Furu : Un accident de circulation fait plusieurs morts

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
   
Le malheur ne vient jamais seul ! Furu, ce quartier de Butembo victime il y a quelques jours du vandalisme des militaires et policiers du Maire Hubert Syahetera, a été dans l’après-midi du 07 septembre 2009, le théâtre d’un accident mortel de circulation  provoquée par les tracasseries de la Police de Roulage au pont de Furu, bifurcation vers l’ancien Hôtel Kikyo, actuel Centre d’Accueil UHAI KIKYO.
 
Comme d’habitude, les Policiers de Roulage avaient arrêté plusieurs véhicules pour un rançonnement systématique qu’ils appellent dans leur jargon « contrôle des documents ». Un des véhicules de marque HILUX avec plusieurs passagers à bord était tombé dans leur filet. Son conducteur le stationnant sur le bord de la route, à un mètre du Pont pendant qu’il montrait « ses documents » au Chef du poste de contrôle.  Comme d’habitude, les passagers étaient restés à bord du véhicule pour une opération qui souvent ne dure pas longtemps si le conducteur donne au chef de poste, le vrai document, c’est-à-dire, les espèces sonnantes et trébuchantes.   Au même moment arrive un conducteur d’un camion de marque FUSO qui, voyant les tracasseries de camions qui l’avaient précédé au poste, se donne l’idée de faire le brave en appuyant sur son accélérateur pour dribler les policiers. C’est alors que le pire est arrivé. Dans sa fuite, son FUSO a d’abord périclité un jeune garçon de 20 ans  avant de tamponner le HILUX en stationnement avec tous ses passagers. Le jeune garçon est tombé le premier dans la rivière Kimemi, suivi du HILUX avec ses passagers et du FUSO, dans une scène apocalyptique. Le jeune garçon est mort sur le champ sous le poids de deux véhicules et dans l’eau de la rivière Kimemi. Une vingtaine de passagers à bord du HILUX étaient grièvement  blessés. Dépêchés à l’hôpital général de MATANDA où ils ont lutté toute la nuit durant entre la vie et la mort, selon les nouvelles non encore confirmées, certains viennent de succomber et d’autres blessés graves ne survivraient pas à cet accident.
 
A qui revient la faute ! Pour certains la faute est aux policiers de roulage qui sont devenus un casse-tête pour les conducteurs des véhicules, des motos, voire des vélos. Pour d’autres, le conducteur du Fuso a une grande part de responsabilité car la tracasserie qu’il a provoquée s’est  révélée plus mortelle que celle des Policiers de roulage !  Y-aura-t-il un jour une justice pour ces victimes de l’anomie et de la barbarie de toute sorte dont les petits, les civils paient le plus gros tribut ?
 
Nos condoléances aux familles des victimes ! Et que les âmes de ceux qui ont péri dans l’accident reposent dans la paix du Très-haut.  
 
Tembos Yotama
Butembo
Beni Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*