Démocratique du Congo, les autorités ont délivré un mandat d’arrêt pour haute trahison à l’encontre
de l’ex-vice-président JP Bemba. Depuis deux jours des
affrontements violents opposent l’armée régulière aux
hommes de JP Bemba dans la ville de Kinshasa. Et ce matin,
 l’armée régulière est entrain de gagner du terrain.
 
Certains évoquent déjà la débandade des militaires de
JP Bemba. Ce qui est sûr, c’est qu’ils ont abandonné des
positions, que plusieurs militaires de Bemba se sont rendus
 à la Monuc, la mission de l’ONU. D’autres se sont habillés
en civil pour se confondre avec la population , mais de toute
 façon, les affrontements continuent.
 
La garde républicaine s’est déployée massivement, chars et
Blindés sont entrain de quadriller la ville. L’armée compte sur
une reprise du contrôle dans les heures qui viennent. Elle aurait
déjà repris plusieurs positions.
 
Cette nuit, il y a eu des exactions et des pillages. Des témoins
parlent de nombreux tués et blessés. Une cuve contenant de
l’essence et qui sert à l’alimentation des stations à Kinshasa a été
touché par un obus. L’endroit est en feu et une épaisse fumée
est visible à des kms. 
 rtbf  
10h00
Deux obus sont tombés à Brazza ce vendredi matin vers 7h00 du matin. 
 
Combats de la Gombe : reprise de tirs ce vendredi
Kinshasa 23 March 2007 à 07:58:44
Des tirs sporadiques étaient encore entendus jusque tard dans la soirée de jeudi au centre-ville de Kinshasa. Pas de circulation, les avenues de cette partie de la capitale sont restées quasi-désertes. Seuls des militaires et des véhicules blindés de la Monuc évacuaient le personnel des agences onusiennes, rapporte radiookapi.net
Tôt ce vendredi matin, des tirs sporadiques ont repris. Ils se sont intensifiés au fil des heures. Plusieurs élèves fréquentant des écoles du centre-ville ont passé la nuit dans leurs établissements respectifs. Les employés des entreprises qui n’ont pas pu vider les lieux se sont, eux aussi, barricadés dans des immeubles. Plusieurs habitants de Gombe ont fui les tirs à l’arme lourde pour se réfugier à la cité où la situation était plutôt calme. Jusque tard dans la soirée de jeudi, des véhicules blindés de la Monuc ont évacué des travailleurs des agences des Nations Unies et d’autres entreprises situées non loin du quartier général de la Monuc. Pour le moment, difficile de donner le bilan des affrontements. Ce que l’on sait, c’est que des tirs au mortier ont touché des immeubles de l’Unicef et de la Banque internationale d’Afrique Centrale. Certaines sources avancent le chiffre de deux morts et d’une quinzaine de blessés. D’autres affirment que ce bilan pourrait s’alourdir. Des bâtiments et autres boutiques situés au centre-ville auraient été pillés. Pour rappel, c’est jeudi avant-midi que les échanges de tirs ont commencé entre les militaires FARDC et ceux commis à la garde l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba aux alentours du cimetière de la Gombe. Les deux camps avaient renforcé leurs dispositifs depuis le matin. La tension est vive entre les deux parties depuis le communiqué de l’état-major général des FARDC du 6 mars 2007 demandant aux anciens vice-présidents de faire retourner les éléments de leur garde dans les rangs de l’armée régulière.
Par Okapi 
 
Jean-Pierre Bemba se réfugie à l’ambassade d’Afrique du Sud
Kinshasa 23 March 2007 à 07:22:06
 
Le sénateur Jean-Pierre Bemba a trouvé refuge depuis jeudi soir à l’ambassade d’Afrique du Sud à Kinshasa. Selon un diplomate sud-africain, l’ancien vice-président « est hébergé de manière temporaire » et « n’a fait absolument aucune demande d’asile », rapporte radiookapi.net
« Il ne se sentait pas en sécurité dans sa résidence », a précisé Kenneth Pedro, numéro 2 de cette ambassade. Le ministère des Affaires étrangères sud-africain a par ailleurs confirmé la présence de Jean-Pierre Bemba dans les locaux de l’ambassade sud-africaine à Kinshasa.
Par Okapi 
 
Sur Radiofrance, il vient d’être annoncé, d’après le sources des angences internationales de presse, que les autorités congolaises viennet de lancer un mandat contre JP Bemba pour haute trahison.
 
