00aaaaaaaaaaaaaaaaaaGomabar_copy

Goma : Barricade des avenues par les taximen protestant contre la poussière

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Ce mercredi 21 septembre 2011, les principaux artères de la Ville de Goma ont été barricadés par les taximen réclamant l’arrosage des avenues pour lutter contre la poussière épinglée comme la cause des plusieurs maladies dont les taximen seraient les premières victimes.

Ces barricades de pierres volcaniques et de feu ont crée des embouteillages à travers la ville volcanique de Goma pendant toute la journée.

 00aaaaaaaaaaaaaaaaaaGomabar_copy

 video de la Police de Goma enlevant les barricades

Depuis un temps, les adversaires du Gouverneur de Province Julien Paluku utilisent l’insalubrité de la ville de Goma pour lui régler des comptes. Il y a quelques semaines, le soulèvement des Gomatraciens concernait les nids des poules sur la voirie de la ville de Goma. Et pourtant, Goma était un des lieux du lancement de la campagne de 5 chantiers ! Après la pose des poteaux électriques et l’organisation de la Foire Internationale de Goma, rien n’a suivi, tel que l’asphaltage des avenues et des piétonniers pour lutter contre la poussière et les maladies. Rappelons que Julien Paluku avait survécu aux motions de défiance de l’Assemblée Provinciale qui l’accusaient de détournement des deniers publics. Survivra-t-il aux soulèvements populaires contre l’insalubrité de la ville touristique de Goma ?

Ses adversaires vont jusqu’à tromper les Gomatriciens que Julien Paluku a réservé un traitement spécial à Lubero, son territoire d’origine. Pourtant les bubolais, par exemple, lui reprochent d’avoir œuvré pour les retournés rwandais et ougandais, si l’on prend en considération la cartographie de ses œuvres de reconstruction. En effet, le constat est que les écoles, hôpitaux, ponts, etc. construits par le gouvernorat au cours du mandat de Julien Paluku, se situent dans les zones où affluent actuellement les rwandais et les ougandais, notamment, Masisi, Rutshuru, Sud de Lubero, Oïcha, Kasindi, etc. Et c’est d’ailleurs dans une de ces zones que Julien Paluku a postulé comme candidat député national.

A Butembo, le premier vuvuzelateur des 5 chantiers, l’ancien Maire Hubert Syahetera, qui avait lancé une opération de lutte contre la poussière, avait été éjecté de son poste quelques mois après à la suite de ses relations tumultueuses avec le patronat local. La poussière dans les rues de Butembo lui a survécu et continue à défier les 5 chantiers. Même le pont du Cinquantenaire qui était présenté durant son mandat comme symbole de l’ère de 5 chantiers n’a jamais été achevé.

00aaaaaaaaaaaaaaaaaakilalom_copy

 Pont du Cinquantenaire -Route Muchanga, ville de Butembo

Le pont de secours tend à s’écrouler avant que le pont du cinquantenaire ne soit achevé.

 00aaaaaaaaaaaaaaaaaaPontMuc_copy

Bref, Goma et Butembo, sont donc logés à la même enseigne pour ce qui est des 5 chantiers !

Le bilan du PPRD en matière de cinq chantiers est donc ainsi largement déficitaire au Nord-Kivu en dépit des quelques trompes l’œil par ici, par là !

Correspondance particulière de Goma et de Butembo

© Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*