hommeviolesudkivu00

« Épouses de brousse » ou hommes violés à l’Est de la RDC !

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

En août 2009, le New York Time avait déjà alerté sur le viol des hommes congolais à l’Est de la République démocratique du Congo, sans que cela ne soulève une compassion, des enquêtes et protestations. Au Congo, la corruption et le laxisme de la justice entretiennent l’impunité des violeurs. Media part à travers notre consœur Pascaline Zamuda , journaliste-productrice, membre de l’Association des Femmes des Médias du Sud-Kivu (RDC) remet une couche sur le viol des hommes ou « Épouses de brousse » dans la partie orientale de la RD Congo. « Si j’ai eu le courage de dénoncer cet acte diabolique dont j’ai été victime, c’est parce que je sais que des dizaines d’autres hommes ont été comme moi violés au cours des dernières années dans l’Est du Congo. » Jules César Bagaya retient sa voix, chaque phrase est comme détachée de sa pensée… 

Arme de guerre, le viol sur les femmes et hommes est commis en toute impunité en République démocratique du Congo.

 hommeviolesudkivu00

   Photo Réveil-FM, archives

Jules a la trentaine passée. Son métier d’alors, au moment des « faits », était l’achat et la revente des richesses du sous-sol congolais. Comme tant d’autres… Sa vie a basculé un certain vendredi 30 avril 2010. La paix, officiellement, s’était pourtant installée depuis plusieurs mois dans l’Est du Congo… J’ai rencontré Jules à Panzi , là où il vit comme il dit… à l’hôpital. 

« Les militaires Hutus rwandais et les anciens rebelles du CNDP – qui ont intégré l’armée congolaise depuis la paix retrouvée entre Kinshasa et Kigali, n’ont pas seulement violé nos femmes. Cette arme de guerre, pour semer la désolation dans les familles et les villages, a aussi été utilisée contre nous, des hommes. Très peu en ont parlé ouvertement, la plupart n’arrive pas à mettre des mots sur ce qui leur est arrivé, à dénoncer ce crime car ils éprouvent une grande honte et humiliation. Ils ne parviennent pas à briser le silence, en parler, chercher une aide, afin de retrouver une humanité qu’ils croient avoir perdu » explique Jules. 

« Durant la guerre, dans l’Est, nous étions pillés, dépouillés de tous nos biens. Nous étions régulièrement obligés de fuir dans la forêt, et même si notre sort n’était pas enviable, nous étions en vie. Nous n’avions pas subi cet acte ignoble, raconte Jules après quelques minutes de silence, la tête inclinée. Jules essuie ses larmes et poursuit : « aujourd’hui, moi qui vous parle, en ce moment, j’ai été utilisé comme esclave sexuel par voie anale par plusieurs hommes, à maintes reprises durant 21 jours. J’étais ligoté… » 

Dans un flot ininterrompu, Jules se souvient car il veut témoigner : « Des éléments des FDLR (ndlr : des rebelles hutus) ont débarqué à la maison vers 3 heures du matin, ils ont pris une somme équivalent à 30.000 dollars et de nombreuses marchandises comme des pagnes, des costumes. Ils m’ont forcé à partir avec eux. Nous avons marché pendant plusieurs jours, jour et nuit, dans la forêt avant d’arriver à leur site. Là, nous étions plus de deux cents otages. Tous des hommes, il n’y avait aucune femme. On n’avait rien à se mettre sous la dent, parfois ils nous donnaient de l’eau et des aliments sales. Ils m’ont déshabillé, pris par force, sodomiser. 

Pendant qu’ils me violaient, ils lançaient des moqueries choquantes et dénigrantes pour m’humilier. Un jour, ils ont demandé de l’argent. J’ai fait la sourde oreille mais ils étaient agressifs. Après en avoir trouvé un peu caché dans mes vêtements, ils m’ont aspergé d’acide sur tout le corps. J’ai été brûlé sur la poitrine, les cuisses et mes organes génitaux ont aussi été un peu touchés.» 

Sans savoir pourquoi, un beau jour, Jules et d’autres ont été relâchés. Les rebelles changeaient de campement et de toute évidence nous étions un poids pour eux. « Ils nous ont dit de partir en courant. Nous avons dû marcher plusieurs jours pour atteindre un village. Notre enlèvement était connu. Mon état de santé s’est vite détérioré, j’avais des signes d’infection sexuelle. Je m’en rendais compte mais je ne pouvais en parler à personne. Mais vu mon état, je me suis résigné à me rendre en consultation dans un centre de santé. La syphilis a été diagnostiquée. 