Joseph Shoyaka <jshoyaka@gmail. com> a écrit :
  
RDC: Au moins deux civils tués et plusieurs blessés à Kinshasa
Bron: Belga
22/3/2007 20:56
KINSHASA 22/03 (BELGA) = Au moins deux civils ont été tués et plusieurs blessés jeudi à Kinshasa au cours de violents affrontements entre l’armée régulière et la garde rapprochée de l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba, selon des sources diplomatiques. "Il y a un mort parmi le personnel du Pnud (Programme de l’ONU pour le développement) . Il y en a un autre qui a été tué dans l’effondrement d’une mezzanine dans l’immeuble d’une banque qui a été touché par un obus", a indiqué un diplomate en poste à Kinshasa. L’effondrement de cette mezzanine a fait "deux blessés, dont un grave", a-t-il ajouté, sans être en mesure de donner la nationalité des victimes. Le blessé léger est un ressortissant belge, a-t-on appris d’une autre source diplomatique. "Il y a aussi un blessé à l’ambassade d’Allemagne" , a ajouté le diplomate. Une Française aurait également été blessée dans le centre-ville, non loin de l’ambassade de France. Par ailleurs, des témoins ont affirmé qu’un cambiste avait été tué devant l’immeuble de la banque. Aucun bilan n’était disponible jeudi soir du côté des belligérants. (GFR) ./.( Le cambiste, il s’agit de Hugo Tanzambi)
  
22 March 2007 à 19:43:43
La situation est encore plus confuse au centre ville de Kinshasa ce jeudi soir. Des tirs se sont intensifiés dans le périmètre autour du bureau de l’ancien Vice-président Jean-Pierre Bemba sur le boulevard. Celui-ci appelle ses gardes ainsi que les FARDC à rentrer chacun dans leurs campements, rapporte radiookapi.net
Des tirs sont aussi entendus aux alentours du collège Boboto, vers la paroisse de Fatima, à l’entreprise Marsavco et meme vers la gare centrale. Il est difficile, pour l’instant, d’expliquer ce qui se passe réellement. Dans l’entre-temps, les élèves fréquentant les écoles de cette zone rouge sont toujours bloqués dans les salles de classe. Des agents d’entreprises sont cachés, qui dans des caves, qui dans des couloirs. Dans le reste de la ville, particulièrement à la cité, la tension est moindre. La population circule plus ou moins normalement. Mais des sources concordantes ont fait état des mouvements de soldats du côté de Maluku, dans la périphérie de Kinshasa. Des mortiers ont même touché le bâtiment abritant la Banque Internationale Africaine au Congo, Biac. Il est situé sur le boulevard du 30 juin, non loin du bureau de l’ancien vice président Jean-Pierre Bemba. Aux environs de 18 heures, heure locale, le sénateur Jean-Pierre Bemba a été joint par radiookapi.net. Il a appelé au calme et à la paix. « Qu’il y ait un cessez-le-feu pour que les esprits rentrent au calme. Je souhaite que les gardes commis à ma sécurité puissent rentrer dans leur campement et que ceux des FARDC rentrent dans leur campement, afin de discuter des conditions politiques ». L’ancien vice-président dit appeler au cessez-le-feu, en commençant par sa propre garde. »Que le cessez-le-feu puisse être appliqué, respecté et que chacun reste dans son campement d’origine ». Jean-Pierre Bemba se dit aussi prêt à rencontrer le président Joseph Kabila pour discuter de la situation. « Je suis prêt à parler avec qui que ce soit qui souhaite avoir la paix et la tranquillité dans cette ville, dans ce pays ». En ce qui concerne l’appel de William Swing qui a demandé qu’il y ait un cessez-le-feu, l’ancien vice-président dit l’appuyer et le soutenir totalement. Ce jeudi matin, rappelle radiookapi.net, les dispositifs des FARDC et ceux des gardes de l’ancien vice président Jean-Pierre Bemba avaient été renforcés. Cette situation fait suite au communiqué de l’état major général des FARDC du 6 mars dernier. Le communiqué demandait aux anciens vice-présidents de faire retourner leurs gardes dans les rangs des FARDC.
Par Okapi 
 
