Enl

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Depuis deux semaines environ, 4 agents pisteurs de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, ICCN sont portés disparus pendant qu’ils effectuaient leurs activités de routine dans le Parc National des Virunga, Territoire de Beni, Secteur de Ruwenzori, le long de la rivière Semuliki.
 
Selon le Conservateur Chef de ce Secteur Environnemental, Monsieur Norbert MUSHENZI LUSENGE, ces pisteurs ont été enlevés par les hommes en uniformes non encore identifiés. Signalons que ce secteur est le champ d’actions de plusieurs groupés armés dont les ADF NALU, les Mai-Mai Kasindiens et les Mai-Mai du Ruwenzori ainsi que tant d’autres personnes armées qui se constituent en coupeurs de route le long du trajet Beni – Kasindi, une route fréquentée par les commerçants de Beni-Lubero et tant d’autres touristes.
Pour rappel, le Parc National de Virunga a été victime de braconnage qui a conduit à la diminution de plusieurs espèces animales et végétales. Durant la guerre d’agression rwando-ougandaise de 1997, ce parc a constitué le champ de chasse des éléments en formation à Nyaleke, un centre de formation militaire partageant des bornes mitoyennes avec ce parc.  
 
Seuls les hommes armés ne constituent pas une menace pour le parc. Les femmes vivant aux environs du parc national de Virunga utilisent ce patrimoine pour se ressourcer en bois de chauffage.
Certaines d’entre elles demandent de l’autorisation aux gardes de parc du site proche de leurs villages et un jeton est délivré. Ces femmes vont jusqu’à 10 km du parc avec les risques d’être agressivement attaquées par les animaux féroces. Cependant, certaines femmes se permettre d’entrer dans le parc sans autorisation et se font attraper par les gardes en patrouille qui leur confisquent manchettes, cordes et autres biens. 
 
Outre les femmes, les hommes se font aussi surprendre par les patrouilleurs du parc pendant la pêche dans le lac Edouard et dans la vallée de la Semuliki.
Une fois attrapé, les gardes parc procèdent à la saisie de leur filet de pêche, les pirogues et tous leurs matériels qu’ils récupèrent moyennant le payement des amandes transactionnelles.
Ces gardes bien formés au site d’Ishango constituent une force pour la protection de ce patrimoine, toutefois, elle est confrontée à d’énormes difficultés dont le manque de matériels adéquats, la motivation du gouvernement et le contexte sécuritaire général dans lequel est plongé notre pays.
La faune et la flore du Parc National de Virunga constituent une véritable source des revenus si le secteur de tourisme est réhabilité.
Qui sauvera la faune et la flore de la RDC ? Qui assurera la garde et qui jouera le rôle du guide accompagnateur si les pisteurs commencent à être enlevés comme si le braconnage ne suffisait pas ? La R.D. Congo est loin de sortir de sa caverne.
Pour recouvrer sa liberté, la R.D. Congo aura besoin de se libérer des armées d’agression et d’occupation, des prédateurs étrangers, du capitalisme sauvage, du néo-colonialisme, des rebelles étrangers, des braconniers, des coupeurs de route, de la corruption, de l’impunité, de la paresse, etc.
 .
Eugide Lalé Mbunda
De Passage à Mutsora (Mutwanga)
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*