ElectionsMasoyB0000

Elections 2011 : Fraudes Electorales en Territoire de Beni

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Le mode de la fraude en territoire de Beni a été découvert. Les agents de la CENI dont les Présidents des Bureaux de vote,  certains candidats à la députation, ainsi que la Police et l’armée semblent avoir travaillé de concert pour matérialiser la fraude électorale. Ont-ils été corrompus? A la justice de faire son travail. Les signes alarmants sont nombreux mais aussi les témoins. Chaque fois que la population a découvert le mauvais jeu, la police est intervenue pour faire semblant d’arrêter le présumé fraudeur électoral. Le lendemain, le présumé fraudeur est libre de tous ses mouvements. Les congolais qui ont le courage de dénoncer la fraude sont quant à eux en prison, que ce soit en secteur de Mbau comme à Kasindi. Quand la population met la main sur les candidats fraudeurs, ces derniers rejetent la responsabilité sur la CENI. La fraude électorale est donc organisée en système avec comme seule victime le peuple congolais à qui on est entrain de voler sa victoire exprimée par les urnes. Les cas ci-dessous qui ne sont qu’un échantillon témoignent de l’ampleur de la fraude dans les coins reculés et où les policiers et les militaires font la loi.

ElectionsMasoyB0000  

                 Bureau de Vote de Masoy B

Le lundi 28 novembre 2011, Mlle Katungu Maelezo Mami, Agent comptable de la CENI était venue déposer 2 colis des bulletins de vote pour la présidentielle au centre de vote de l’EP MBAU, notamment dans le bureau du Directeur de la dite école vers 11h00. Elle était au bord d’une voiture sans plaque d’immatriculation, et sans escorte. A 14h00, elle reviendra avec d’autres bulletins de vote pour la présidentielle qu’elle déposera au bureau du Directeur de l’Ecole qui était en même temps le chef du centre de vote.

La population a suspecté ses va-et-vient et ses colis suspects dans une voiture sans plaque d’immatriculation. L’alerte a été faite. Aussitôt une foule s’est retrouvée devant le bureau du Directeur pour le brûler avec ses colis suspects. Notez que la décision de bruler l’évidence était prise parce que la population n’a pas confiance à la police et encore moins en la justice congolaise. Le cas de la fraudeuse Katungu démontre que la police était complice de la fraude.   Avant que le bureau du Directeur ne prenne feu, la police était intervenue. Elle a arrêtée Mlle Katungu avant de l’amener à l’Etat Major de la Police du District d’Oïcha. La police avait aussi emportée avec elle les 400 bulletins et un autre colis déjà ouvert qui étaient déposés par Mlle Katungu au bureau du Directeur. 

Les électeurs présents étaient étonnés de l’arrivage d’autres colis de matériel électoral car le site de vote de l’E.P. Mbau ne manquait de rien. Mlle Katungu qui avait échappé belle à la vindicte populaire, se promène librement à Mbau. Les électeurs quant à eux ne savaient pas ce que les bulletins de vote saisis par la police sont devenus. 

Au centre de vote de l’E.P WEMA à Kasindi, la population a chambardé ce centre et déchiré les bulletins de vote et P.V vers 17h du lundi 28 Novembre. Comme à l’E.P. MBAU, une voiture pleine de bulletins de vote était venue de Beni pour le centre de vote E.P. Wema qui n’avait pas une carence de matériel électoral. Presque tous les endroits accueillant les retournés n’ont pas connu de rupture de stock du matériel électoral. Les leaders de la population de Kasindi ont été arrêtés et mis en prison. Contrairement à Mlle Katungu, ces civils de Kasindi qui s’étaient donné comme mission de surveiller la CENI et la Police pour s’assurer de la vérité des urnes, sont en prison. 

-Le Lt Colonel Bwambale Kakolele à défié la loi électorale en votant au centre de l’E.P MABAMBILA, Commune Ruwenzori, Quartier Boikene, Ville de Beni. L’opinion se demande pourquoi certaines personnes se moquent de la loi congolaise ? Un militaire FARDC ne peut pas voter. Il doit être neutre en politique. Où est la justice!  

– Certains candidats députés transportaient eux-mêmes des bulletins de vote jusqu’aux sites de vote à Mwenda et à Maboya, Vulambo, etc. Le constat est que ces députés sont ceux des partis politiques de la Majorité au pouvoir. A Maboya la population avait détecté cette magouille et avait voulu déchiré ces bulletins et tabassé le candidat KIMEME. La question reste poser, celle de savoir quelle idée avait la CENI de confier la tache de transport des bulletins de vote aux candidats eux-mêmes dans un milieu comme Beni-Lubero qui ne manquent pas des voitures, des taxis, etc. 

– A Mandumbi, Territoire de Beni, dans le site de vote de l’E.P Mandumbi, le Bureau de vote D, n’avait pas de bulletins de vote pour la présidentielle. Les électeurs ont voté seulement pour les législatives.

– En certains endroits, les présidents des bureaux de vote ont été mis en contribution pour décourager les électeurs. Ainsi certains bureaux avaient fermé les portes vers 17h00 même quand le matériel de vote était disponible. C’est le cas de Mavivi en Territoire de Beni et le Centre de Vote de Munyabelu en ville de Beni où plus de la moitie des électeurs inscrits n’avaient pas pu voter par la seule volonté du Président du Bureau de vote. La rumeur a circulé que le désordre de ce genre profitait aux bureaux fictifs se trouvant pour la plupart dans les camps des retournés. 

En Territoire de Beni, les votants déplorent des irrégularités qui semblent préméditées et dont les acteurs n’étaient autres que les agents de la CENI, la Police, l’armée, les présidents des bureaux de vote, certains candidats à la députation, etc. S’il y avait une justice indépendante en RDC pour juger les fraudeurs des élections de 2011, les prisons congolaises seraient remplies. Heureusement qu’avaient les élections 2011, le régime sortant avait arraché les portes des prisons. La principale victime des élections 2011, c’est le peuple congolais qui voulait le changement de régime mais avec le holdup électoral orchestré par la méthode que nous décrions en territoire de Beni, les vaincus peuvent devenir vainqueurs et vice-versa. Il reste à savoir si le peuple acceptera ce holdup électoral. 

Obède Bahati

Beni

©Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*