19h30 heure de Kinshasa
De notre source à Kinshasa, il annonce avoir vu des soldats de Bemba à Huilerie (l’une de route qui va vers le quartier populaire de Kinshasa). Celons le même source, les soldats de Bemba cherchent a atteindre la RTNC (la télévision nationale congolaise). Donc, les tirs continus. 
 
Chers compatriotes zairo-congolais, Thu, 22 Mar 2007 18:21:27 +0100 (CET)
Depuis 12 heures les soldats de KABILA ont commené à attaquer les soldats de JP BEMBA. Comme il fallait s’y attendre, il y a eu l’attaque de la rsidence de BEMBA mais ironie du sort, les soldats de KABILA viennent d’être désilussionés malgré les armes lourdes qu’ils ont utilisées. Les soldats de BEMBA contrôlent en ce moment que je couche ces lignes toute la ville, surtout tout Gombe. Ils ont mis en débandade les soldats de KABILA. L’Ambassadeur SWING, Représentant du Secrétaire Général de l’ONU, vient de demander à KABILA et BEMBA de passer aux négociations mais les soldats de BEMBA n’acceptent plus jamais cette proposition préférant en finir avec KABILA parce que c’est lui qui a ouvert le feu le premier. Démoralisés et sans y mettre le coeur pour se battre, une grande partie des soldats de KABILA risqueraient de se rallier à JP. BEMBA.
Voilà là où conduit l’aventure. Dans l’espoir d’attendre les renforts de ses complices angolais, KABILA se retrouverait actuellement dans de sales draps. A suivre…
Maurice LIKUO BOLANGALA //mauricelikuo@ yahoo.fr 
 
KINSHASA : TIRS ET MASSIF DÉPLOIEMENT DE L’ARMÉE, REGAIN DE TENSION
 Divers, Brief (MISNA)
 Des tirs d’armes légères et lourdes retentissent à Kinshasa depuis 11h30 (GMT) près de résidences de l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba, un secteur où les hommes préposés à sa garde se sont déployés et où l’armée congolaise a renforcé sa présence. C’est ce que rapportent des sources de presse internationale en précisant que les premiers tirs de Kalachnikov ont rapidement été suivis de détonations d’armes lourdes. "Ce matin, à partir de 9h (heure locale) quelques 300 hommes de l’armée régulière congolaise (FARDC) ont été déployés dans le quartier administratif de la Gombe, dotés d’armement et motorisés. Ce déploiement a provoqué un mouvement de panique de la population qui a abandonné les lieux" rapporte à la MISNA Aimé Dionzo, journaliste de la radio diocésaine Elikya, contacté alors qu’il circule sur l’artère principale de Kinshasa, le Boulevard du 30 Juin, où la circulation a timidement repris. La zone concernée par l’opération de la 7ème brigade des FARDC est celle du ministère des Affaires étrangères, de la primature, de la Cour suprême de justice mais aussi des résidences des anciens vice-présidents Bemba et Azarias Ruberwa. "Les employés des nombreux bureaux ministériels de la zone ont préféré regagner leur domicile, les commerçants ont fermé leurs échoppes et la circulation a été momentanément coupée sur le boulevard qui mène à la résidence de Bemba" ajoute l’interlocuteur. En effet, la tension est très forte depuis quelques jours dans ce quartier de la capitale, en dépit d’un imposant dispositif de blindés de la MONUC (mission onusienne au Congo) car les 600 hommes au service de M. Bemba, chargés de sa sécurité, et le même nombre fidèles à Ruberwa refusent de regagner l’armée régulière dans le cadre du brassage prévu par le processus national de réforme de l’armée. Ils auraient dû regagner leurs quartiers à partir du 15 mars, selon l’ultimatum fixé par le chef d’état-major général. "Ils se refusent de le faire car ils exigent de majeures garanties pour leur sécurité. Le fait que ces hommes continuent d’être payés par l’état-major de l’armée représente un problème concret et un facteur de tension avec les militaires au service des FARDC" explique le journaliste en ajoutant qu’environ la moitié des hommes au service de Bemba se sont déployés à plusieurs reprises, notamment aujourd’hui, autour des résidences de leur chef, portant un bandeau rouge sur le front, parfois armés de lances, en plus de leurs fusils d’assaut ; une sorte d’acte démonstratif. Bemba estimerait que les 12 policiers affectés par décret à sa sécurité sont insuffisants. En août et novembre 2006, des affrontements post-électoraux entre FARDC, policiers et gardes de M. Bemba avaient fait une trentaine de morts à la Gombe, une commune au nord de la capitale. [VV]
  