Les services de santé m’ont payé l’avion jusqu’à Walikale et de là je suis allé à Bukavu pour être soigné à l’hôpital général de Panzi. C’est là que je vis aujourd’hui, enfin pour le moment et je dois accepter d’y rester encore pendant huit mois pour les soins. J’ai reçu une prise en charge médicale et psychosociale et je suis entrain de me rétablir petit à petit. C’est une page que je suis en train de tourner bien que sur le plan social ma réintégration s’annonce difficile. » 

Jules s’arrête. Pendant quelques minutes il n’est plus là, les yeux dans le vide. Puis reprend : « Ce qui est vrai, c’est qu’il est plus difficile pour un homme de dénoncer le viol dont il a été victime. Enfin je crois. Si je n’avais pas été malade, je ne sais pas ce que j’aurai fait. C’est cette leçon que je veux partager aujourd’hui, avec toute la communauté et tous ces amis qui ont subi le même sort que moi, il ne faut pas garder le silence. Se taire est encore pire. » 

Ce silence n’est pas le silence d’un homme ou d’une femme. C’est le silence de toute une société, analyse le psychologue Justin Kabanga, responsable du CAMS, le centre d’assistance psycho-médicale pour les victimes de guerre. Ce spécialiste explique que dans la plupart des cas, les victimes sortent de leur silence lorsqu’apparaissent des traumatismes physiques consécutifs au viol. Les différences hommes-femmes vont se retrouver au niveau des manifestations psycho-sociales, dans le comportement de la victime et dans le comportement du groupe social à son égard. Pour une femme violée, dans une grande majorité des cas, c’est le rejet, rejet par son mari, par le village etc. Il y a là même comme une sorte de banalisation. Presque d’acceptation de notre société. Un homme, dans notre culture africaine, représente la domination, la force, la brutalité, la protection. En violant l’homme, on détruit son image au sein du groupe. L’homme violée se sent rabaissé au niveau d’une femme. Voilà ce qu’on entend ici. Désolant ou pas, il faut prendre la mesure de ce sentiment partagé et « de ce que dit » une société sur de tels sujets douloureux, les images qu’elle renvoie de chacun de nous. 

Le psychologue Justin Kabanga affirme avoir reçu, au cours des dernières années, dans son cabinet, plus de cent hommes victimes de viol. Toutes ces personnes vivaient dans l’axe Sud-Sud de la province du Sud Kivu et dans le territoire de Mwenga. Plus de cent cas pour ces seules zones… Qu’en est-il des autres provinces, le Maniema et la province du Nord Kivu qui ont aussi connu la guerre ? Antoinette Shangalumé, magistrate et première substitut du Procureur à Bukavu, confirme avoir déjà eu à traiter plusieurs dossiers de viol commis sur des hommes. Jules va longtemps revivre ces 21 jours passés en forêt entre les mains des rebelles. Car pour se reconstruire, il ne faut pas oublier. 

Hommes violés au Congo : le calvaire des « épouses de la brousse » 

En République démocratique du Congo (RDC), près de 200 000 femmes ont été victimes d’abus sexuels depuis 1996. Ce qu’on sait moins, c’est que de plus en plus d’hommes sont également violés. Quelques coupables ont été condamnés par la justice, mais la plupart courent toujours. Lors de sa visite à Goma, Hillary Clinton, la secrétaire d’Etat américain, avait appelé les autorités congolaises à mettre un terme à ces violences. 

« Il était environ onze heures du soir, lorsque des hommes armés sont entrés dans ma hutte. Ils m’ont mis une machette sous la gorge et ont baissé mon pantalon. J’ai essayé de me débattre mais ils m’ont jeté par terre et m’ont violé ». Ces propos rapportés par The New York Times ne viennent pas d’une femme, mais d’un homme. M. Ziwa, qui a accepté de témoigner pour le quotidien américain, est en effet un pygmée de la région de Goma, la capitale provinciale du Nord Kivu. 

Dans cette partie de la République démocratique du Congo ravagée par les conflits armés, les violeurs déchainés ne font désormais que peu de cas du sexe de leurs victimes. 

La situation des femmes, dont 200 000 ont été victimes de violences sexuelles depuis 1996 dans la région, était déjà plus que préoccupante. Il va désormais falloir se pencher aussi sur celle des hommes. « Ce problème a été porté à ma connaissance pour la première fois en avril dernier. Je me trouvais à la garnison de Goma pour assister une femme dans son procès pour viol. J’ai eu des sueurs froides lorsque des hommes se sont plaints d’avoir été violés. Nous les avons encouragés à tout raconter dans les détails. C’est comme cela qu’on a commencé à prendre le problème en considération », explique Me Janvier Mutumbi, un avocat congolais officiant à Goma. 

