Enfin, MONUSCO, HCR, OCHA visitent les D

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Vaut mieux tard que jamais ! A la suite du SOS de la Société Civile Ville et Territoire de Beni du 7 juillet 2010 face au drame humanitaire  provoqué par les Opérations Ruwenzori en Territoire de Beni, la MONUSCO, le HCR, et OCHA, sont finalement arrivés sur le lieu du drame. Encore faut-il que leur visite s’accompagne des réalisations palpables. Toujours absent, le Gouvernement Congolais dont l’absentéisme devant ce drame humanitaire fait de plus à plus apparaître le Nord-Kivu comme un territoire sous l’administration de l’ONU.  Nous reviendrons sur cet écueil dans nos prochaines dépêches.
 
La société civile de la ville et Territoire de Beni se réjouit de la réponse de la MONUSCO, HCR, OCHA à son appel pathétique. Les représentants de ces trois institutions de l’ONU sont arrivés à Beni le mercredi 14 juillet 2010 afin d’évaluer les besoins du drame humanitaire qui frappe actuelle les déplacés dont le nombre s’accroit du jour au lendemain.
 
Général AJAE KUMAR SHARMA, Chef de la Brigade MONUSCO Nord KIVU
Au cours de son tête à tête avec les Représentants de la Société Civile Ville et Territoire de Beni, ce Général indien en charge du Commandement de la MONUSCO au Nord Kivu a accéder à la demande de la société civile de créer des bases mobiles des soldats de la Monusco sur certains axes sensibles du Territoire de Beni en vue de protéger les Civils les attaques des rebelles étrangers et les exactions et tracasseries des Fardc.  
Pour Omar’ KAVOTA, Président de la Société Civile Territoire de Beni qui conduisait la délégation des Forces vives de la Ville et du Territoire de Beni, face au drame qui s’observe et qu’on doit à tout pris arrêter, refuser de sécuriser les civils et d’assister d’urgence les déplacés serait considéré comme complicité avec l’ennemi. Au nom de sa délégation, il a exhorté le Général et sa délégation ainsi que les Humanitaires présents à la rencontre de se rende à OICHA pour voir de leurs propres yeux le calvaire de plus de 36.109 déplacés. 
Après avoir visité les déplacés à OICHA, la nécessité de faire un crochet à ERINGETI a été ressenti en vue de faire un état de lieu de la situation et s’imprégner des dégâts matériels à LINZO-SISENE (2km-ERINGETI) où les ADF-NALU avaient tendu embuscade aux FARDC et aux Civils dimanche 11 juillet courant.
Aperçu des voitures endommagées par les ADF-NALU à LINZO-SISENE
Au cours des civilités chez l’Administrateur de Territoire, cette autorité administrative a appelé la MONUSCO et les humanitaires à agir le plus tôt, affirmant que la population d’OICHA (Chef lieu du Territoire) est débordée et ne sait plus prendre en charge les déplacés qui affluent toujours.
 
Obède BAHATI
 
Beni
 
©Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*