Sent: Thursday, March 22, 2007 11:24 AM
Subject: Tr: ATTAQUE IMMINENTE DES SOLDATS DU MLC
CHERS COMPATRIOTES ZAIRO-CONGOLAIS
Dans quelques heures les soldats de KABILA composés des soldats Angolais et Tanzaniens vont bientôt, dans quelques heures c’est à dire vers 13 heures, attaquer les soldats de J.P. BEMBA. Tous les dispositifs de combat sont déjà mis en place depuis cette nuit. Tout a commencé hier dans l’après-midi lorsque les hommes de KABILA ont ordonné la coupure du Signal d’émission des stations de télévision CCTV, Canal Kin et de la Radio Liberté. Cette nuit même les autorités militaires du Camp Kokolo ont fait déguerpir toutes les familles des militaires qui y avaient élu domicile dans ce camp pour les placer à l’abri. Des informations sûres nous parvenues en ce moment précis indique que tous les kinois qui étaient allés au travail au centre ville, plus spécialement à Gombe, ont été priés par les soldats de JP. BEMBA d’évacuer immédiatement cette partie de la ville. Car les soldats de KABILA viennent de les encercler et projettent de les désarmer avant 13 heures. Pour éviter la perte en vies humaines des civils, les soldats de JP. BEMBA étaient arrivés à les demander de quitter les environs. Mais il est vrai que tois bataillons des Fardc sont déployés sur le Bld du 30 Juin depuis Royal, 24 Novembre au Rond Point Mandela, tout les quartiers envoisinants et partout, ce qui vient de créer une panique générale. Tous les élèves, étudiants, kinois et passants courent de partout pour regagner leurs maisons ou se mettre à l’abri. Donc, en ce moment précis Kinshasa est presque paralysé et tout peut arriver.
La question que l’on se pose est la suivante: pourquoi le Gouvernement ne déploie pas toutes ces forces militaires à Kahemba pour évacuer les soldats angolais du territoire congolais, de même pour le Kivu et l’Ituri? Que cache alors cette agitation contre les soldats de JP. BEMBA? Y a t-il périr en la demeure à Kinshasa? A chcun de réflechir, si ce n’est une façon de justifier quelque chose qui nous échappe jusque-là.
Maurice LIKUO BOLANGALA
 
Tirs d’arme en continu sur la capitale congolaise
(Cyberpresse 22/03/2007)
 
Des tirs d’arme légère suivis de fortes détonations ont éclaté jeudi à Kinshasa en RDCongo près de résidences de l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba, dans un secteur où sa garde est largement déployée et où l’armée a renforcé sa présence, a rapporté une journaliste de l’AFP.
 
Les premiers tirs de Kalachnikov ont retenti peu avant 7 h 30 HAE dans un quartier résidentiel situé entre les deux maisons de M. Bemba dans la commune de la Gombe (nord).
 
