Gentilles

Fraude à Beni : La CENI accrédite 50 observateurs par candidat pour 934 bureaux de vote

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

La Candidate Député National, Mlle Gentille Mbambu Mwasalinyuma, numéro 196 de l’U.DE.C.F. Parti Politique de Pierre Pay Pay alias P3 est sortie triste du Bureau de la CENI du Territoire de Beni. Pour cause, la CENI ne lui a donné que 50 jetons d’observateurs alors que le Territoire de Beni où elle vient de battre campagne compte 134 sites de vote et 934 bureaux de vote. Elle se demande comment elle s’assurera de la véracité du nombre des voix lui imparties dans les bureaux de vote où elle n’aura aucun observateur ?

 Gentilles

Candidate Député National, Mlle Gentille Mbambu Mwasalinyuma ( U.DE.C.F),  No 196, en pagne du Kyaghanda Kikulu, lors de la Conférence Internationale des Nande, Lubero 2010. 

Tenant compte du fait que l’U.DE.C.F de Pierre Pay Pay compte 8 candidats dans la circonscription électorale de Beni Territoire, un calcul simple lui donne au total (8 x 50) 400 observateurs accrédités par la CENI. Même si le parti politique U.DE.C.F s’organise pour avoir un observateur du parti sur chacun des 134 sites de vote, il peut avoir 2 observateurs par site et couvrir que 400 bureaux de vote sur les 934. D’où la question de savoir qui sera témoin de l’U.DE.C.F dans les 534 bureaux de vote restants ?

 kamerhecouplep300

Honorable Pierre Pay Pay, Candidat Député National en Ville de Butembo, No 87. et son épouse lors du meeting de Vital Kamerhe, candidat Président No 5. Pay Pay a donné la consigne de vote pour Vital Kamerhe à sa base électorale.  

Cette inquiétude de la candidate Gentille Mbambu de l’U.DE.C.F. est partagée par les autres candidats et partis politiques. La limitation du nombre d’observateurs par candidat et par parti politique ne s’explique pas dans la mesure où ces observateurs ne sont pas sous la charge de la CENI mais du candidat ou du parti politique. 

La CENI n’a donc aucune n’excuse de ne pas accorder à chaque candidat 934 observateurs. Pourtant le Pasteur Mulunda Ngoy avait fait un appel aux partis politiques de se faire représenter dans tous les bureaux de vote où, avait-il martèle, se jouerait la transparence et la crédibilité des résultats du scrutin ? Depuis le début du processus électoral, la CENI a résisté contre toutes les propositions et exigences d’une élection libre (caution non-remboursable de 50 000 $ par Candidat-Président, Intimidation des opposants), démocratique (éloignement et suppression des bureaux de vote), transparente (bureaux de vote fictifs, urnes bourrées à partir de la RSA, Rwanda, etc.), et crédible (insuffisance des témoins des candidats dans les bureaux de vote). 

La circonscription de Beni compte 235 candidats à la députation nationale. Si on ajoute les 11 candidats à l’élection présidentielle, on obtient 246 candidats. En raison d’un observateur par candidat, chaque bureau de vote aurait 246 observateurs. Ce nombre d’observateurs contribuerait à la fiabilité des résultats par la prévention de la fraude électorale ou bourrage des urnes, à la résistance contre l’intimidation des policiers dans un bureau de vote, et à la résistance contre la corruption des observateurs par les candidats véreux. Plus les observateurs seront nombreux dans un bureau de vote, plus il serait difficile aux candidats véreux de les corrompre.  

Pour être élu dans la circonscription de Beni Territoire qui compte 518 735 enrôlés pour 8 sièges à pourvoir, il faut 64 841, 8 votes par candidat. 

Au regard de toutes les accusations portées contre la CENI, le scrutin du Lundi 28 novembre 2011 porte déjà les signes de sa contestation surtout si Joseph Kabila, le candidat de la CENI est déclaré vainqueur. Pour éviter un nouveau quinquennat d’un état faible naviguant à vue, avec pillages et tueries, impunité et incurie, il aurait fallu   osent aujourd’hui autour de la fiabilité des résultats qui sortiront des élections du 28 reporter la date de la tenue des élections, accepter la démission de tout les membres du bureau de la CENI, et reprendre tout le processus à zéro. La RDC qui fait gagner annuellement des milliards de dollars aux multinationales ne peut pas manquer quelques centaines des millions pour organiser un processus électoral libre, démocratique et transparent.

Obède Bahati

Beni

©Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*