Les trois plaignants étaient des pygmées, ces hommes de petites tailles qui depuis la nuit des temps vivent au cœur des forêts africaines. Les faits se sont passés en juin dernier. « L’un d’eux est chef de son village. Il a raconté avoir été violé en présence de sa femmes et de ses enfants par plusieurs hommes, lesquels se sont ensuite attaqués à toute sa famille, qui a subi le même sort », ajoute l’avocat. 

Pour Marcel Stoessel chef de la mission d’Oxfam à Goma, le phénomène a pris une ampleur inquiétante en janvier dernier, au moment de l’opération conjointe des armées congolaise et rwandaise contre les rebelles du Nord-Kivu. Ce qui est paradoxale. « Ces opérations avaient pour but de sécuriser les populations civiles, non de les violenter », se plaint-il. 

L’Association du Barreau américain, qui a une antenne à Goma, estime à 10% la proportion des personnes de sexe masculin parmi les victimes de viols recensées en juin dernier. De son côté, le chef de la mission Oxfam déclare que si le nombre des hommes violés est en proportionnellement très inférieur à celui des femmes, il n’en connait pas moins une augmentation rapide. Pour les Nations Unies, le Nord-Kivu est la capitale mondiale du viol. 

Tous les groupes armés impliqués 

Au rang des coupables, il y a aussi bien des éléments indisciplinés de l’armée congolaise, que des membres des différents groupes rebelles – Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR)- et même les miliciens Maï Maï, qui servent d’habitude de supplétifs à l’armée congolaise. Les trois quarts des personnes condamnés pour viols, tous sexes confondus, seraient ainsi des militaires. Pour les rebelles, le viol est avant tout une arme de guerre. 

« Ils sont animés par l’esprit de destruction. Ils utilisent le viol également comme une arme, pour détruire psychologiquement leurs victimes et obtenir leur soumission », analyse un avocat de Goma. 

Le choix des victimes pygmées s’explique en partie par la recherche des pouvoirs magiques qu’on leur attribue. En les sodomisant, les guerriers espèrent acquérir le don de l’invulnérabilité, appelé « Kilemba », qu’ils possèderaient. 

Comme les femmes, les hommes violés sont psychologiquement et physiquement ravagés. Mais, en plus, ils doivent affronter la déchéance sociale. Dans une région où ils conservent encore le statut de chef de famille, et où l’homosexualité est considérée comme une malédiction, être sodomisé revient pour un homme à perdre sa place dans la société. 

On les raille, on les rejette. « Tu n’es plus un homme à présent. Ces hommes dans la brousse ont fait de toi leur femmes », s’est entendu dire un des hommes interrogés par le New York Times. D’où le surnom « d’épouses de la brousse ». 

La clinique juridique installée à Goma par l’Association du Barreau Américain, constitue l’un des rares recours sur lequel, comme les femmes violées, ils peuvent s’appuyer. Là, ils ont à disposition des avocats qui les assistent gratuitement en justice. Il y bénéficie aussi d’un soutien psychologique. 

L’impunité favorise les violeurs 

Selon Me Mutumbi, les violeurs profitent de l’impunité et de la corruption pour continuer à sévir. Dans un cas où il défendait une femme raconte-t-il, il a fallu qu’il insiste auprès du juge pour que ce dernier rende sa décision, plus de cinq mois après avoir mis l’affaire en délibéré. 

Et la peine infligée à l’accusé a surpris l’avocat. « Le juge l’a condamné à 11 mois de prison et 100 dollars d’amende, alors qu’en cas de viol, la loi fixe le minimum à cinq ans de prison », explique-t-il. 

Selon lui, la corruption gangrène le corps judiciaire, et des magistrats accepteraient des pots-de-vin pour remettre en liberté des personnes arrêtées pour viol. 

Des condamnations exemplaires ont pu toutefois été prononcées dans quelques cas. Reconnus coupables d’autres crimes, les militaires qui avaient violés des pygmées ont tous été condamnés à perpétuité. La pression internationale pourrait également pousser le gouvernement congolais à agir avec plus de fermeté. 

Lors de sa visite à Goma, Hillary Clinton la Secrétaire d’Etat américaine a exhorté le président Kabila à mettre un terme aux violences sexuelles. Celui-ci déclarait peu avant qu’il appliquerait désormais la politique de la tolérance zéro, principalement en cas de crimes sexuels. 

Freddy Mulongo

Réveil FM/ Lundi 15 novembre 2010 

© Beni-Lubero Online 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*