De nombreux gardes armés de M. Bemba étaient déployés dans le secteur, bandeau rouge sur le front et parfois armés de lances, en plus de leurs fusils d’assaut.
 
Ces tirs ont été rapidement suivis de fortes détonations et de salves de mitrailleuse. Les tirs étaient presque continus depuis 7 h 35 HAE. 
 
Agence France-Presse
Kinshasa«Il y a eu beaucoup de tirs, de Kalachnikov puis de (lance-roquettes) RPG-7. Difficile de dire s’il y a eu de l’armement lourd engagé pour le moment», a déclaré à l’AFP une source sécuritaire occidentale.
 
«Les gens de Bemba ont multiplié les provocations depuis ce matin. Ils sont sortis de leur périmètre (devant les résidences), ont chanté et dansé avec leurs bandeaux rouges sur la tête en signe de guerre», a poursuivi cette source.
 
Dans la matinée, l’armée s’est massivement déployée dans le secteur.
 
La tension est très forte depuis plusieurs jours dans ce quartier, en dépit d’un important dispositif de blindés de l’ONU.
 
M. Bemba refuse de voir les militaires affectés à sa sécurité à l’époque où il était vice-président regagner l’armée régulière, jugeant totalement insuffisant les 12 policiers affectés par décret à sa sécurité.
 
Le chef d’état-major général avait appelé tous les soldats détachés auprès des vice-présidents pendant la transition politique – commencée en 2003 après une guerre de près de cinq ans et sanctionnée par des élections en 2006 – à regagner leurs quartiers à partir du 15 mars.
 
Deux anciens vice-présidents et ex-chefs rebelles, Jean-Pierre Bemba et Azarias Ruberwa, ont protesté contre cet «ultimatum». Toutefois, seuls les gardes de M. Bemba, adversaire malheureux de Joseph Kabila à la présidentielle de 2006, se sont déployés en arme dans les rues, tout autour des résidences de leur chef.
 
Ces hommes sont majoritairement natifs de la province de l’Equateur, région d’origine de M. Bemba qu’il a contrôlée pendant la dernière guerre à la tête de la rébellion du Mouvement de libération du Congo (MLC), qui est devenu un parti politique d’opposition. 
  
14h00 à Kauka dans la Commune de Kalamu
Par un correspondant à Kauka tout pré de la victoire.
On entend des tirs des armes lourdes et des coups des feux depuis 13h00. 
 
Kinshasa |22 March 2007 à 13:26:38
Des coups de feu sont maintenant entendus à la Gombe, dans le périmètre des résidences de Jean-Pierre Bemba, plus précisément dans le triangle allant du rond point Mandela à la primature et à la Cour suprême de justice, constate radiookapi.net
Depuis ce matin, des militaires FARDC, encore plus nombreux et surarmés que d’habitude faisaient face aux gardes de l’ancien vice-président dont le dispositif a aussi été renforcé. Jointe au téléphone, une personne témoigne : « Je viens de me retirer du secteur où j’étais, parce que j’étais devant l’auditorat. Nous étions en train d’observer de loin la situation, la présence des militaires FARDC au niveau du parc de la Cadeco. Un moment donné ils sont partis, après on a vu de loin les soldats affectés à la garde de M.Jean-Pierre Bemba avancer et chanter. En avançant, on a entendu des tirs, ç’a commencé à tirer de partout. Alors, nous sommes partis » Témoignage d’une deuxième personne : « Je me trouve dans l’enceinte de la propriété des pères jésuites au niveau du collège Boboto. Ça tire de tous côtés, même à l’arme lourde. Tout à l’heure là, on a attrapé une balle perdue. Elle est passée entre moi et un de mes confrères. Vraiment, la tension est très forte, même les enfants au niveau du Lycée Bosangani ne peuvent pas sortir, des bus scolaires venus les chercher, sont bloqués. » 
 
Repris de la presse par Beni-Lubero Oline ( 23 mars 2007)

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*